Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Loi antigaspillage: «un combat» et «un vrai tournant écologique»

logo de Le Figaro Le Figaro 12/07/2019 Le figaro.fr

La secrétaire d’État à la Transition écologique, Brune Poirson, présente ce mercredi 10 juillet en Conseil des ministres sa loi sur l’économie circulaire qui vise notamment à réduire les déchets et à améliorer le recyclage en France.

La secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire est optimiste quant à la bonne réception et compréhension de son projet par les citoyens français. © Frédéric Dugit/MAXPPP/Frédéric Dugit/MAXPPP La secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire est optimiste quant à la bonne réception et compréhension de son projet par les citoyens français.

Ce mercredi 10 juillet, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson présente son premier projet de loi devant le Conseil des ministres. Une somme de mesures ambitieuses, qui, espère-t-elle, marqueront un «vrai tournant écologique». Il aura fallu pas moins d’un an et demi à la secrétaire d’Etat pour écrire ce texte «antigaspillage pour une économie circulaire». «S’attaquer aux déchets, c’est un vrai combat, explique-t-elle dans une interview au Journal du Dimanche. Je suis face à des lobbies puissants. Ce monde-là est l’un des secteurs les plus opaques en France. La dernière grande loi sur le sujet a près de trente ans!»

Quelles sont les grandes mesures de ce projet de loi? L’obligation, pour les entreprises, de gérer leurs déchets, et une certaine «régulation du capitalisme». «Des pans entiers de notre économie ne prennent pas en charge le traitement de leurs déchets, qui est donc supporté par les collectivités, donc par les impôts locaux... Cela va changer», insiste Brune Poirson, qui va donc renforcer le principe du «pollueur-payeur», ainsi qu’une «police des déchets», avec un renforcement du pouvoir des maires et l’autorisation de la vidéosurveillance. Le projet de loi instaurera un système de bonus-malus pour avantager les produits les plus vertueux en réduisant leur prix.

Le texte fixe également l’objectif du recyclage des plastiques à 100% d’ici 2025. Dès 2020, l’utilisation des plastiques à usage unique - pailles, gobelets en plastique, couverts... - sera proscrite. La loi prévoit également d’instaurer une consigne de 15 centimes sur les bouteilles en plastique PET.

Le BTP, secteur qui produit le plus de déchets

La secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire est optimiste quant à la bonne réception et compréhension de son projet par les citoyens français. «La jeune génération nous a interpellés à ce sujet. Les citoyens sont prêts à changer de modèle, ils nous l’ont dit durant le grand débat, pourvu qu’on leur en donne les moyens», précise Brune Poirson au JDD, qui cite également des pays européens voisins, considérés comme des «bons élèves» en matière d’antigaspillage et de recyclage. Le modèle scandinave est une source d’inspiration précieuse. «Les produits consignés sont identifiés, avec beaucoup de points de collectes, observe Brune Poirson. Dans ces pays, c’est entré très rapidement dans les mœurs.»

Cette réforme bouscule plusieurs acteurs qui n’ont pas l’intention de se laisser faire: en premier lieu, le secteur du BTP, «qui représente à lui seul 70% des déchets en France», selon Brune Poirson. «Notre exigence est que les entreprises du BTP trient et valorisent au maximum leurs déchets», précise-t-elle.

Les recycleurs, qui vont être impactés par cet objectif de 100% de plastique recyclé d’ici à 2025, expriment également une opposition. Enfin, les maires et les communes ne vont pas apprécier ce projet de loi: après avoir investi beaucoup d’argent dans les centres de tri, l’organisation et la revente de ces matières premières, les maires craignent que ces ressources s’envolent.

«L’économie circulaire, ce sont 300.000 emplois de plus sur les territoires, non délocalisables, et la garantie d’une plus grande indépendance en réduisant nos importations de matières premières», insiste la secrétaire d’Etat.

Qu'en pensent les opposants ? Retrouvez leur avis ici.

Pour réagir à ce sujet, rendez-vous sur notre page Facebook

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon