Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Affaire Benalla: l'enquête s'accélère

logo de BFMTV BFMTV 20/07/2018 Hugo Septier
Affaire Benalla: l'enquête s'accélère © BFMTV.com Affaire Benalla: l'enquête s'accélère

Si Alexandre Benalla a été placé en garde à vue dans la matinée, l'enquête progresse sur plusieurs fronts. 

Deux jours après l’identification par les journalistes du quotidien Le Monde d’Alexandre Benalla, proche d’Emmanuel Macron qui, dans une vidéo prise lors des rassemblements du 1er mai dernier a été surpris, équipé d’accessoires de policiers, en train de violenter manifestant, l’enquête progresse.

Ce vendredi matin, trois policiers parisiens, un contrôleur général, un commissaire et un commandant ont été suspendus. Selon nos informations, ils sont soupçonnés d'avoir extrait des images de caméras de vidéosurveillance de la Ville de Paris. Ces captations montrent Alexandre Benalla sur la place de la Contrescarpe, au moment des faits.

Deux des trois officiers sont également suspectés d’avoir copié les images avant de les transmettre au collaborateur d'Emmanuel Macron. Jeudi soir, le ministre de l’Intérieur a ordonné la suspension des trois fonctionnaires à titre conservatoire, après avoir été alerté par le préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

Benalla placé en garde à vue

Vendredi matin toujours, Alexandre Benalla lui-même a été placé en garde à vue à Paris. Accusé de faits de violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public, d'usurpation de fonctions, de port illégal d'insignes réservés à l'autorité publique et de complicité de détournement d'images issues d'un système de vidéoprotection, il est également visé par une procédure de licenciement à l’Élysée.

Vincent Crase, ex-réserviste de la gendarmerie et salarié d'En Marche, a également été placé en gardé à vue "violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public d'usurpation de fonction", selon nos informations.

Des proches d'Emmanuel Macron entendus

En fin de matinée, BFMTV a également appris que Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, avait été entendu ce jeudi soir en qualité de témoin dans ce dossier. C’est ce dernier qui avait autorisé Alexandre Benalla à assister aux rassemblements du 1er mai aux côtés des policiers.

L’enquête se poursuit et, ce vendredi, la commission des lois du Sénat a annoncé qu’elle demanderait dès lundi les prérogatives d’une commission d’enquête pour une durée de six mois, affirme Le Monde. La commission des lois de l'Assemblée nationale doit quant à elle se réunir ce vendredi soir pour déterminer le calendrier des auditions dans l'enquête qu'elle va mener de son côté.

AUSSI SUR MSN: Affaire Benalla: garde à vue, suspension de policiers,... Les dernières infos

Relire la vidéo



Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon