Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Budget 2023 : la sécurité, priorité du gouvernement

logo de Le Monde Le Monde 26/09/2022 Antoine Albertini

Le ministère de l’intérieur devrait bénéficier d’une hausse de 1,05 milliard d’euros de son budget en 2023. La police nationale en sera la première destinataire. Au total, 2 874 emplois de policiers et gendarmes seront créés.

« Historique » : le terme revient dans les éléments de langage dispensés par l’entourage du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. Avec 1,05 milliard d’euros supplémentaires prévus par le projet de loi de finances pour un budget prévu de 15,77 milliards d’euros, le gouvernement affirme la place centrale occupée par la sécurité dans ses préoccupations, avant les échéances cruciales de la Coupe du monde de rugby en 2023 et l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, à Paris.

Gérald Darmanin, petits calculs et grandes ambitions

L’effort budgétaire consenti en matière de modernisation et de recrutement devrait d’abord bénéficier à la police nationale, destinataire de 56,6 % des crédits (39,2 % pour la gendarmerie), et se traduire notamment par la création de 2 874 nouveaux emplois, soit un triplement du volume constaté en 2022. A terme, il s’agit pour le gouvernement de tenir la promesse d’un doublement des effectifs sur la voie publique dès 2023 et de pouvoir armer les onze nouvelles unités de forces mobiles (quatre compagnies républicaines de sécurité, sept escadrons de gendarmerie mobile) destinées à renforcer le dispositif de sécurisation des grands événements sportifs à venir. Dans la même perspective, 276 millions d’euros seront affectés au budget consacré au recrutement et à la formation des réserves opérationnelles, autre défi pour les prochaines années, avec un objectif fixé à 30 000 réservistes au sein de la police nationale.

Montée en puissance du secteur numérique

L’effort budgétaire lié à la mise en œuvre de la future loi d’orientation et de programmation du ministère de l’intérieur (Lopmi), qui devrait être présentée au Parlement avant la fin de l’année, se traduit également par une montée en puissance du secteur numérique (dématérialisation totale des procurations électorales, recrutement de 1 500 cyberpatrouilleurs, création d’une école cyber, mais aussi équipement des gendarmes et des policiers en caméras-piétons). Au total, plus de la moitié des 15 milliards affectés à la Lopmi au cours du prochain quinquennat devrait être consacrée aux nouvelles technologies.

L’administration territoriale de l’Etat, considérée depuis de longues années comme le parent pauvre de la fonction publique d’Etat, connaîtra également une hausse des effectifs, inédite « depuis dix ans », d’après le gouvernement, avec la création de 48 postes en 2023 et la réouverture de six sous-préfectures.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Le Monde

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon