Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Retraites : le système français présente un « risque » de déficits « significatifs »

logo de leJDD leJDD 22/09/2022 Marianne Lecach avec AFP
Le Comité de suivi des retraites a rendu un avis ce jeudi, pointant un « risque » de déficits « significatifs » à l’avenir pour le système des retraites, sans pour autant conseiller une mesure d’âge spécifique.  © HARSIN ISABELLE/SIPA

Le Comité de suivi des retraites a rendu un avis ce jeudi, pointant un « risque » de déficits « significatifs » à l’avenir pour le système des retraites, sans pour autant conseiller une mesure d’âge spécifique. 

Alors que la réforme des retraites tiraille la majorité , le Comité de suivi des retraites (CSR) a publié un avis ce jeudi, annonçant que le système actuel des retraites présente un « risque » de déficits « significatifs » à l’avenir, relaie l’AFP. Les experts du CSR demandent ainsi à l’État de « trouver une réponse », sans néanmoins donner des conseils. Ils estiment qu’il ne leur « appartient pas de sélectionner une manière unique » pour résoudre le problème, remettant ce choix aux « différentes parties prenantes » et à la sphère « politique »

Lire aussi - Emmanuel Macron : « La réforme des retraites est une nécessité pour préserver le modèle social français »

Augmenter l'âge légal ou la durée de cotisation, « le prix à payer » ?

Le CSR a seulement mis à disposition plusieurs scénarii possibles, même si aucun d’entre eux « ne peut être indolore pour l’ensemble de la population », ont admis les auteurs de l’avis. Les experts ont suggéré qu’une possible hausse de l'âge légal ou de la durée de cotisation pourrait être justifiée, tout en considérant que cela « puisse conduire à un nouveau repli de la durée moyenne de la retraite »

Cette piste pourrait être présentée « comme le prix à payer » pour ne pas augmenter les cotisations, ni « réduire le niveau de vie » des retraités, mais aussi comme un moyen de « redéploiement de ressources budgétaires » vers « d'autres besoins économiques et sociaux », rapporte l’AFP. 

Lire aussi - SONDAGE. Retraites : 55 % des Français estiment que Macron a tort de vouloir relancer la réforme cet automne

L’avis du CSR invite aussi à ouvrir le débat sur l’éventualité d’une hausse des cotisations sociales ou « d’autres types de prélèvements », au vu de « la pression » croissante « en faveur d’une redistributivité accrue ». La sous-revalorisation des pensions serait également « une option d’ajustement », du moins si elle est « assortie de mesures de protection pour les basses retraites », relate l’AFP. Seul problème pour ce dernier point : la sous-revalorisation des pensions a été « beaucoup mobilisée » les dix dernières années.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Le Journal du Dimanche.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon