Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Affaire Nicolas Sarkozy: l’appel à la raison du président du tribunal de Paris

logo de Le Figaro Le Figaro 03/03/2021 Paule Gonzalès
«Le tribunal, après en avoir délibéré, a rendu une décision motivée au regard des éléments soumis à son appréciation», défend Stéphane Noël. © LUDOVIC MARIN/AFP «Le tribunal, après en avoir délibéré, a rendu une décision motivée au regard des éléments soumis à son appréciation», défend Stéphane Noël.

Une prise de parole rare et solennelle de Stéphane Noël, président du tribunal judiciaire. Alors que se déchaîne la polémique sur le verdict du procès Sarkozy et à quelques heures seulement de la prise de parole de l’ancien président de la République sur TF1, le haut magistrat prend la défense de ses magistrats vilipendés et plus largement de l’institution judiciaire: «Le jugement prononcé le 1er mars 2021 par la 32ème chambre du tribunal judiciaire de Paris à l’encontre de MM. Azibert, Herzog et Sarkozy suscite de nombreuses réactions et commentaires», écrit-il tenant à préciser que «ce jugement a été rendu par trois juges du siège indépendants, après des débats contradictoires, qui se sont tenus dans le respect des droits de la défense».

» LIRE AUSSI - Nicolas Sarkozy: «Je ne peux accepter d’avoir été condamné pour ce que je n’ai pas fait»

«Le tribunal, après en avoir délibéré, a rendu une décision motivée au regard des éléments soumis à son appréciation», défend-il. «Compte tenu des appels qui sont intervenus, cette procédure fera l’objet d’un nouvel examen par la cour d’appel de Paris. Le président du tribunal judiciaire de Paris appelle solennellement au respect de l’institution judiciaire», conclut-il. Ce dernier intervient alors que le Garde des sceaux Éric Dupond-Moretti vient de rendre public sa réforme pénale qui vise à restaurer la confiance des Français dans leur justice. Jamais l’opposition entre politiques et magistrats ne semble avoir été aussi forte. Elle culmine après des mois de passe d’armes musclées entre les syndicats professionnels et le ministre de la Justice.

À VOIR AUSSI - «Je ne baisserai pas la tête», assure Nicolas Sarkozy en dépit de sa condamnation

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon