Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Immunité collective : les conclusions pessimistes d’une étude dans un hôpital de Wuhan

logo de L’Obs L’Obs 16/04/2020 www.nouvelobs.com
© Copyright 2020, L'Obs

Seulement 2 % des personnels soignants et des patients auraient développé des anticorps face au Covid-19. Un taux bien trop bas.

Le « Wall Street Journal » apporte à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Dans un article publié ce jeudi 16 avril, le quotidien économique américain explique que les autorités chinoises de Wuhan, premier épicentre de la pandémie de coronavirus, ont commencé la recherche d’anticorps chez des milliers de personnes reparties travailler et chez ceux qui n’ont développé aucun symptôme. Le but est d’avoir une idée plus précise des niveaux d’immunité dans la ville et d’essayer de prévenir une deuxième vague.

L’« immunité collective »

La bonne nouvelle est que « la proportion de personnes ayant des anticorps est considérablement plus élevée que celle des cas confirmés », écrit le « Wall Street Journal ». Cela veut dire que de nombreuses personnes ont été infectées sans le savoir, ont développé des symptômes légers ou inexistants, et pourraient maintenant être immunisées.

Ce qui nous amène à la mauvaise nouvelle : le nombre de personnes ayant développé des anticorps est encore loin d’atteindre le niveau nécessaire pour atteindre « l’immunité collective ». Le concept repose sur une idée simple : si suffisamment de personnes (généralement 50 % d’une population) ont été au contact du virus, et ont développé des anticorps durant leur guérison, alors l’épidémie ne pourra plus se propager car le nombre d’individus immunisés sera trop important.

L’hôpital Zhongnan de Wuhan a constaté que seulement 2,4 % de ses employés et 2 à 3 % des patients récents, y compris des personnes testées avant de retourner au travail, avaient développé des anticorps, selon les médecins en chef de la région. Ce qui fait dire à Wang Xinghuan, le directeur de l’hôpital Zhongnan : « On est loin de l’immunité collective ». Et d’enchaîner : « Un vaccin pourrait être notre dernier espoir. »

Quel niveau d’immunité ?

Des médecins et les experts de la santé chinois ont précisé au « Wall Street Journal » que les résultats sont préliminaires et basés sur des échantillons relativement réduits.

« Néanmoins, ils offrent un indicateur de ce qui pourrait attendre d’autres endroits durement touchés, comme la ville de New York, qui tentent de trouver un équilibre entre l’assouplissement des mesures de confinement et l’évitement d’une deuxième vague d’infections parmi les habitants qui restent vulnérables face au virus »,

écrit le quotidien économique.

Les résultats de l’hôpital Zhongnan montrant que plus de 2 % des personnes testées (3 600 personnels soignants et 5 000 patients) ont développé des anticorps suggèrent également que le virus pourrait avoir touché bien plus de personnes que ce qu’indiquent les chiffres officiels chinois. Selon les autorités de Wuhan, 50 008 cas de coronavirus ont été dénombrés, soit environ 0,45 % de sa population.

Plusieurs experts demandent plus de données et des recherches supplémentaires pour établir une image claire du nombre d’habitants de la ville possédant des anticorps. Pour ces experts, il reste d’ailleurs de nombreuses incertitudes sur le niveau d’immunité qu’apporteraient ces anticorps face au coronavirus. « Il n’est pas bon de supposer que si l’on a un test d’anticorps positif, on est immunisé et on peut retourner au travail », fait valoir Lin Xihong, professeur de biostatistique à Harvard. Une autre mauvaise nouvelle.

● Donner son sang : où donner ?

● Soutenir l'action du Secours populaire en cliquant ici.

● Faire un don pour soutenir les soignants et les chercheurs en cliquant ici.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon