Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Phase 2 du déconfinement: "Tout doit reprendre normalement. L’entre-deux, c’est insupportable"

logo de RMC RMC 29/05/2020 Les Grandes Gueules (avec Maxime Trouleau)

Après les annonces d'Édouard Philippe concernant la phase 2 du déconfinement, Barbara Lefebvre a regretté dans les Grandes Gueules que toute la France ne soit pas en zone verte.

Le Premier ministre Edouard Philippe, le 28 mai 2020 © AFP Le Premier ministre Edouard Philippe, le 28 mai 2020

Ce jeudi, Édouard Philippe, accompagné du ministre de la Santé et celui de l’Éducation, a annoncé la deuxième phase du déconfinement. "La liberté va enfin devenir la règle" a indiqué le Premier ministre. Seulement, la région Île-de-France, Mayotte et la Guyane vont rester en zone orange et n’auront une liberté pas aussi complète que dans les zones vertes. 

"On continue à entretenir une peur qui me semble complètement déraisonnable"

Dans les Grandes Gueules, Barbara Lefebvre estime que "tout doit reprendre normalement. L’entre-deux, c’est insupportable ! Maintenant que l’on pourrait reprendre une vie normale tout en restant masqué dans les transports en commun et les commerces, on fait la leçon aux Français et on continue à entretenir une peur qui me semble complètement déraisonnable", regrette-t-elle.

"Cette peur continue à être entretenue par les petites phrases glissées par Édouard Philippe ou la porte-parole du gouvernement en nous disant: "Attention, le virus va revenir, c’est saisonnier, vous verrez, nous serons frappés en novembre ou en décembre"".

"L’exécutif est en train de faire une exploitation politique de cette crainte sanitaire"

"Sauf que si nous sommes frappées en novembre ou en décembre, poursuit la "GG", si de nouveau le coronavirus arrive, cette fois-ci, nous aurons les masques, nous aurons les tests, nous aurons les gestes barrières qui nous permettrons de nous prémunir, nous serons mieux armés qu’en février/mars au moment précisément où le gouvernement ne nous avait pas permis de nous préparer".

Elle pointe donc du doigt la stratégie trop craintive, selon elle, du gouvernement. "Maintenant, il faut arrêter, il faut baisser un peu la pression avec ce climat et cette politique de la peur. Le déconfinement devrait être total. En ne révoquant pas l’état d’urgence sanitaire, (l’exécutif) est en train de faire une exploitation politique de cette crainte sanitaire qui, au début, était normal".

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon