Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Attentat de Christchurch : contre toute attente, le tueur plaide coupable

logo de L'Express L'Express 26/03/2020 lexpress.fr

Brenton Tarrant avait jusqu'alors toujours nié être l'auteur de l'attentat qui tué 51 personnes en mars 2019 dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Brenton Tarrant le 16 mars dernier. © AFP Brenton Tarrant le 16 mars dernier.

Une forme de soulagement a parcouru la salle au moment où Brenton Tarrant a pris la parole, en vidéoconférence depuis la prison d'Auckland. L'Australien accusé d'avoir tué 51 personnes en mars 2019 dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a surpris jeudi en plaidant coupable à tous les chefs d'accusation retenus à son encontre.

LIRE AUSSI >> Christchurch: la mort en direct

Ce plaider-coupable va permettre d'éviter un procès qui aurait pu servir de tribune à ce suprémaciste blanc australien. "Oui, coupable", a déclaré Brenton Tarrant. Vêtu d'un haut gris, cet homme de 29 ans fixait le regard sur la caméra en faisant cette déclaration. Il avait jusqu'à présent toujours nié les 51 accusations de meurtre, les 40 accusations de tentative de meurtre et une autre accusation d'acte terroriste.

Changement de position

Sans explication à ce stade, il a changé de position à l'issue d'une audience organisée à la hâte et tenue secrète pour le grand public par peur qu'il ne renonce au dernier moment. La peine de mort n'existant pas en Nouvelle-Zélande, il pourrait passer le reste de son existence derrière les barreaux. Les accusations d'acte de terrorisme et de meurtre sont passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

LIRE AUSSI >> Le tueur de Christchurch aurait fait des dons à Génération identitaire

Son procès, prévu pour durer six semaines, devait s'ouvrir le 2 juin à Christchurch, la plus grande ville de l'île du Sud où a eu lieu, le 15 mars 2019, cette attaque contre deux mosquées. Pour Jacinda Arden, qui avait décidé de ne jamais prononcer le nom du tueur, cette admission de culpabilité va offrir une sorte d'apaisement aux nombreuses personnes dont les vies ont été meurtries par l'attaque.

Etape très importante

Le juge Cameron Mander a précisé que l'accusé connaîtrait sa sentence ultérieurement, à une date non précisée. "Le plaider-coupable représente une étape très importante vers la finalisation de cette procédure pénale", a relevé le juge, précisant que l'audience de prononcé de la peine n'interviendrait que lorsque la pandémie du nouveau coronavirus sera terminée afin de "permettre aux victimes et à leurs familles de venir au tribunal en personne".

LIRE AUSSI >> Appel de Christchurch ou... appel du vide?

Le tueur est entré mardi en contact avec ses avocats à la suite de quoi cette audience a été organisée, a expliqué le commissaire de police Mike Bush. "La police comprend que cette nouvelle va surprendre les victimes et le public, certains auraient souhaité être présents à l'audience", a-t-il déclaré dans un communiqué.

LIRE AUSSI >> Qu'est-ce que "l'appel de Christchurch", lancé ce mercredi à Paris ?

Brenton Tarrant, suprémaciste blanc autoproclamé, est accusé d'avoir perpétré en mars 2019 la plus grande tuerie de masse de l'histoire moderne de la Nouvelle-Zélande. Equipé d'un arsenal d'armes semi-automatiques, il a ouvert le feu successivement dans deux mosquées lors des prières du vendredi, tuant 51 personnes toutes musulmanes, dont des femmes et des enfants. Il a filmé et retransmis en direct sur Facebook les images du carnage.

Publicité
Publicité

Plus de L'Express

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon