Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Des gymnastes suisses dénoncent des mauvais traitements

logo de 24 heures 24 heures 30.06.2020

En raison de plaintes formulées à l’encontre d’entraîneurs du cadre national de gymnastique rythmique, la Fédération suisse de gymnastique a suspendu le programme du cadre national ainsi que le projet «Européens» des juniors.

Photo d’illustration. © KEYSTONE Photo d’illustration.

Le 24 juin, la Fédération s’était séparée de son entraîneur principal Iliana Dineva et de la coach nationale Anelia Stantschewa après plusieurs plaintes visant les deux techniciennes. D’autres plaintes ont ensuite visé la coach principale intérimaire Maria Balada ainsi que d’autres entraîneurs.

Plusieurs gymnastes ont affirmé avoir été forcées à continuer de s’entraîner malgré des blessures et avoir subi des maltraitances physiques et verbales.

Erwin Grossenbacher, président de la FSG, a déploré «que des gymnastes aient dû subir des expériences négatives et douloureuses dans l’exercice de leur sport». Une enquête externe va être menée sur demande de la Fédération.

Témoignages accablants

Dimanche 28 juin, une enquête du journal dominical alémanique «NZZ am Sonntag» avait révélé les méthodes tyranniques employées par plusieurs entraîneuses du cadre national. Une ancienne gymnaste du cadre suisse, Jasmin Frieden, a notamment raconté que l’entraîneuse nationale Ilana Dineva cultivait un climat de terreur psychologique au sein du groupe et qu’elle l’aurait notamment traitée de «grosse vache».

Cité par la «NZZ am Sonntag», le directeur de l’Office fédéral du Sport, Matthias Remund, a expliqué que «la philosophie d’entraînement utilisée en gymnastique rythmique ne correspond pas à notre pays, à nos codes éthiques et à l’idéal suisse de la promotion du sport.»

Publicité
Publicité

Mehr Von 24 Heures

image beaconimage beaconimage beacon