Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

En Guyane, la justice refuse l’implantation d’une centrale thermique EDF, jugée trop polluante

logo de Ouest-France Ouest-France 04/08/2021 Christelle GUIBERT.
La forêt recouvre 90 % du territoire guyanais. © OUEST FRANCE archives La forêt recouvre 90 % du territoire guyanais.

Un juge a suspendu les travaux de la future unité électrique de l’exploitant : encore trop polluante. Mais le groupe fait appel.

Le 27 juillet 2021, le tribunal administratif de la Guyane a bloqué les travaux de la future centrale thermique du Larivot, près de Cayenne. Une décision prise au nom du climat et qualifiée d’historique ​par les plaignants, les associations France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement.

La centrale du Larivot et ses 120 mégawatts ne présenteraient qu’une réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à la vieille unité au fioul de Dégrad-des-Cannes, dont la fermeture est prévue en décembre 2023.

Insuffisant, a tranché le juge, puisque la France s’est engagée à réduire ses rejets de CO2 de 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990​.

Les exploitants, EDF et sa filiale Production électrique guyanaise, ne désarment pas. Ils ont fait appel le 1er août. Ils ont le soutien de la collectivité territoriale de Guyane, soucieuse de son indépendance énergétique, ainsi que du syndicat UTG-CGT Éclairage, inquiet pour les emplois.

Une production d’électricité propre, selon EDF

EDF assure que sa production d’électricité sera propre, à base de biomasse, de matières végétales, et associée à du photovoltaïque. Mais ses opposants en doutent. C’est le ministère de la Transition écologique qui avait sommé le groupe de revoir sa première copie de 2017, une centrale alimentée par un fioul léger et convertible au gaz naturel.

Depuis, des Guyanais rêvent d’une filière de biomasse liquide et de bio carburant, à l’image de la réussite du voisin brésilien, 2e producteur mondial d’éthanol, à partir de déchets de canne à sucre.

Or, la canne reste une culture marginale dans le département ultra-marin. EDF a promis un approvisionnement respectueux de l’environnement​. Mais lequel ? Dans ce département, l’agriculture reste vivrière et cantonnée sur la bande côtière. L’arrière-pays étant l’Amazonie, intouchable.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon