Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le drôle de couac de la RATP sur les heures de pointe du déconfinement

logo de Le Figaro Le Figaro 28/05/2020 www.lefigaro.fr
Un des stickers collés par la RATP dans les stations de métro parisiennes. © PHILIPPE LOPEZ / AFP Un des stickers collés par la RATP dans les stations de métro parisiennes.

La compagnie de transports a collé des stickers dans toutes ses stations, gares, trains et bus évoquant des horaires de pointe erronés.

Début mai, quelques jours avant la première phase du déconfinement, le gouvernement annonçait qu'une attestation serait nécessaire pendant les heures de pointe dans les transports en commun d’Île-de-France. Cette restriction a été imposée en semaine entre 6h30 et 9h30, puis entre 16 et 19 heures. Elle a permis de considérablement désengorger des rames bien souvent bondées en temps normal. Seul un «motif impérieux» (travail, santé, école, etc) pouvait alors justifier un déplacement lors de ces intervalles. En cas de non-respect de cette règle, tout un chacun risquait une amende de 135 euros. Soit la même contravention que celle auparavant distribuée pour non-respect du confinement.

Première concernée par ces mesures exceptionnelles, la RATP, drivée par Île-de-France Mobilités, n'a ne semble-t-il pas été mise au courant en amont de ces horaires de pointe. Dès le 4 mai, la régie a mis en place près d'un million de stickers dans les stations, gares, trains et bus. Le but était de «rappeler les gestes barrières», indique-t-on. Sur ces autocollants, on peut en effet observer des logos de masques, invitant à la distance physique ou à éternuer dans son coude. D'autres reprennent simplement les horaires de pointe. Or, l'impression de cette signalétique ayant été lancée bien avant les mesures étatiques et la charte signée le 7 mai par la région Île-de-France, les horaires inscrits ne correspondaient pas au fameux «6h30-9h30 ; 16h-19h». 

© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Des bandelettes pour rectifier l'erreur

Sur l'un des autocollants en forme de cercle estampillé «évitons les heures de pointe si nous le pouvons», l'intervalle 8h30-9h30 ; 17h30-18h30 a donc été inscrit. Un autre panneau, repéré par nos soins, évoquait pour sa part un intervalle de 8h30 à 9h30 et de 17h30 à 19h30, entretenant la confusion pour les usagers. Quelques-uns d'entre eux ont d'ailleurs signalé ce couac sur les réseaux sociaux. Une utilisatrice a même relevé le 17 mai qu'en gare de Champigny-sur-Marne, l'heure de pointe affichée était entre 15h30 et 18h30, une erreur, selon la compagnie. «Cette signalétique pédagogique a été pensée notamment avec un sticker mentionnant les heures de pointe à éviter. Les horaires initialement indiqués sur ce sticker étaient ceux de l'hyper pointe à la RATP», justifie la RATP, interrogée par nos soins.

© RATP

Conséquence: depuis le 11 mai, la régie tente tant bien que mal de rattraper le coup. Des agents ont été mobilisés spécialement pour coller des bandelettes sur les stickers horaires erronés. Ce mardi, la RATP nous assurait que l'intégralité de ces autocollants imprécis avait été rectifiée. Or, nous avons constaté encore quelques exemplaires de cette signalétique, notamment sur la ligne 4 du métro. «Par ailleurs, pour rappel, les horaires de contrôles d'attestation sont largement diffusés dans toutes les stations via des messages sonores, sur les réseaux sociaux, sur notre site internet et notre application. Nos agents sont également présents en station pour informer les voyageurs», précise-t-on, qualifiant cette erreur de «non-sujet». Malgré le couac, les utilisateurs, eux, n'ont heureusement pas été contrôlés ni verbalisés en dehors des heures de pointe du gouvernement. Ces horaires «sont volontairement plus larges que l'hyper pointe pour permettre la distanciation sociale», affirme-t-on.

Retrouvez des moyens de soutenir les soignants, les chercheurs, et les personnes en difficulté en cliquant ici

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon