Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Qui sont les militants anti-viande qui luttent contre la souffrance animale ?

logo de BFMTV BFMTV 23/06/2018 G.D. avec Nicolas de Labareyre et Julien Jacquet

Les militants vegans organisent ce samedi à Paris une manifestation pour demander la fermeture des abattoirs. Ces défenseurs des animaux sont de plus en plus visibles. Parmi les associations en pointe de ce combat, L214, qui milite pacifiquement.

Brigitte Gothière, cofondatrice de l'association L214 © Image BFMTV Brigitte Gothière, cofondatrice de l'association L214

Équipés de tracts, de mégaphones et arborant des t-shirts engagés, les militants de l’associations se préparent pour leur manifestation annuelle contre les abattoirs. Ces militants sont de plus en plus nombreux.

"On attend entre 3 et 4.000 personnes", assure Brigitte Gothière, cofondatrice de l’association L214. "Des gens qui seront là pour défendre les animaux qui pensent qu’il ne faut pas tuer et maltraiter sans nécessité. On veut une réflexion et des actions pour nous sortir de l’ère des abattoirs".

L’association s’est fait connaître en diffusant des vidéos chocs, prises en caméra cachée, de dysfonctionnements dans les abattoirs et les lieux d’élevage, témoignant des maltraitances que subissent parfois les animaux.

"On ne peut pas se rendre compte de la violence qui est exercée sur les animaux si on n’a pas d’images. Nous nous sommes donné comme mission d’apporter les preuves de ce que l’on avance lorsqu’on assure que les animaux souffrent énormément de leur condition d’élevage et de leurs mises à mort", justifie Brigitte Gothière.

"Pas de cuir, pas de soie, pas de fourrure, pas de laine"

Si l’association milite pacifiquement, certains militants extrémistes organisent des actions violentes. Tags et vitrines vandalisées comme à Lille vendredi, ou actions d'éclat pour sensibiliser le public.

Pour les militants, c’est un vrai mode de vie: "Je ne porte pas de cuir, pas de soie, pas de fourrure pas de laine. C'est un positionnement politique assez global", explique Olivier Gramain, coordinateur du réseau bénévole de L214.

"Cela me définit mais cela ne m’empêche pas d’avoir des activités normales et fréquenter des gens qui n’ont rien à voir avec le militantisme, mais c’est un combat qui se fait 24 heures sur 24", assure Laurie Collon, une militante de l’association.

S’il est difficile d’estimer le nombre de végétariens et de vegans en France, la consommation globale de viande baisse peu à peu.

AUSSI sur MSN: Abattoirs: des salariés sous tension

Relire la vidéo
Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon