Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Il a fait plus froid que la normale ce week-end : voici pourquoi ce n’est pas anodin

logo de Ouest-France Ouest-France 18/09/2022 Maxime MAINGUET.
Des nuages dans le ciel breton, en septembre 2020. Photo d’illustration. © YVES-MARIE QUEMENER / OUEST-FRANCE Des nuages dans le ciel breton, en septembre 2020. Photo d’illustration.

Les températures observées en France ces samedi 17 et dimanche 18 septembre ont été inférieures aux normales de saison. Une situation très rare depuis le début de l’année.

On s’y était quelque peu « déshabitués » : il a fait frais, en France, ces samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022. Ou, tout du moins, un peu plus frais que ce à quoi on pouvait s’attendre.

Selon les relevés de Météo France, la température moyenne observée dans l’Hexagone durant ces deux jours a en effet été inférieure aux moyennes de saison. Ce qui n’est que très peu arrivé cette année.

2022, une année record

En effet, selon les données de Météo France, 205 des 260 premiers jours de 2022 ont connu une température moyenne supérieure aux normales.

Un total important qui constitue même un record : depuis 1947 (Météo France ne dispose pas de données pour les années précédentes), aucune année n’avait connu autant de journées au-dessus des normales de référence entre le 1er janvier et mi-septembre.

Graphique montrant les températures moyennes enregistrées depuis le début de l’année, et leur différence par rapport à la normale (courbe noire). En bleu, les jours avec des températures inférieures aux normales, en rouge, ceux avec des températures supérieures aux normales. © METEO FRANCE Graphique montrant les températures moyennes enregistrées depuis le début de l’année, et leur différence par rapport à la normale (courbe noire). En bleu, les jours avec des températures inférieures aux normales, en rouge, ceux avec des températures supérieures aux normales.

Le précédent record en la matière était détenu sur cette période par l’année 2020 (185 jours). Suivent les années 2018 (182 jours), 2003 (165 jours) et 2017 (158 jours) qui, toutes, ont vu leurs totaux largement battus par celui de l’année 2022.

Très peu de journées fraîches cet été

Si ces anomalies positives de températures ont été nombreuses depuis le début de l’année, cela a été a fortiori le cas depuis le début de l’été.

En effet, depuis le 1er juin, jour qui marque le début de l’été météorologique, seuls 10 jours ont vu le mercure évoluer en dessous des moyennes de saison, dont 7 pour la période entre le 25 juin et le 2 juillet, qui avait été notoirement plus fraîche.

Ultime signe prouvant que l’été 2022, marqué par des vagues de chaleur à répétition et par une sécheresse persistante, n’a pas été tout à fait un été normal…

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon