Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

À Vesoul, un homme soupçonné d’avoir incité sa femme à se donner la mort

logo de Ouest-France Ouest-France 21/01/2022 avec NG
Un homme de 47 ans doit comparaître devant le tribunal correctionnel de la Haute-Saône. Sa compagne a déposé plainte pour « incitation au suicide », le lundi 10 janvier. Photo d’illustration. © ARCHIVES OUEST-FRANCE Un homme de 47 ans doit comparaître devant le tribunal correctionnel de la Haute-Saône. Sa compagne a déposé plainte pour « incitation au suicide », le lundi 10 janvier. Photo d’illustration.

Un habitant de Vesoul (Haute-Saône) de 47 ans a été interpellé et placé en garde à vue. Il sera prochainement présenté au tribunal correctionnel de la Haute-Saône. Le lundi 10 janvier 2022, sa compagne avait déposé plainte pour « incitation au suicide ».

Un homme de 47 ans doit prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel de la Haute-Saône. Sa compagne a déposé plainte pour « incitation au suicide », le lundi 10 janvier 2022. L’homme, installé à Vesoul (Haute-Saône), avait alors été interpellé puis placé en garde à vue, rapporte L’Est Républicain.

Sa conjointe avait expliqué aux forces de l’ordre avoir subi des pressions psychologiques à répétition. Une situation difficile à gérer, qui l’aurait poussé à tenter de mettre fin à ses jours, en avalant 80 cachets de somnifères, explique le journal local. Les faits ont été relayés par la police nationale de la Haute-Saône sur les réseaux sociaux.

Lié à une publication Facebook

Partagé depuis Facebook

Des armes découvertes à son domicile

Le quadragénaire serait même allé plus loin, en lui demandant de réitérer son geste alors qu’elle venait de sortir de l’hôpital. Il lui aurait présenté le suicide « comme une preuve d’amour » et ajouté qu’elle devait le faire « si elle l’aimait, pour rejoindre des amis morts », cite le quotidien.

Une perquisition a été menée au domicile du quadragénaire. Les enquêteurs ont mis la main sur plusieurs armes de diverses catégories : sabres, couteaux ou encore carabines à plomb, ainsi que sur des contrefaçons de billets en euros. Toutes les armes ont été saisies et seront détruites, note le média local.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon