Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Lille se prononce pour le retrait progressif des animaux sauvages dans les cirques

logo de BFMTV BFMTV 04/04/2019 Ambre Lepoivre

Le groupe Europe Ecologie - Les Verts de Lille avait formulé un vœu auprès du conseil municipal pour obtenir une interdiction pure et simple des animaux sauvages dans les cirques. Plus de 340 villes françaises ont déjà manifesté leur refus d'accueillir les spectacles itinérants exhibant des animaux sauvages.

Des tigres dans un cirques (illustration). © Armend Nimani - AFP Des tigres dans un cirques (illustration).

Eléphants acrobates, félins cascadeurs, singes équilibristes... Les animaux sauvages sont encore l’attraction de nombreux spectacles itinérants, au grand désespoir des défenseurs de la cause animale. Si 28 pays dans le monde ont totalement interdit la présence d'animaux dans les cirques, la France reste en retrait sur cette question et laisse chacune de ses villes décider au cas par cas. Ce jeudi, c’est Lille qui a dû se prononcer sur le sujet, saisie d’une demande formulée par le groupe Europe Ecologie - Les Verts de la municipalité.

"Soutenir les modèles alternatifs de cirque"

A l’issue d’un vote en conseil municipal, la ville du Nord a finalement affirmé ce jeudi sa volonté de travailler "avec les professionnels du monde circassien et experts afin de poursuivre le retrait progressif des animaux sauvages dans les cirques et de veiller aux conditions de vie des animaux. Elle continuera à soutenir les modèles alternatifs de cirque existants sur le territoire".

Dans son vœu soumis à la municipalité, le groupe EELV avait notamment mis en lumière un avis de la Fédération des Vétérinaires d’Europe (FVE) faisant état d’une "impossibilité absolue [pour les cirques] de répondre aux besoins physiologiques, mentaux et sociaux [des animaux]". Pour les élus écologistes lillois, "la mise en spectacle d’animaux sauvages dans des conditions incompatibles avec leurs besoins biologiques et leur habitat constitue une atteinte aux valeurs de respect de la nature et de l’environnement protégée par notre Constitution", rapporte le site d’information Actu.fr.

"Condamnés à la prison à vie"

Régulièrement, la Fondation 30 millions d’amis cible les villes qui n’ont pas encore passé le cap de l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques et rappelle les effets néfastes sur leur santé.

L’association qui lutte pour la protection des animaux a par ailleurs lancé une pétition en ligne, à l’attention de la Commission européenne. Plus de 270.000 internautes y ont apposé leur signature pour réclamer l’interdiction totale des cirques avec animaux sauvages.

"Il n'est pas dans la nature de l'animal de faire des numéros de clowns et le public est encore loin de s'imaginer les techniques qui sont utilisées pour amener un animal à exécuter un ordre demandé. Enfermés dans des cages souvent trop petites pour répondre à leurs besoins physiologiques et n'ayant plus aucun lien avec leurs congénères, les animaux sauvages dans les cirques sont condamnés à la prison à vie", fustige la fondation.

Plus de 340 villes opposées aux cirques avec animaux

Sensibles à cette question, de nombreux élus locaux ont déjà exprimé clairement leur refus d’accueillir les spectacles itinérants exhibant des animaux sauvages, désormais interdits dans plus de 340 villes françaises.

Un premier pas pour satisfaire les 67% de Français qui se disent opposés à ce genre de divertissement, selon un sondage de la Fondation 30 millions d’amis réalisé en 2019.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon