Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Manifestation des Gilets jaunes : jusqu'à quand?

logo de leJDD leJDD 19/02/2019 Michaël Bloch
Les Gilets jaunes manifestent toutes les semaines depuis 3 mois. Et ils ne sont pas prêts de s'arrêter. © Sipa

Les Gilets jaunes manifestent toutes les semaines depuis 3 mois. Et ils ne sont pas prêts de s'arrêter.

Les Gilets jaunes manifestent toutes les semaines depuis 3 mois. Et ils ne sont pas prêts de s'arrêter.

Jusqu'à quand les Gilets jaunes vont-ils manifester tous les week-end? Jusqu'aux vacances d'été? Jusqu'à la fin du quinquennat? Les plus motivés des Gilets jaunes ne prévoient en tout cas pas de baisser les bras malgré la lassitude qui commence à poindre dans l'opinion publique. Le dernier sondage Ifop publié dimanche dans le JDD montrait que 52% des Français (+15 points en un mois) appelait pourtant les Gilets jaunes à "cesser leur mouvement et leurs actions (manifestations, blocages etc.)". A l'inverse, 38% estimaient que les Gilets jaunes devaient continuer leur mouvement et leurs actions (-14). 

Le mouvement des Gilets jaunes ne cesse également de se rétrécir. Samedi, seulement 41.500 personnes ont manifesté dans l'ensemble de la France, selon le ministère de l'Intérieur. Les Gilets jaunes ont eux compté 104.070 personnes. A titre de comparaison, le 12 janvier (acte 9), 84.000 personnes s'étaient rassemblées dans toute la France. Ils étaient 159.157, selon les Gilets jaunes.

"Il y aura un acte 15, un acte 16, un acte 17", affirme Eric Drouet

En un mois, le chiffre de mobilisation a ainsi été divisé par deux, selon les données du ministère de l'Intérieur. Seuls les plus déterminés continuent à manifester chaque samedi malgré les incidents hebdomadaires avec les forces de l'ordre, ainsi que la présence d'éléments radicalisés. "Le reflux du mouvement rend plus visibles ces ultras, qui se radicalisent et s’auto-alimentent de leurs haines. Je ne pense pas qu’ils soient représentatifs des Gilets jaunes dans leur masse, mais c’est eux qu’on entend de plus en plus", relève l'historien Laurent Joly dans Le Monde.

Les figures les plus en vues du mouvement veulent, eux, continuer à tout prix la mobilisation. "Il y aura un acte 15, un acte 16, un acte 17. Tout le monde a décidé de sortir dans la rue et de ne pas lâcher de toute façon", a répété Eric Drouet dans son live Youtube lundi. Maxime Nicolle le martèle aussi souvent : le mouvement ne s'arrêtera pas de sitôt. Pourtant, il est de plus en plus difficile de comprendre ce que les Gilets jaunes pourraient obtenir de plus du gouvernement alors que le grand débat a permis à l'exécutif de reprendre la main.

Ces interrogations traversent aussi le mouvement. Cela fait plusieurs semaines que les Gilets jaunes cherchent la parade pour contrer l’essoufflement des mobilisations. "Je reste favorable aux manifestations du samedi, mais on ne doit pas se limiter à ça. D'autres ­initiatives peuvent avoir lieu. Par exemple, nous devons faire ­davantage ­pression sur les grandes entreprises qui ne paient pas assez d'impôts. Cela financerait la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l'une de nos revendications", a estimé Priscillia Ludosky dans le JDD.

Une action d'éclat le 16 mars?

Eric Drouet, lui, a tenté de faire taire les sceptiques sur les manifestations du week-end : "Beaucoup disent : 'Vous ne serez jamais écouté en continuant comme ça'. Mais [...] le problème ne vient pas de nous mais plutôt d'en haut. Il faut bien garder cela en tête! Je considère ce gouvernement comme une mafia!", a-t-il écrit lundi sur Facebook.

Pour relancer la mobilisation, des Gilets jaunes envisagent une action d'éclat le 16 mars au lendemain de la fin du grand débat national : "Nous lançons un ultimatum au président Macron et au gouvernement, si le 15 mars à minuit nos revendications ne sont pas respectées, nous appelons toute la France à monter sur Paris", peut-on déjà lire sur l'événement Facebook. Eric Drouet a aussi relayé cette échéance dans son live Youtube : "Je n'avais pas du tout cette date-là en tête mais tous les gens veulent le 16 mars", a-t-il assuré. Priscillia Ludosky a, elle, partagé un événement Facebook appelé "Acte Décisif: NOUS NE Bougerons PAS!", qui débute le 8 mars et se termine le 21 mars.

La date du 16 mars n'a également pas échappé à Jean-Luc Mélenchon qui a appelé ses militants à rejoindre les rassemblements ce jour-là : "Nous avons une date de ralliement général. Les gilets jaunes appellent à une manifestation aux Champs-Élysées le 16 mars prochain. Ce sera l’anniversaire du quatrième mois plein de l’insurrection. Et la fin du grand débat. Le même jour aura lieu la manif climat. 'Fin du monde, fin du mois : mêmes coupables'. Nous serons donc tous dans la rue ce jour-là massivement, pacifiquement, mais dans une détermination totale. On espère la jonction des deux cortèges et sinon on se répartira pour le mieux. En toute hypothèse, la capitale connaîtra ainsi un jour de paroxysme de l’engagement politique sur des sujets qui exigent la fin du système économique dans lequel nous vivons", veut-il croire.



AUSSI SUR MSN : Gilets jaunes, «acte XIV», dérives et début de lassitude


Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Le Journal du Dimanche.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon