Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les pompiers de Mayotte refusent d’assurer la sécurité d’Emmanuel Macron

logo de L’Obs L’Obs 21/10/2019 www.nouvelobs.com
© Copyright 2019, L'Obs

Les pompiers de Mayotte cesseront le travail lors de l’arrivée du président de la République sur l’île.

Emmanuel Macron, qui entame mardi 22 octobre un déplacement de quatre jours à Mayotte et à La Réunion, est lâché par les pompiers. Comme repéré par BFMTV, les soldats du feu de Mayotte refusent d’assurer la sécurité incendie de l’avion du président de la République qui doit atterrir à l’aéroport de l’île. Dans un courrier du Syndicat National des Sapeurs-Pompiers Professionnels adressé au préfet de Mayotte, ils déclarent être « solidaires » de leurs « collègues de la Métropole et des DOM-TOM » qui ont notamment essuyé des tirs de gaz lacrymogène lors de leur manifestation à Paris le 15 octobre.

Par conséquent, ils n’assureront pas « la sécurité incident adéquate pour l’aéronef de monsieur le président de la République, soit une heure avant l’atterrissage jusqu’à quinze minutes après l’arrêt complet des moteurs ».

« Il est inutile d’envoyer les forces de l’ordre de cette manière afin de traiter et provoquer des agents du même ministère qui ne cherchent qu’à aider la population et qui ne demandent qu’à être reconnus dans la pénibilité de leur fonction et travail de tous les jours », poursuivent dans leur lettre les soldats du feu.

Cette visite présidentielle dans deux territoires secoués en 2018 par de forts mouvements de contestation populaire est très attendue.

Ce long déplacement, qualifié par l’Elysée de « plus important voyage national depuis la rentrée », est le premier dans l’océan Indien du président, qui s’était rendu brièvement à La Réunion et à Mayottependant la campagne présidentielle de 2017. Il s’agit aussi de son 5e en outre-mer.

A Mayotte mardi, où il devrait être accompagné des ministres de l’Intérieur Christophe Castaner et des Outre-mer Annick Girardin, Emmanuel Macron vient constater le déploiement de l’opération Shikandra, un plan civilo-militaire de lutte contre l’immigration clandestine présenté en août.

Mayotte fait face à une forte pression migratoire, principalement des îles voisines des Comores, dont la plus proche, Anjouan, est à 70 kilomètres de ses côtes. Le recensement Insee de 2017 a comptabilisé 256 500 habitants dans l’île, dont 48% d’étrangers. Parmi eux, 95% sont Comoriens. La moitié de ces étrangers sont en situation irrégulière.

Aussi sur MSN: À Mayotte, les nouvelles routes de l’immigration

Relire la vidéo

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon