Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Des archéologues péruviens mettent au jour un site pré-inca de sacrifices humains

logo de Le Figaro Le Figaro 23/10/2021 Le Figaro avec AFP
Des archéologues péruviens au travail sur les ruines d'un temple pré-inca à Lambayeque, à 750 kilomètres au nord de Lima. 29 sépultures humaines y ont été dénombrées sur un ancien site cérémoniel. © MUSEO TUMBAS REALES DE SIPAN / AFP Des archéologues péruviens au travail sur les ruines d'un temple pré-inca à Lambayeque, à 750 kilomètres au nord de Lima. 29 sépultures humaines y ont été dénombrées sur un ancien site cérémoniel.

Les archéologues n'ont heureusement pas eu à faire tous les sacrifices pour venir à bout de leur chantier de fouille. Une équipe de chercheurs péruviens a découvert dans le nord du Pérou les ossements de 29 corps, dont ceux de trois enfants, qui pourraient aider les experts à mieux comprendre la civilisation pré-inca Wari (ou Huari). Ces vestiges archéologiques enterrés il y a plus d'un millénaire ont été retrouvés à Huaca Santa Rosa de Pucala, dans l'ancien centre cérémoniel d'un temple de la région côtière de Lambayeque, à 750 kilomètres au nord de Lima.

» LIRE AUSSI - D'une rareté extrême, le vase diatrète d'Autun retrouve son lustre cristallin

Contemporain du Haut Moyen-Âge européen, ce site recelait également la trace d'une pratique rituelle pour le moins tranchante : celle de sacrifices humains. Voilà du moins ce qu'ont pu en conclure les archéologues sud-américains lors de l'analyse de la sépulture des trois enfants découverts, ainsi que de celle d'un adolescent identifié à l'avant du temple, a déclaré à l'AFP le responsable des fouilles Edgar Bracamonte (université nationale de Trujillo).

© MUSEO TUMBAS REALES DE SIPAN / AFP

En dehors de cette découverte, la fouille a avant tout permis aux archéologues péruviens d'examiner de fond en comble un des sites les plus septentrionaux relatifs à la civilisation Wari. Son éloignement de la zone d'influence historique de cet empire pré-inca, située autour de l'actuelle ville d'Ayacucho (province de Huamanga), «permet de repenser l'histoire de la région de Lambayeque, notamment les liens avec les occupations Wari et Moche dans la région», a souligné Edgar Bracamonte pour l'AFP.

» LIRE AUSSI - Les Huaris, cette civilisation pré-Incas qui fondait sa domination sur la bière

L'empire avant l'empire

Parmi les 29 vestiges humains découverts dans le temple, «25 appartenaient à l'ère Moche et quatre à la culture Wari», a précisé l'archéologue. Les Wari ont édifié un empire qui a connu son apogée entre l'an 600 et 1200, rayonnant sur les parties côtière et andine de l'actuel Pérou. Il déclina peu avant l'apogée des Incas, vers 1400-1530 environ. La culture Moche (ou Mochica) s'est quant à elle développée du Ier siècle av. J.-C. jusqu'au VIIIe siècle. En forme de D, le temple cérémoniel fouillé à Lambayeque semble avoir été édifié au IXe siècle de notre ère, à une époque - et une région - qui aurait pu connaître une phase de transition entre ces deux peuples, Wari et Moche.

L'une des découvertes les plus significatives liées à la culture Moche, avec la mise au jour en 2006 de la momie de la “Dame de Cao”, datant du cinquième siècle, avait bouleversé les hypothèses jusque-là admises en montrant que les femmes pouvaient jouer un rôle politique majeur dans les civilisations précolombiennes. La découverte en 1987 d'une autre momie, celle du “Seigneur de Sipan”, datant du troisième siècle, est considérée par les experts comme l'une des découvertes archéologiques les plus importantes de ces dernières décennies dans le pays.

À voir aussi - En Colombie, des agriculteurs trouvent une défense de mastodonte éteint

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon