Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

A La Rochelle, Argelès ou Concarneau, le masque obligatoire même en plein air

logo de Le ParisienLe Parisien 22/07/2020 Le Parisien avec AFP
Le centre-ville de La Rochelle, le premier jour du confinement, en mars 2020. © LP/Fabien Paillot Le centre-ville de La Rochelle, le premier jour du confinement, en mars 2020.

Les habitants et visiteurs de plusieurs villes touristiques du littoral, comme La Rochelle ou Argelès-sur-Mer, doivent depuis mercredi porter un masque, même en plein air, dans les quartiers les plus fréquentés, pour lutter contre un relâchement des bonnes pratiques face au Covid-19.

A La Rochelle, le maire (DVG) Jean-François Fountaine a pris un arrêté municipal rendant obligatoire « le port d'un dispositif de protection nasale et buccale » pour les plus de 11 ans dans un périmètre commerçant et touristique du centre-ville, selon un communiqué.

« Afin de prévenir un potentiel rebond de l'épidémie en période d'affluence touristique, il est nécessaire de maintenir la vigilance, d'inciter à la prudence et prendre les décisions favorables à la santé des habitants », explique la municipalité, qui prévient que « des sanctions pourront être appliquées dès le début d'août » si la mesure n'était pas respectée.

Aucun foyer épidémique actif n'est recensé en Charente-Maritime ? mais l'Agence régionale de santé (ARS) assurait la semaine dernière que l'évolution du Covid-19 était « inquiétante » en Nouvelle-Aquitaine. Jusqu'ici très épargnée par le virus, cette région touristique connaît l'été un brassage de population important. L'ARS recensait dans son dernier compte rendu mardi 13 foyers épidémiques (au moins trois cas groupés), dont 5 à Bordeaux et 3 dans la Vienne, contre seulement 3 au 10 juillet.

Des règles variées

A Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le maire Antoine Parra (SE) a rendu mardi le masque obligatoire jusqu'au 31 août dans les allées piétonnes du centre-plage et les marchés, mais sans prévoir de pénalités pour les contrevenants. « La fréquentation (touristique) reste importante et va encore augmenter en août. L'idée est de ne pas contrevenir à l'attractivité de la station tout en garantissant la sécurité de tous », explique-t-on au cabinet du maire de cette commune, surnommée la « capitale européenne du camping » avec une population multipliée par près de 15 en été.

A Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), le port du masque est obligatoire depuis lundi, mais uniquement en cas de regroupement de personnes. Il ne s'applique ainsi pas à une personne marchant seule dans la rue. L'arrêté municipal, qui ne prévoit aucune amende, concerne un large périmètre du centre ainsi que des sites « très fréquentés » de la ville et « toute manifestation à caractère culturel, festif ou sportif organisée sur l'espace public et regroupant plus de 10 personnes ».

LIRE AUSSI > Covid-19 : ces touristes « pestiférés », illégalement refoulés de leurs locations de vacances

Toujours en Bretagne, à Concarneau, le port du masque est également obligatoire depuis mardi, de 10 heures à 22 heures dans l'ensemble des rues de la ville-close, sur les remparts, le Petit Château, la place St-Guénolé et le Carré des Larrons. Cette obligation est en vigueur à partir de 11 ans et jusqu'à nouvel ordre, selon l'arrêté du maire Marc Bigot (DVD).

Juste après le confinement, le maire de Strasbourg d'alors, Roland Ries, avait pris un arrêté rendant le masque obligatoire la journée dans la « Grande Île », le centre historique et touristique. Entré en vigueur le jeudi 21 mai, cet arrêté avait été suspendu dès le lundi suivant par le tribunal administratif.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon