Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La directrice de cabinet de François de Rugy épinglée pour son HLM inhabité pendant plus de 10 ans

logo de BFMTV BFMTV 10/07/2019 Hugo Septier

Si la collaboratrice du ministre considère sa situation comme "légale", elle admet toutefois vouloir changer prochainement de logement, arguant un "manque de temps" dans son emploi du temps.

Nicole Klein - Image d'illustration © BFMTV Nicole Klein - Image d'illustration

Quelques heures après la divulgation de la "vie de château" menée par François de Rugy alors qu’il occupait le poste de président de l’Assemblée nationale, l’actuel ministre de la Transition écologique est de nouveau dans le collimateur de Mediapart qui, ce jeudi en début de soirée, explique dans un nouvel article que sa directrice de cabinet au ministère, la préfète Nicole Klein, occupe un HLM parisien depuis 2001.

Selon le média en ligne, celui-ci aurait été inoccupé entre 2006 et 2018, période de douze années durant laquelle la sexagénaire occupait plusieurs postes, dont celui de préfète de Loire-Atlantique.

Un "havre toujours occupé" selon l'intéressée

Contactée par Mediapart, la principale intéressée a fait valoir qu’au moment des faits, elle répondait à tous les critères d’admission à l’obtention d’une habitation à loyer modéré. En revanche, et c’est là que le bât blesse, pour la période d’inoccupation, cette dernière avance sa situation professionnelle pour se justifier.

"Je ne considère en aucun cas que mon logement aurait été un “logement social vacant mais plutôt un havre toujours occupé, au milieu de douze mutations souvent très rapides et toujours au service de l’intérêt général. Les préfets ont une peur bleue de perdre leur emploi du jour au lendemain et de se retrouver sans rien", argumente-t-elle.

Comme un comble, le média en ligne souligne que Nicole Klein, en 2013, avait "supervisé une politique de réquisition des logements vacants." De plus, la loi Molle, entrée en vigueur en 2009, introduit qu’un bailleur doit exiger de la part d’un locataire "dont les revenus atteignent depuis plus de deux ans plus de 200% du plafond de ressources du logement de quitter l’appartement", ce qui, dans le cas présent, n’a pas été fait.

200.000 demandeurs à Paris

Si Nicole Klein considère sa situation comme "légale", cette dernière admet toutefois vouloir changer prochainement de logement, arguant un "manque de temps" dans son emploi du temps. Si dans un premier temps elle a expliqué, toujours à Mediapart, que ses enfants y avaient vécu un temps, elle est toutefois revenue dès le lendemain sur ses propos.

De son côté, les journalistes en charge de l'enquête se sont rendus le 8 juillet passé au domicile situé dans le XIVe arrondissement parisien, afin de s’assurer qu’il était bien habité, ce qui était le cas. A l'heure actuelle, on estime à 200.000 les demandeurs de logements sociaux à Paris. 


AUSSI SUR MSN : Ce que l'on sait de la polémique sur les dîners privés de François de Rugy

Relire la vidéo

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon