Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Réforme du bac : l'inquiétude de professeurs de latin et de grec

logo de leJDD leJDD 16/09/2018 Marie Quenet

Des enseignants de langues anciennes comme le latin et le grec craignent que la réforme du bac porte un coup fatal à leurs disciplines, déjà fragilisées.

Des enseignants de langues anciennes comme le latin et le grec craignent que la réforme du bac porte un coup fatal à leurs disciplines, déjà fragilisées. © Sipa Des enseignants de langues anciennes comme le latin et le grec craignent que la réforme du bac porte un coup fatal à leurs disciplines, déjà fragilisées.

L’inquiétude monte. Les professeurs de latin et grec, qui semblaient pourtant chouchoutés par le ministre de l’Education, mettent en garde contre la réforme du lycée. "Les changements annoncés signent la fin des langues anciennes", prévient Robert Delord, le président de l’association Arrête ton char, qui fut en 2015 un des fers de lance contre la réforme du collège qui affaiblissait ces disciplines. Pour lui, la réforme du bac pourrait être le coup fatal. Car les options latin et grec ne feront plus partie des épreuves finales. Exit le coefficient 3 qui rapporte beaucoup de points à l’examen et récompense six années d’efforts.


Jean-Michel Blanquer a multiplié les gestes à l’égard des humanités

A partir de 2021, ces options seront évaluées avec dix autres matières dans la partie contrôle continu qui compte pour… 10% du Bac. Pas très motivant! La réforme du lycée, elle-aussi, s’avère périlleuse. Car s’il existera bien une discipline "Littérature, Langues et Cultures de l’Antiquité" parmi les 12 enseignements de spécialités proposés en première et terminale, on ne la trouvera pas partout…

Le discours officiel, lui, a pourtant évolué. Et Jean-Michel Blanquer a multiplié les gestes à l’égard des humanités : assouplissement de la réforme du collège (permettant de rétablir deux heures de latin en plus par semaine sur l’ensemble du cycle), création d’une certification langues anciennes pour avoir plus d’enseignants… Mais l’épée de Damoclès n’a pas disparu. Latinistes et hellénistes recommencent donc à se mobiliser. Une nouvelle bataille en perspective?

Publicité
Publicité

Plus d'info : Le Journal du Dimanche.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon