Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La sororité selon Aurore Bergé, le nouveau job de Blanquer, les beaux habits des députés RN

logo de L’Obs L’Obs il y a 2 jours Lucas Burel, Alexandre Le Drollec et Lucie Alexandre
© Copyright 2022, L'Obs

Quatre jours après le second tour des élections législatives, c’est au tour des élus d’extrême droite de faire les beaux sur le parvis de l’Assemblée.

Aurore Bergé remplace Christophe Castaner

Comme quoi, tout vient à point à qui sait attendre que des têtes soient coupées. Deux ans après avoir échoué à prendre la présidence du groupe LREM à l’Assemblée au profit de Christophe Castaner, la députée de la 10e circonscription des Yvelines peut enfin se targuer de féminiser les postes de pouvoir en macronie, suite à la claque électorale subie par ce dernier dans les Alpes-de-Haute-Provence. Aurore Bergé, issue de la droite juppéiste, prend donc la tête du groupe des 170 députés Renaissance ! – le nouveau nom de LREM.

Et maintenant, que va devenir la Nupes ?

Ancienne chargée de com’ des équipes d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite en 2016, l’élue de 35 ans est avant tout une communicante et une habile tacticienne. Une forte tête qui sait frapper avec les mots, compétence utile dans un Hémicycle qui s’annonce très politique, et où il faudra tenir tête à des oppositions musclées. Comment définir sa droite ? Philippiste sur l’économie, libérale sur les mœurs (favorable à la PMA pour toutes les femmes, texte sur lequel elle a été « whip » c’est-à-dire responsable des votes du groupe), et vallsiste sur la laïcité.

10 choses à savoir sur Aurore Bergé, nouvelle présidente des députés Renaissance à l’Assemblée nationale

Et si la macronie découvrirait la sororité ?

A peine élue ce mercredi, Aurore Bergé volait déjà au secours d’Elisabeth Borne. Laquelle se trouve dans une position pour le moins délicate, voire intenable, depuis la déroute de la majorité aux législatives. Alors que François Bayrou réclamait le matin même sur France Inter la tête de l’actuelle cheffe du gouvernement, Aurore Bergé a d’emblée tenu à rappeler qu’elle ferait bloc derrière la Première ministre : « Il y a une Première ministre. Elle s’appelle Elisabeth Borne et elle est aussi la cheffe de la majorité en tant que Première ministre », a ainsi rappelé la députée des Yvelines.

De son côté Bergé a survolé cette élection, bien aidée, il est vrai, par le peu de concurrence. Dans le détail, elle a recueilli 88 voix, et devancé de très loin ses adversaires Guillaume Vuilletet (29), Rémy Rebeyrotte (25) et Stella Dupont (11).

Tenue correcte exigée pour la rentrée des députés RN

Les nouveaux députés du Rassemblement national avaient été prévenus dès mardi par leur patronne Marine Le Pen : ici on n’est pas chez les « zadistes » de la Nupes, et il faudrait, pour ces messieurs, venir « cravatés » à la Chambre basse. Ils étaient donc tous beaux comme des camions mercredi matin à prendre la pose sur les marches de l’Assemblée nationale pour la rentrée du groupe RN. La découverte des lieux par les 89 députés, à quelques rares exceptions, s’est notamment prolongée au sein même de l’hémicycle, où les nouveaux élus d’extrême droite ont défilé devant les photographes des lieux pour leurs photos officielles – et, pour certains, en prenant des selfies avec Marine Le Pen au pied du perchoir…


Vidéo: Aurore Bergé et les députés de la majorité arrivent à l'Assemblée nationale (AFP)

Aurore Bergé et les députés de la majorité arrivent à l'Assemblée nationale
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
Emmanuel Macron, de président Jupiter à président relatif

Un groupe parlementaire qui « ressemble à la France »,selon la porte-parole Laure Lavalette, nouvelle élue du Var, déjà à fond sur les éléments de langage frontistes. Les mots d’ordre du jour ont d’ailleurs été répétés à l’envi par Marine Le Pen à son entrée, sous les vivats, dans la cour du Palais-Bourbon : « profil bas », « compétence » et « sérieux » : « Ces députés vont vous étonner, ils vont abattre un travail remarquable », a promis celle qui sera élue présidente de son groupe parlementaire ce vendredi.

Zemmour trouve les pauvres « analphabètes »

Si l’extrême droite du Rassemblement national a su toucher les classes populaires, c’est peu dire que celle de Reconquête ! n’a pas choisi cette stratégie. Le candidat déçu à la présidentielle a une piètre opinion de la France d’en bas, et en a donné une nouvelle preuve lors d’une réunion de son comité politique mardi, dont « l’Express » a cité des extraits.

« Les classes populaires sont analphabètes », aurait affirmé l’ancien journaliste du « Figaro », des propos confirmés par plusieurs participants. Comment on appelle ça déjà ? Ah oui, du mépris de classe.

Une secrétaire d’Etat accusée de viols

Une enquête a été ouverte après le dépôt de deux plaintes pour viol visant la secrétaire d’Etat chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux Chrysoula Zacharopoulou, selon une information de « Marianne » confirmée par le parquet de Paris. Les faits reprochés auraient été commis dans le cadre de sa profession de gynécologue. Si la répétition des accusations de viol contre les membres du gouvernement Borne n’est pas comique, elle est du moins frappante. Mais le plus étonnant reste surtout l’anonymat de cette secrétaire d’Etat, que nous découvrons comme vous, sa nomination il y a un mois étant totalement passée sous les radars.

Crise à l’Assemblée : a-t-on raison de charger cette pauvre IVe République ?

Polémique autour du nouveau job de Blanquer

Après sa petite gifle électorale dans le Loiret, et une victoire du Rassemblement national dans la circonscription qu’il visait, l’ex-ministre de l’Education nationale n’a plus grand-chose à faire en politique. Selon « le Canard enchaîné » et Mediapart, il serait pressenti pour intégrer l’université Panthéon-Assas, avec un poste nouvellement créé.

Une information qui a fait bondir, dans ce milieu où les créations de postes sont très rares, et s’arrachent entre des centaines de docteurs. L’université Panthéon-Assas a publié un communiqué pour indiquer que les procédures habituelles seraient strictement respectées. Mais les syndicats ne sont pas très contents.

Macron classe LFI dans « le champ républicain »

On ne comprend pas toujours très bien, mais c’est sûrement les aléas du « et en même temps » macronien. Dans l’entre-deux-tours Emmanuel Macron lui-même et ses troupes ont souvent semblé renvoyer dos à dos la Nupes et l’extrême droite du Rassemblement national, laissant entendre que seuls le parti présidentiel et ses alliés (et la droite) se situeraient dans le fameux « champ républicain ».

En fait, non. Reçu à l’Elysée mercredi, le leader « insoumis » Adrien Quatennens assure qu’Emmanuel Macron lui aurait dit qu’il classait bel et bien La France insoumise dans le champ républicain. On prend note, et Adrien Quatennens lui a demandé de faire passer le message.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon