Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Enfin, l’odeur du terrain

logo de 20 Minutes 20 Minutes 21.05.2020

Jeudi matin, «20 minutes» est allé poser sa caméra dans les tribunes de la Pontaise, pour y suivre le retour à l’entraînement collectif du leader de Challenge League.

L'attaquant lausannois Andi Zeqiri était heureux (et s’était bien désinfecté les mains). © KEYSTONE L'attaquant lausannois Andi Zeqiri était heureux (et s’était bien désinfecté les mains).

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour notre profession, ça veut dire pas mal. Alors que le monde du football – enfin, la Suisse et quelques contrées alentours – sort gentiment de sa léthargie covidienne, le Lausanne-Sport a repris l’entraînement collectif jeudi matin. Du coup, les reporters, eux aussi, sont sortis quelques minutes du télétravail devenu la norme, histoire d’humer enfin l’odeur de la pelouse fraîchement coupée.

Il fallait bien sûr se tenir loin du contingent et des entraîneurs, tous testés négativement au coronavirus en début de semaine. Il fallait aussi se tenir à la distance réglementaire des collègues comme des interviewés, histoire de respecter les réglementations nationales, cantonales et communales en vigueur. Mais ces petites exigences qui seront la norme pour quelques mois encore n’étaient rien en comparaison du plaisir de revoir du football. Un bonheur futile, certes, coupable pour certains, peut-être, mais tellement bon quand on aime ça.

Les vilains réflexes

A la Pontaise, le groupe de Giorgio Contini s’est remis au travail ensemble et tout le monde avait le sourire. Des bruits de filets de buts qui claquent, la clameur qui s’en suit, des ordres criés à travers le stade, de la souffrance, des passes, des rires... On en a même vu quelques-uns houspiller l’arbitre du petit match de la fin, qui n’était pourtant autre que l’entraîneur vaudois lui-même. Ah ces satanés réflexes…

Le Lausanne-Sport, comme ses concurrents de Challenge League et les équipes qu’il espère rejoindre la saison prochaine dans l’élite, ne sait pas de quoi son avenir proche sera fait. Rejouera, rejouera pas? Le suspense, à de nombreux niveaux, est total. Mais les hommes de Contini font «comme si», en attendant de savoir s’ils peuvent faire comme les écoles et quasiment tous les métiers du pays: retravailler.

Retrouvez dans la vidéo de cet article les premières passes entre Lausannois et les réactions de Dan Ndoye et Noah Loosli.

Publicité
Publicité

Plus de 20 Minutes

image beaconimage beaconimage beacon