Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Réservations, ski: des vacances d'hiver déjà chamboulées à cause du Covid-19

logo de BFMTV BFMTV 22/01/2021

À l'image des mois précédents, les vacances d'hiver risquent de ne pas ressembler à celles des années écoulées.

La station de ski du Grand Bornand, le 21 janvier 2020. © JEFF PACHOUD / AFP La station de ski du Grand Bornand, le 21 janvier 2020.

Les vacances d'hiver approchent à grands pas. Du 6 février au 8 mars, les élèves des trois zones se succéderont pour un congé de deux semaines. Des vacances qui, comme depuis près d'un an, vont se dérouler avec la pandémie de Covid-19 en toile de fond.

Alors qu'un couvre-feu est actuellement en vigueur à 18 heures sur tout le territoire métropolitain, un potentiel troisième confinement n'est plus exclu au vu de la dégradation des indicateurs épidémiques et du fait que le nombre de personnes actuellement hospitalisées en réanimation a atteint un niveau équivalent à la mi-décembre.

Un nouveau confinement "deviendrait probablement une nécessité absolue" si la circulation du variant anglais du coronavirus augmentait "de façon sensible" en France, a prévenu jeudi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Plus tard, sur le plateau du journal télévisé de TF1, le même ministre a déclaré que "nous pourrions être amenés à prendre des mesures supplémentaires" telles qu'un reconfinement si la situation le nécessitait.

Et quand bien même ce nouveau confinement n'avait pas lieu, il semble peu probable que le couvre-feu soit levé pour les vacances scolaires, qui d'un point de vue épidémique pourraient toutefois contribuer à ralentir la circulation du virus au sein des établissements scolaires.

En proie au couvre-feu ou à un troisième confinement, ces vacances d'hiver risquent d'être fortement perturbées par rapport à celles des années précédentes, à l'image des mois écoulés.

· Pas de remontées mécaniques

Activité plébiscitée de la saison hivernale, les sports d'hiver subissent de plein fouet la crise sanitaire. Alors que les stations n'ont pas encore pu ouvrir les remontées mécaniques cette année, leur horizon ne semble guère s'illuminer. Mercredi, le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que les remontées ne rouvriraient pas au 1er février.

Une mesure de fermeture qui ne devrait probablement pas être levée pour la fin des vacances scolaires. Ce statu quo devrait se solder par une "saison blanche", a admis le secrétaire d'État après une rencontre avec les professionnels du secteur de la montagne.

Toutefois, si les remontées mécaniques sont fermées, ce n'est pas le cas des stations de ski dans leur entièreté, où les vacanciers pourront potentiellement s'adonner à d'autres sports d'hiver comme le ski de randonnée ou encore les randonnées en raquettes. À noter que, comme dans le reste du pays, restaurants et bars devraient maintenir leurs portes closes.

"J'espère sincèrement que l'on pourra rouvrir [les bars et restaurants] le plus tôt possible, cela dépendra de la dynamique épidémique", a avancé Olivier Véran jeudi soir.

· Durcissement des conditions d'accès en Guadeloupe et Martinique

Pour les vacanciers qui comptaient se rendre en Guadeloupe ou en Martinique, les vacances s'annoncent bouleversées.

À compter de ce lundi, tous les voyageurs se rendant en Guadeloupe devront s'engager "sur l'honneur" à observer une période de sept jours d'isolement, a annoncé la préfecture du département. Seuls les voyageurs en provenance de Martinique ne seront pas soumis à cette règle.

En Martinique déjà, les services de l'État avaient annoncé un durcissement des conditions d'entrée. Depuis lundi, les voyageurs de toutes provenances doivent s'engager à se mettre pendant sept jours à l'isolement à leur arrivée.

Les voyageurs entre la Guadeloupe et les îles Saint-Martin et Saint-Barthélemy, ou entre la Guadeloupe et la Guyane doivent aussi justifier, dans les deux sens, d'un motif impérieux pour embarquer, précise l'Agence France-Presse (AFP).

Des règles destinées à enrayer la dynamique épidémique, mais toutefois peu propices à des séjours courts, pour des personnes qui avaient prévu de se rendre pendant une ou deux semaines sur une des deux îles antillaises pour les vacances d'hiver.

· Les voyages non-essentiels à éviter en Europe

À l'issue d'un sommet des 27 États-membres jeudi soir, l'Union européenne (UE) a appelé à éviter les voyages non-essentiels entre les pays de l'UE.

À compter de ce dimanche, la France a annoncé qu'elle imposerait la présentation d'un test PCR négatif datant de moins de 72 heures avant le départ aux voyageurs provenant d'autres pays européens. Seuls les travailleurs transfrontaliers et voyages essentiels seront exemptés de cette obligation.

· Prudence pour les réservations

Concernant les vacances d'hiver, le secrétaire d'État chargé du Tourisme Jean-Batiste Lemoyne a dit ce vendredi matin vouloir s'inscrire dans "le registre de la prudence". Selon ce membre du gouvernement, interrogé sur BFM Business, aucune décision n'a été prise concernant d'éventuelles restrictions supplémentaires qui pourraient empêcher les Français de se déplacer.

"Attention, on est dans un moment où certains indicateurs sont en train de remonter, on va regarder ça de plus près dans quelques jours et j'incite donc à la prudence. Les Français, on l'a vu ces derniers mois, compte-tenu de cette incertitude, se sont adaptés, la plupart du temps avec des réservations d'ultra dernière minute", a-t-il fait valoir.

Concernant les réservations déjà effectuées et qui pourraient avoir vocation à être annulées, il semblerait que cela s'appréhende au cas par cas, en fonction du type de réservation et du canal via lequel elles ont été effectuées.

"Je tire mon chapeau aux grandes fédérations et aux entreprises du voyage qui ont mis en place des conditions très souples et flexibles pour que les Français puissent réserver", a poursuivi Jean-Baptiste Lemoyne.

Publicité
Publicité

Plus de BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon