Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Confinement à Paris : la mairie corrige le tir après les critiques

logo de Liberation Liberation 26/02/2021 Victor Boiteau
L'adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire parle désormais d'une «hypothèse» concernant un éventuel nouveau confinement dans la capitale. © Patrick Kovarik L'adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire parle désormais d'une «hypothèse» concernant un éventuel nouveau confinement dans la capitale.

Paris vaut bien un couac. La «proposition» d’un confinement à Paris pour trois semaines, formulée jeudi soir par le premier adjoint, Emmanuel Grégoire, n’a pas tardé à faire réagir. «Je suis un peu stupéfait et étonné de cette annonce. Tout ça est ridicule», a lâché sur BFM TV le maire du XVIIe arrondissement, Geoffroy Boulard, jeudi soir. Dans la soirée de jeudi, alors que les élus de la droite parisienne font le tour des plateaux télé, la mairie de Paris annonce dans un communiqué que des précisions seront apportées vendredi matin. Signe que la proposition a été mal comprise ? Ce vendredi, Emmanuel Grégoire parle désormais d’une «hypothèse» concernant un éventuel nouveau confinement. «Nous ne proposons pas de mettre en œuvre le confinement à Paris []. Mais nous pensons que la politique des demi-mesures, avec des résultats très contestables, est une forme de fin de cycle», explique Grégoire. Un rétropédalage ? Ou une simple précision, après la vague de critiques des élus parisiens ?

Le timing de la proposition de la mairie de Paris, annoncée quelques heures après la prise de parole du Premier ministre, Jean Castex, dans laquelle il excluait un confinement national, a en tout cas interrogé. «J’ai toujours défendu une vision régionale pour être efficace, a écrit sur les réseaux sociaux la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. Un confinement au niveau départemental est illusoire, car des millions de Franciliens se déplacent chaque jour entre les départements.»

«Communication politicienne»

«Emmanuel Grégoire fait de la communication politicienne», avait taclé Boulard jeudi soir, faisant remarquer au passage qu’un tweet du premier adjoint reprenant sa proposition de confinement a étrangement disparu. «C’est vraiment dommage de faire de la politique politicienne sur le dos de la crise sanitaire», critique à son tour sur LCI Agnès Evren, vice-présidente des Républicains. En chœur, la droite dénonce le «coup politique» de la maire de Paris, qui cacherait mal ses ambitions élyséennes. Le maire du XVe, Philippe Goujon, demande ce vendredi sur RTL une «réunion d’urgence» avec les élus de la capitale : «Paris n’est pas une île, elle est au cœur d’une mégalopole. Jamais on ne lance une idée comme ça, sans avoir pris contact.»

A la mairie de Paris, l’explication prend des allures de déminage. «C’est un dialogue, ce n’est pas l’idée de faire tout seul comme si personne d’autre n’existait, jure Anne Souyris, adjointe à la Santé d’Anne Hidalgo, jeudi soir. L’objectif c’est d’entrer en discussion avec le préfet de police, le préfet de région, avec tous les interlocuteurs, comme on l’a toujours fait.»

«Situation attentiste»

Côté exécutif, on assure que la table des discussions est ouverte. «Toute proposition mérite d’être étudiée et celle de la maire de Paris le sera», répond ce vendredi matin Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, sur France Inter. Avant d’ajouter : «Mais j’entends très peu, voire aucun scientifique, dire qu’en trois semaines on peut terrasser le virus et tout rouvrir.»

Jeudi soir, lors de sa conférence de presse, Jean Castex a écarté l’hypothèse d’un reconfinement national. «Si, et seulement si la situation continue à se dégrader, nous prendrons des mesures renforcées qui entreront en vigueur à compter du week-end du 6 mars», a prévenu le Premier ministre. Vingt départements, dont ceux de la région parisienne, ont été placés sous surveillance renforcée. Des mesures de confinement localisé, le week-end, ont déjà été adoptées à Dunkerque (Nord) ou dans les Alpes-Maritimes. Emmanuel Grégoire avait critiqué, lui, la «situation attentiste» et les «demi-mesures» du gouvernement.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon