Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le corps d’une femme décédée depuis plus de deux ans découvert dans un appartement à Saint-Brieuc

logo de Ouest-France Ouest-France 19/01/2022 OUEST-FRANCE.
Les policiers de Saint-Brieuc ont fait une macabre découverte dans un appartement, ce mercredi 19 janvier. © Joel Le Gall / Archives OUEST-FRANCE Les policiers de Saint-Brieuc ont fait une macabre découverte dans un appartement, ce mercredi 19 janvier.

Les policiers ont révélé un véritable drame de la solitude, ce mercredi 19 janvier 2022 à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Ils ont découvert le corps d’une femme morte dans son lit depuis plus de deux ans. Personne ne s’en était inquiété. Le syndic a fait appel à la police en raison des charges impayées.

À Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), les policiers ont fait une macabre découverte dans un immeuble du boulevard Clemenceau, en plein centre-ville, ce mercredi 19 janvier 2022. Ils sont intervenus vers 12 h dans un appartement au premier étage, à la demande du syndic, indique le commissariat de police de Saint-Brieuc, confirmant une information du Télégramme. La copropriétaire ne payait plus ses charges depuis plus de deux ans.

Morte dans son lit il y a plus de deux ans

À leur arrivée, les fonctionnaires ont découvert le corps d’une femme dans son lit, dans un état de décomposition très avancé. Les enquêteurs estiment que son décès remonte à plus de deux ans, à la période à partir de laquelle elle ne payait plus ses factures.

Née en 1947, cette dame était donc âgée de 73 ans à la date présumée de son décès. Personne, dans son voisinage ou parmi ses proches, ne s’est inquiété de sa disparition. La victime n’avait pas de famille proche.

Piste d’une mort naturelle

Les enquêteurs partent sur la piste d’une mort naturelle. Le corps de la septuagénaire a été confié à l’institut médico-légal de Rennes afin de déterminer les causes de son décès.

À Saint-Brieuc, les drames de la solitude se succèdent depuis plusieurs années. En 2016, un homme de 87 ans avait été découvert mort depuis plusieurs jours dans son logement du quartier Saint-Michel. Les voisins s’étaient, cette fois, inquiétés de voir les volets restés fermés. En juillet 2020, à la Ville-Oger, c’est un agent d’un office HLM qui avait donné l’alerte, s’inquiétant de l’absence de réponse d’un locataire de 65 ans. Il était décédé dans son appartement depuis six mois.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon