Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Covid-19 : Ségolène Royal supprime ses tweets prônant l'utilisation de la chloroquine

logo de L'Express L'Express 25/05/2020 lexpress.fr

Une nouvelle étude parue vendredi sur ce traitement démontre son inefficacité voire sa dangerosité chez les patients atteints de Covid-19.

Ségolène Royal a pris position dès fin mars pour le traitement de la chloroquine contre le Covid-19. © afp.com/Alberto E. Rodriguez Ségolène Royal a pris position dès fin mars pour le traitement de la chloroquine contre le Covid-19.

L'ancienne ministre socialiste de l'Environnement Ségolène Royal a supprimé deux tweets qui prônaient l'utilisation de la chloroquine comme traitement contre le Covid-19, a rapporté dimanche le compte Twitter "Fallait pas supprimer".

Ségolène Royal avait pris position dès fin mars pour ce médicament, généralement utilisé contre le paludisme. Elle a également apporté son soutien au Professeur Didier Raoult, de l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) à Marseille, qui défend le traitement à la chloroquine contre le Covid-19.

Un traitement controversé

Vendredi, une nouvelle étude a été publiée sur la chloroquine. Elle affirme que ce médicament s'avère inefficace sur les patients hospitalisés atteints du Covid-19. Selon cette étude, ces molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque.

Le traitement à la chloroquine nourrit un profond débat depuis le début de la pandémie. Il a finalement été autorisé par décret pour soigner les malades du Covid-19 à l'hôpital uniquement et seulement pour les cas graves sur décision collégiale des médecins.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a demandé samedi au Haut conseil de la santé publique (HCSP) de proposer "sous 48 heures une révision des règles dérogatoires de prescription" de divers traitements comme l'hydroxychloroquine, après la parution de cette nouvelle étude.

Retrouvez des moyens de soutenir les soignants, les chercheurs, et les personnes en difficulté en cliquant ici


Publicité
Publicité

Plus de L'Express

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon