Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Déconfinement: la France favorable à une réouverture des frontières intérieures de l'Europe dès le 15 juin

logo de BFMTV BFMTV 28/05/2020 Clément Boutin

Edouard Philippe a annoncé, ce jeudi après-midi, lors d'un point sur le déconfinement, que la France est favorable à une ouverture de ses frontières avec ses voisins européens dès le 15 juin. Concernant celles avec le reste du monde, une décision devrait être prise mi-juin.

Déconfinement: la France favorable à une réouverture des frontières intérieures de l'Europe dès le 15 juin © BFM Business Déconfinement: la France favorable à une réouverture des frontières intérieures de l'Europe dès le 15 juin

Des perspectives pour cet été. Ce jeudi après-midi, lors d'une conférence organisée pour présenter la phase 2 du déconfinement en Hexagone, Edouard Philippe a abordé la question des déplacements hors de France, afin de donner aux Français des éléments pour s'organiser pour la période estivale

Concernant les déplacements à l'intérieur du territoire européen, le Premier ministre a assuré que "la France est favorable à une réouverture des frontières intérieures de l'Europe à compter du 15 juin". 

"À l'intérieur de l'Europe, l'épidémie est en train de ralentir. C'est pourquoi la France sera favorable à une réouverture des frontières intérieures de l'Europe, à compter du 15 juin, si la situation sanitaire le permet, sans quatorzaine pour les voyageurs en provenance des pays européens. Comme nous le faisons depuis le début de la crise, nous appliquerons des mesures de réciprocité avec les états européens qui décideraient de fermer leurs frontières et d'imposer des quatorzaines aux Français", a-t-il précisé.

Des décisions communes avec l'Europe

Concernant les frontières extérieures à l'Europe, Edouard Philippe a indiqué que la France devra s'harmoniser avec ses pays voisins et prendre des décisions communes en fonction de l’état et de l’évolution des risques. 

"Nous avons décidé d'évaluer à l'oraison du 15 juin, avec l'ensemble des pays européens, si nos frontières extérieures à l'Europe devraient ou non réouvrir, pour quel ressortissant et pour quelles modalités de quatorzaine le cas échéant", a-t-il ajouté. 

Pour le Premier ministre, "cela n’a pas de sens de le faire pays européen par pays européen, il faut le faire collectivement et appliquer cette règle collectivement."

"Nous prenons des décisions à notre rythme"

Edouard Philippe a cependant réagi à l'annonce de l'ouverture des frontières de certains pays européens. L'Italie a, par exemple, indiqué rouvrir ses frontières aux touristes de l'Union européenne dès le 3 juin. Quant à l'Espagne, les touristes étrangers pourront s'y rendre dès le 1er juillet.

"Je respecte les décisions prises par les pays voisins. Elles ont été prises souverainement et sont toujours adaptées à la situation sanitaire. Que ce soit en Italie ou en Espagne la crise a été de telle ampleur que nous savons que les autorités en place ne prennent pas des décisions à la légère", a-t-il souligné.

Le locataire de Matignon a affirmé que le gouvernement prend "des décisions à [son] rythme". Interrogé sur le cas pratique d'un Français qui voudrait se rendre en Italie, il a expliqué qu'il pourrait le faire "dans le sens où le pays ne lui interdirait pas l’accès à son territoire et que nous n’interdisons pas l’accès à notre territoire aux ressortissants français lorsqu’ils reviennent en France." 

Des mesures de contrôles "strictes" pour les Outre-mer

Concernant les Outre-mer, des mesures de contrôles "très strictes des déplacements" sont maintenues avec des "mesures strictes de quatorzaine" à l'arrivée, a annoncé Edouard Philippe. Une "ouverture plus large des vols pour les vacances" est envisagée "si les conditions sanitaires le permettent".

"D'ici là, nous allons expérimenter une nouvelle forme de quatorzaine dans certains territoires, avec un test qui sera réalisé au bout de sept jours", et pourra conduire s'il est négatif "à adapter les contraintes" de la quatorzaine. "Il faut que nous soyons en mesure d'imaginer les bons dispositifs pour les territoires insulaires", a-t-il ajouté.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon