Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

À Austin, on juge les trois Grands Prix américains justifiés

logo de motorsport.com motorsport.com 17.08.2022 Aurélien Attard

Plus que jamais, la Formule 1 plaît à l'Oncle Sam. Depuis quelques années, le Championnat du monde connaît une forte croissance aux États-Unis et surfe sur une belle vague de popularité. En conséquence, le calendrier a été revu pour mieux mettre en valeur la bannière étoilée : en plus du Grand Prix des États-Unis, disputé sur le circuit d'Austin depuis 2012, une deuxième course sur le territoire a été organisée cette année, à Miami, et une troisième, à Las Vegas, a été annoncée pour 2023.

Et dans les tribunes, les spectateurs répondent présent. Les Grands Prix à Austin en 2021 et à Miami en 2022 se sont tenus à guichets fermés et, selon le président du Circuit des Amériques, Bobby Epstein, la demande de billets pour l'édition 2022 pourrait "écraser les chiffres de l'année dernière". Néanmoins, il ne souhaite pas que cela nuise à l'expérience vécue par les fans.

"Nous venons d'avoir une nouvelle route vers le circuit, ce dont nous avions grandement besoin", a expliqué Epstein dans un entretien avec Motorsport.com. "Tant que nous sentons que les gens peuvent avoir une bonne expérience et que nous pouvons mettre ça en œuvre, ce sont les choses sur lesquelles nous nous concentrons. Nous ne contrôlons pas ce qui se passe sur la piste. Nous contrôlons le divertissement et votre expérience en dehors de la piste. Notre capacité pourrait être beaucoup plus élevée, et c'est une chose dont nous chercherons à nous occuper au cours des prochaines années."

Les tribunes pleines lors du GP des États-Unis 2021. © Motorsport.com Les tribunes pleines lors du GP des États-Unis 2021.

Les tribunes pleines lors du GP des États-Unis 2021.

En outre, Epstein a révélé que son circuit travaillait à l'ajout d'une tribune pouvant accueillir 6000 spectateurs supplémentaires, signe de la demande qui, selon lui, justifierait l'organisation d'autres Grands Prix aux États-Unis : "Si tout n'est pas complet, alors presque tout est complet. En fait, [les billets] se sont écoulés en deux jours de mise en vente, au printemps. C'est incroyable. La demande aux États-Unis en ce moment est folle, elle permettra absolument de supporter trois courses et pourrait en supporter beaucoup plus."

L'an prochain, le Grand Prix Miami devrait conserver son emplacement au calendrier, début mai, tandis que le Grand Prix de Las Vegas, qui se tiendra un samedi soir, devrait avoir lieu environ un mois après la course d'Austin. Cette nouvelle concurrence n'effraie cependant pas Epstein, celui-ci affirmant que le Grand Prix des États-Unis resterait "très traditionnel" dans son offre afin de renforcer sa propre identité par rapport aux autres épreuves américaines.

"Je pense que nous continuerons à être le [circuit] favori des puristes de la course, des festivaliers et, je pense, de ceux qui recherchent un bon rapport qualité-prix", a-t-il ajouté. "Nous voulons nous assurer de ne pas faire payer les gens trop cher. Je pense que même si nous avons du très haut de gamme, nous allons nous assurer de rester accessibles pour le fan de tous les jours qui nous tient à cœur."

"[Je] ne dis pas que les autres [circuits] ne le font pas mais je pense que les autres événements sont très uniques. Vegas sera sous les projecteurs, la nuit, et ce sera un événement très différent. Miami est une ville internationale, et c'est à l'autre extrémité du calendrier. Je ne pense pas que nous soyons différents de [la comparaison entre] Montréal et Mexico, ou même entre la Hongrie et l'Australie. C'est juste une course différente à un moment différent de l'année et il y a beaucoup de fans aux États-Unis pour les supporter toutes."

Lire aussi :Bilan économique contrasté pour le GP de MiamiLe GP des États-Unis au calendrier pour cinq ans de plus
Publicité
Publicité

PLUS D'INFO: motorsport.com

image beaconimage beaconimage beacon