Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Faudra-t-il passer un test obligatoire pour aller en Corse cet été ?

logo de L’Obs L’Obs 26/05/2020 www.nouvelobs.com
© Copyright 2020, L'Obs

Un test obligatoire pour pouvoir aller en Corse ? Depuis le 11 mai, les déplacements entre la Corse et le continent sont suspendus. Dans un rapport remis le week-end dernier, le Comité consultatif scientifique, sorte de Conseil scientifique corse créé à la fin du mois d’avril par l’Assemblée de l’île, a détaillé son plan de sortie progressive du confinement.

{{ inlineArticle(23026) }}

Destination très prisée à la saison estivale, l’enjeu pour l’île est de maintenir le tourisme tout en évitant un rebond de l’épidémie et une saturation des hôpitaux. Pour ce faire, le Comité consultatif scientifique a évoqué une « gestion régulée des flux de population pendant la saison estivale » en conditionnant l’accès « à la présentation d’un test PCR négatif ou un test sérologique positif ». Ces tests seraient réalisés « 4 à 7 jours avant le départ ».

Un « passeport sanitaire » obligatoire

Pour évaluer les effets d’un tel dispositif, le Comité scientifique s’est livré à une simulation de la situation sanitaire pour le mois de juin 2020.

Sans tests, le nombre de malades pourrait dépasser les 500, parmi lesquelles 26 pourraient nécessiter une hospitalisation dans un service de réanimation. « Compte tenu de l’engorgement observé chaque été des services urgence/réanimation inhérent à l’augmentation de la population, nous considérons qu’ajouter un poids de 26 Covid potentiels pour le mois de juin n’est pas soutenable par le personnel et les structures hospitalières » peut-on lire dans le rapport.

Karima Delli : « Inventer un tourisme à échelle humaine »

Avec les tests, les simulations montrent que moins de 100 personnes, négatives au moment du test ou ayant contracté la maladie après, contracteraient le Covid-19 et 4 d’entre elles pourraient avoir besoin d’une hospitalisation en service de réanimation.

La recommandation du Comité consultatif scientifique est très similaire à la proposition d’un « Green Pass », faite par Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, le 7 mai dernier lors de sa présentation du plan de déconfinement.

Mais ce projet de passeport sanitaire avait été largement dénoncé par l’opposition, qui y voyait un dispositif impossible à mettre en œuvre et beaucoup coûteux.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon