Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Visitez les pyramides d'Egypte en réalité virtuelle depuis Paris

GEO 10.06.2021

Saqqarah, Khéops, Képhren… Prouesse de la réalité virtuelle : depuis le 9 juin, les pyramides d'Egypte sont accessibles depuis Paris.

Pas besoin de test PCR pour visiter les pyramides d'Egypte, du moins pas en réalité virtuelle. D'un Mercalm, tout au plus, si vous avez le mal des transports. Depuis le 9 juin, l'espace FlyView Paris, à côté de l'opéra Garnier, propose un voyage en 3D et à 360 degrés au plus près de ces joyaux millénaires.

Une fois assis sur sa chaise pivotante et son casque bien ajusté sur les yeux, on survole la pyramide du pharaon Djoser, aux faux airs de pièce montée, sur le plateau de Saqqarah. Puis celle de Meïdoum, l'une des premières à faces lisses de l’histoire. Pour finir sur la nécropole de Gizeh, entre les grandioses Khéops, Képhren, et Mykérinos.

Dans les pattes du sphinx de Gizeh

Là, le sphinx de Gizeh veille. Après moult survols des pyramides et quelques embardées impressionnantes dans leurs galeries, on se retrouve dans les imposantes papattes de pierre de la créature mi-homme mi-lion, l'une des plus grandes statues monolithiques du monde. Le guide virtuel commente :

La tête à elle seule mesure 5 mètres… mais son nez a disparu. Le sphinx a-t-il été victime d’un boulet mal tiré par les artilleurs de Bonaparte, comme on l’a soupçonné ? En réalité, la mutilation pourrait très bien être antérieure. D’après une rumeur spécifiquement française, le coupable ne serait autre… qu’Obélix !
© Fournis par GEO Où est passé le nez du sphinx de Gizeh ? © FlyView Paris.

Pendant les 19 minutes que dure l'expérience, les anecdotes et les précisions historiques s'enchaînent : là les dernières découvertes archéologiques à Saqqarah, ici une voûte en encorbellement dans les entrailles de Khéops…

Mais il est parfois difficile de se concentrer sur les explications tant les images sont bluffantes. Elles sont signées de la start-up française Iconem, qui excelle dans la numérisation du patrimoine à des fins de préservation des sites menacés (elle s'était notamment illustrée lors de l'exposition "Cités millénaires", à l'Institut du monde arabe).

Les pyramides d'Egypte en 3D

Fruits d'une captation menée en 2018 pour RMC Découverte, "on avait ces modèles 3D des pyramides d'Egypte qui dormaient sur nos serveurs", raconte Etienne Tellier, directeur général d'Iconem, dont les scans photogramétriques ont conquis FlyView Paris. "C'est comme une photographie en 3D qui permet de créer un jumeau numérique d'un monument afin de pouvoir mieux l'observer, l'étudier…"

Pour "scanner" une pyramide, comptez "quelques jours, voire quelques heures", avec l'aide de drones qui prennent des milliers de photos, et des appareils à la main pour pouvoir s'approcher et multiplier les prises de vue.

Avec ce nouveau programme, qui vient s'ajouter au survol de la capitale, au "Paris caché" et à Notre-Dame avant et après l'incendie, l'entreprise FlyView, née en 2018, compte bien faire revenir les curieux. L'équipe estime avoir perdu environ 100 000 visiteurs en raison de la pandémie.

Infos pratiques

30 rue du Quatre Septembre, place de l’Opéra, 75002.

Ouverture partielle à partir du 9 juin : les mercredis après-midi, samedis et dimanches puis ouverture totale à partir des vacances scolaires estivales. Horaires et réservations sur www.flyview360.com.

Tarif : 19,50€ par personne.

A partir d’1m20, 6 ans.

Accessible aux personnes à mobilité réduite.

Un accueil du public repensé FlyView a mis en place toutes les mesures d’hygiène pour accueillir ses visiteurs :

- port du masque obligatoire pour le personnel et le public ;

- points de contacts nettoyés après chaque utilisation ;

- mise à disposition de gel hydroalcoolique ;

- aménagement du parcours de visite pour le respect des règles de distanciation.

A lire aussi :

L'Egypte ouvre au public deux nouvelles pyramides à Dahchour

Ecosse : un artefact de la Grande Pyramide de Gizeh retrouvé dans... une boîte à cigares

Lumière sur les mustatils d'Arabie saoudite, ces mystérieux monuments plus anciens que Stonehenge ou les pyramides

Publicité
Publicité

PLUS D'INFO: GEO.FR

image beaconimage beaconimage beacon