Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le tahtib, un art martial égyptien, sera-t-il un jour une discipline olympique ?

GEO 29.04.2021

Jeu festif égyptien et pratique guerrière vieille d'au moins 5.000 ans, le tahtib, ou bâton de combat, a inspiré un art martial moderne qu'une poignée d'adeptes cherche à populariser pour en faire un jour peut-être une discipline olympique.

C'est un "projet rassembleur", une "révolution culturelle", lance Adel Paul Boulad, professeur d'arts martiaux franco-égyptien de 69 ans, qui a entrepris il y a une quinzaine d'années de transformer le jeu traditionnel pour en faire un art martial à part entière, le "modern tahtib".

Connu des touristes, le tahtib traditionnel est pratiqué par des hommes en galabeya qui manient un bâton accompagnés par des musiciens folkloriques dans le sud égyptien. Depuis 2016, il est inscrit au patrimoine culturel mondial de l'Unesco.

Le "modern tahtib" que propose M. Boulad "est une version actualisée et sportive d'un art plurimillénaire", explique celui qui a codifié la nouvelle discipline comprenant 12 "formes", l'équivalent des katas des arts martiaux japonais. "C'est une pratique sportive structurée (...) qui a traversé toute. l'histoire de l'Egypte", affirme ce coach de dirigeants d'entreprise installé en France, également à l'origine du dossier de candidature pour l'Unesco.

   - Encore peu d'adeptes -

Les "secrets de combats" ne se sont jamais perdus: ils ont été inscrits dans la pierre, sur les murs de temples et de tombes de l'Egypte ancienne, de l'Ancien empire (2.700 à 2.200 avant J.-C.) à l'arrivée des Grecs (vers 300 avant J.-C.).

© Fournis par GEO Représentation de pratiquants de tahib sur la façade du Temple de Ramsès II à Médinet Habou en Egypte. WIKIMEDIA COMMONS

En tenues noires avec une ceinture rouge à trois pans qui rappelle l'allure des guerriers égyptiens antiques, les joueurs contemporains manient un bâton en rotin de 1,30 mètre. Contrairement à la version traditionnelle, le sport est ouvert aux femmes.

Après quelques démonstrations remarquées, notamment au Festival international des arts martiaux à Paris en 2016, le "modern tahtib" compte une poignée d'adeptes hors d'Egypte. En France, un groupe de passionnés a participé à plusieurs compétitions. De son coté, M. Boulad se donne deux ou trois ans, avec l'aide de

financements privés, pour créer des "centres régionaux" pour la diffusion de la discipline dans le monde, par exemple en Hongrie, au Canada ou en Colombie.

Et il a même des ambitions olympiques. En 2036 ou 2040, les JO pourraient éventuellement avoir lieu en Afrique, et pourquoi pas en Egypte qui a déposé plusieurs candidatures par le passé sans jamais être retenue, ce qui pourrait jouer en faveur du tahtib. Mais avant de faire reconnaître le tahtib comme discipline olympique, il faut populariser le sport, former des instructeurs et organiser des compétitions. Un défi de taille car même si M. Boulad bénéficie du soutien de principe du ministère de la Jeunesse et des Sports, la pratique du tahtib reste marginale en Egypte.

Plus que du "folklore"

Au Caire, dans le quartier périphérique huppé de Rehab, les premiers instructeurs et leurs élèves s'entraînent dans un parc de loisir, faute de structures dédiées. L'un des entraîneurs, Nasser Rifaï, 44 ans, explique que le "style de combat" égyptien hérité des pharaons est un "trésor". "C'est quelque chose que nous devons conserver. Comme toute forme d'art, si on ne pratique pas, on le perd", explique-t-il en ajoutant que son "rêve" est de voir le tahtib reconnu aux JO. Professeur d'éducation physique, il prend sur son temps personnel pour faire la promotion de la discipline. Via les réseaux sociaux, M. Rifaï et ses associés parviennent à attirer peu

à peu de jeunes sportifs.

Bâton en main, voile sur la tête, Jasmine Anouar, une enseignante de 25 ans, participe à son premier entraînement. Conquise, elle précise à l'AFP vouloir continuer: "Je ne vais pas m'arrêter à juste savoir comment tenir le bâton." Jouba Ayoub Mohamed, 27 ans, est également ravi de sa première session. Selon lui, il "faut d'abord faire savoir aux Egyptiens que le tahtib n'est pas un folklore pour les mariages et autres. C'est une partie de l'histoire égyptienne".

Un engouement qui encourage M. Boulad. "Je dis aux Egyptiens: Bougez-vous sinon le tahtib va aller aux JO et s'il n'y a pas d'équipe égyptienne, ça fera comme beaucoup de sports grecs qui ne sont plus portés par le drapeau grec ".

A lire aussi :

Le ski, sport oublié dans les montagnes d'Algérie

Le tai-chi, populaire art martial chinois, inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco

Australie : en Terre d’Arnhem, avec ces Aborigènes qui font vivre leurs traditions depuis 60 000 ans

Publicité
Publicité

PLUS D'INFO: GEO.FR

image beaconimage beaconimage beacon