Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Sainte-Geneviève : ultime hommage à «Tonio», le surdoué du breakdance

logo de Le ParisienLe Parisien 25/09/2020 Laurent Degradi
Paris, octobre 2017. Antonio Mvuani Gaston (à droite), alias Tonio, au théâtre national de Chaillot, avec un autre danseur, Yanis Bouregba. © DR Paris, octobre 2017. Antonio Mvuani Gaston (à droite), alias Tonio, au théâtre national de Chaillot, avec un autre danseur, Yanis Bouregba.

Pour ses proches, il était Tonio ou « Bboy Tonio », danseur de grand talent. Antonio Mvuani-Gaston, de son vrai nom, a été inhumé ce vendredi au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Ce spécialiste du breakdance, reconnu mondialement, s'est éteint brutalement cette semaine. « Tonio est décédé à l'âge de 33 ans d'un malaise dont les causes sont aujourd'hui indéterminées. Il laisse une famille et un enfant de 14 ans », se désolent les responsables de la MJC de Sainte-Geneviève-des-Bois où Tonio a découvert la danse il y a une quinzaine d'années.

Ce surdoué franchit rapidement les étapes vers le haut niveau. Avec le collectif Inesteam, qu'il fonde sur la commune avec quelques amis, il remporte des concours et battles de niveau international. En 2013, Antonio Mvuani-Gaston est sacré champion de France de breakdance grâce à ses qualités rythmiques et artistiques exceptionnelles.

Il avait inventé la figure dite du canard

« J'ai commencé dans le break juste pour le plaisir, sans me fouler pendant 5 ou 6 ans, reconnaît-il à cette époque. J'étais jeune, j'aimais simplement voir les plus grands enchaîner leurs pas de danse ou leurs figures. » En 2006, année où il devient papa, le danseur change de cap. Il s'entraîne cinq heures chaque jour, enchaîne les figures et en invente même une, celle dite du canard, où il prend appui sur une main et où il pivote par petits sauts. Un travail de forçat qui va payer. En 2017, il intègre le « Kata », le nouveau spectacle chorégraphié par Anne Nguyen et joué sur la scène du théâtre national de Chaillot à Paris.

« C'est à force de persévérance, de rigueur et de discipline que Tonio a progressé, repoussant de jour en jour ses limites et il a très vite réalisé que la danse pouvait devenir pour lui un projet de vie structurant et professionnalisant », lui rendent encore hommage ceux qui l'ont côtoyé à la MJC de Sainte-Geneviève en rappelant le côté humaniste du personnage : « Il était également engagé dans la vie associative avec son collectif Esprit d'Artiste, Humanitaria Battle ou WPS battle mais aussi dans l'humanitaire avec ses actions solidaires pour les sinistrés d'Haïti ou pour Humanitaria. »

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon