Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Covid-19. L’hôpital de Saint-Lô suspend la vaccination de son personnel à cause de malaises

logo de Ouest-France Ouest-France 11/02/2021 avec AFP.
La vaccination est temporairement suspendue pour les personnels de l’hôpital de Saint-Lô. © REUTERS La vaccination est temporairement suspendue pour les personnels de l’hôpital de Saint-Lô.

De façon temporaire, l’hôpital de Saint-Lô a suspendu, ce jeudi 11 février, la vaccination de ses professionnels de santé, en raison de malaises chez les personnels vaccinés.

L’hôpital de Saint-Lô a suspendu, ce jeudi 11 février, la vaccination de ses professionnels de santé lancée la veille, en raison de malaises chez les personnels vaccinés qui ont mis en difficulté le fonctionnement de certains services.

« La raison de la suspension, c’est qu’on a vacciné une cinquantaine de personnes hier (mercredi) et qu’on a une proportion de personnes qui n’était pas bien aujourd’hui, qui avait des symptômes du type fièvre et nausée. Cela nous met en difficulté quand on a des équipes entières qui sont vaccinées le même jour et qu’on a 15 % de l’équipe qui a des symptômes post-vaccin », a indiqué à l’AFP la chargée de communication de l’hôpital, Mélanie Cotigny.

Les plannings revus

« Une petite dizaine » de professionnels sur la cinquantaine vaccinée ont présenté ce type de symptômes, a-t-elle précisé. « On a repris l’intégralité de nos plannings pour pouvoir mieux disperser la vaccination entre services et on devrait reprendre avant le week-end. »

« On avait vacciné tous nos kinés et du coup on n’avait que la moitié de l’équipe aujourd’hui », a-t-elle indiqué, en précisant que la proportion de personnes vaccinées ayant des symptômes « ne se répartit pas forcément de la même façon » d’un service à l’autre.

À la question de savoir si l’hôpital a été surpris par la proportion de personnel vacciné touchée par des symptômes, Mélanie Cotigny a expliqué : « On a eu plutôt moins d’effets secondaires sur les Pfizer, mais le labo (Astra-Zeneca) annonçait 12 % à 15 % d’effets secondaires sur cette vaccination. Donc on le savait mais on ne l’a pas anticipé de cette manière-là. »

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon