Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

"La situation actuelle peut aboutir sur une résignation ou sur une profonde révolte", prévient Jean-Louis Debré

logo de RMC RMC 26/11/2020 Guillaume Descours

Il estime notamment que par rapport au premier confinement l'angoisse des Français vis-à-vis de la situation actuelle est plus perceptible.

"La situation actuelle peut aboutir sur une résignation ou sur une profonde révolte", prévient Jean-Louis Debré © RMC "La situation actuelle peut aboutir sur une résignation ou sur une profonde révolte", prévient Jean-Louis Debré

Il y a quelques jours, le gouvernement a alerté sur la santé mentale des Français. En effet, l’année 2020, marquée notamment par ces deux périodes de confinement, a eu un impact non-négligeable sur l’état psychologique des uns et des autres. 

Une fragilité que ressent Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel et qui la voit s’exprimer aux travers de certains comportements. 

“Je trouve que par rapport au premier confinement, il y a une angoisse qui s’extériorise beaucoup plus”, estime-t-il. 

L'étape de la vaccination décisive ?

Il voit le moment de la vaccination qui devrait arriver prochainement puisque les laboratoires commencent à annoncer des vaccins efficaces contre le coronavirus comme une véritable épreuve. 

“Comment la vaccination se fera-t-elle? Est-ce qu’il y aura des injustices? Sur quels critères est-ce que les vaccins seront là? Est-ce qu’ils ne vont pas créer une fantastique espérance qui peut être déçue? Aujourd’hui, la situation telle que je la ressens est insaisissable et elle peut aboutir à une résignation ou aboutir à une profonde révolte”, indique-t-il. 

Il précise que personnellement, lui, se fera vacciner, car il y a “une responsabilité individuelle pour la collectivité”. 

Emmanuel Macron, le président de la République, avait précisé mardi soir lors de son allocution télévisée que le vaccin ne serait pas obligatoire. Le ministre de la Santé, Olivier Véran a, quant à lui, précisé ce jeudi que les premières vaccinations pourraient avoir lieu dès fin décembre ou début janvier. 

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon