Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Assemblée nationale : Boris Vallaud élu à la tête du groupe PS, Cyrielle Chatelain et Julien Bayou en duo pour le groupe Ecologiste

logo de Le Parisien Le Parisien il y a 1 jour Le Parisien avec AFP
Le nouveau député de Paris Julien Bayou, à l'Assemblée lundi, coprésidera le groupe parlementaire EELV. LP/Olivier Corsan © olivier corsan Le nouveau député de Paris Julien Bayou, à l'Assemblée lundi, coprésidera le groupe parlementaire EELV. LP/Olivier Corsan Dans la foulée des élections législatives, les députés de chaque parti élisent leur président de groupe. Ce jeudi matin, les membres du groupe socialiste ont désigné Boris Vallaud pour prendre leur tête et succéder à Valérie Rabault. La députée du Tarn-et-Garonne préférant briguer la présidence de la commission des Finances, elle ne se représentait pas. Député réélu dans les Landes, époux de Najat Vallaud-Belkacem, le député des Landes a obtenu 26 voix, contre 4 à Guillaume Garot. Jérôme Guedj avait retiré sa candidature dans la matinée. Marine Le Pen élue présidente du groupe RN Marine Le Pen a été élue jeudi par acclamation présidente du groupe du Rassemblement national à l’Assemblée nationale, où elle était seule candidate, a constaté l’AFP. « Nous avons reçu une seule candidature à la présidence du groupe RN, celle de Marine Le Pen. Je vais demander à mes chers camarades, chers collègues, de procéder à un vote non pas à main levée mais par acclamation », a déclaré le président de séance et député du Nord Sébastien Chenu. Les 89 députés du groupe se sont alors levés pour applaudir leur nouvelle présidente. Cyrielle Chatelain et Julien Bayou à la tête du groupe EELV Fidèles à leur manière paritaire de fonctionner, les députés du groupe Ecologiste a décidé de confier la présidence du groupe à deux co-présidents, Cyrielle Chatelain et Julien Bayou

Vidéo: Un groupe parlementaire à l'assemblée nationale ça change quoi ? (Dailymotion)

Relire la vidéo
, députée de l’Isère pour la première, de Paris pour le second. Le vote a été acquis à l’unanimité. Dans un communiqué, le groupe Ecologiste annoncé qu’il présentera la candidature de Sandrine Rousseau à la vice-présidence de l’Assemblée et celle d’Hubert Julien-Laferrière au secrétariat de l’Assemblée nationale. Aurore Bergé, cheffe de file des LREM Mercredi, la députée réélue dans les Yvelines, Aurore Bergé, est devenue cheffe du groupe LREM à l’Assemblée nationale. La parlementaire a été élue présidente du groupe La République en marche, prochainement rebaptisé « Renaissance », dès le premier tour, avec 88 voix sur 155. Elle devance ainsi Guillaume Vuilletet (29 voix), Rémy Rebeyrotte (25 voix) et Stella Dupont (11 voix). C’est la première fois qu’une femme est élue à la tête du groupe parlementaire de la majorité. La fonction est réputée difficile, plus encore après des législatives qui placent les macronistes dans une situation délicate, loin de la majorité absolue. Pour rappel, le groupe LREM a fondu de 266 à 170 membres à l’issue du second tour dimanche. Olivier Marleix, président des Républicains Du côté des Républicains, les députés ont élu le représentant d’Eure-et-Loir Olivier Marleix. L’élu de 51 ans, a rassemblé 40 voix contre 20 pour l’autre candidat Julien Dive, et trois abstentions, a indiqué le parti. Fils de l’ancien ministre Alain Marleix, Olivier Marleix est député depuis 2012. Il avait déjà été candidat à la présidence du groupe en 2019 et avait été battu par Damien Abad. Ce dernier a été exclu de LR après avoir été nommé ministre des Solidarités dans le gouvernement d’Elisabeth Borne. Président des Républicains d’Eure-et-Loir depuis 2016, Olivier Marleix reste l’un des représentants de l’aile conservatrice de LR. Il avait parrainé Laurent Wauquiez en 2017 dans la course à la tête du parti, puis Michel Barnier dans la primaire de 2021. Le groupe LR est passé d’une centaine à une soixantaine de membres dans la nouvelle Assemblée, à la suite de l’échec de Valérie Pécresse à la présidentielle. Laurent Marcangeli, président des députés Horizons Le maire d’Ajaccio Laurent Marcangeli, député de Corse-du-Sud depuis dimanche, a été élu mercredi par acclamation président des députés Horizons, à l’aile droite de la majorité. Du fait de la règle du non-cumul des mandats, en vigueur depuis 2017, il va devoir abandonner ses fonctions de maire. Homme fort de l’opposition aux nationalistes dans l’île, il est l’ami de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, qui a fondé le parti Horizons. Son groupe parlementaire compte 29 membres dans la nouvelle Assemblée, dont d’ex-LREM. Jean-Paul Mattéi, président du groupe MoDem Ce proche de François Bayrou, implanté dans son ancienne circonscription des Pyrénées-Atlantiques, a été élu mercredi patron des députés MoDem, succédant à Patrick Mignola qui a échoué dimanche au second tour des législatives. Jean-Paul Mattéi, 68 ans, l’a emporté par 36 voix contre neuf à son seul concurrent Nicolas Turquois, et deux votes blancs. Le groupe centriste, allié de LREM et Horizons dans la majorité, est fort de 48 membres dont un tiers de nouveaux élus. André Chassaigne, reconduit au groupe Gauche démocrate et républicaine L’élu du Puy-de-Dôme André Chassaigne, 71 ans, a été reconduit mercredi également à la tête du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale, qui réunit 12 communistes et six ultramarins. Cet ancien professeur de Lettres et d’Histoire-géo puis principal de collège, au verbe haut et à la moustache fournie, préside depuis 2012 ce groupe. Le numéro un du PCF Fabien Roussel l’avait adoubé mardi, disant son souhait qu’André Chassaigne, « celui qui connaît le mieux le fonctionnement de cette maison », reste à sa tête. Chassaigne, dont l’inimitié pour Jean-Luc Mélenchon est notoire, a, comme les autres alliés de l’alliance de gauche Nupes, rejeté l’idée d’un groupe unique. « Quatre groupes au sein de l’Assemblée seront plus forts qu’un seul » et la « seule boussole » doit être « l’intérêt pour le peuple de gauche », avait-il justifié. Mathilde Panot, à la tête du groupe Insoumis Elle dirigeait le groupe depuis le mois d’octobre. Mardi, Mathilde Panot, réélue dans la 10e circonscription du Val-de-Marne, a été reconduite à la tête du groupe Insoumis, passé de 17 à quelque 75 membres. « Avec la Nupes, nous serons une opposition combative et déterminée », a aussitôt tweeté l’unique candidate, qui avait encore plaidé lundi pour un groupe unique à gauche pour dépasser en poids le groupe RN. « Bien capée », elle devra « faire du lien » étant donné que les insoumis ne sont « que des combattants avec des caractères volcaniques », lui a conseillé son collègue Alexis Corbière.
Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon