Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

SNCF. Les culottes menstruelles proposées aux conductrices de train font polémique

logo de Ouest-France Ouest-France 16/05/2022 avec agence
Un train à quai en gare de Caen le 7 mars 2022. Photo d'illustration © Martin ROCHE/OUEST-FRANCE Un train à quai en gare de Caen le 7 mars 2022. Photo d'illustration

Chargé de l’égalité hommes-femmes, le service Rail Mixité de la SNCF a proposé à certaines employées d’expérimenter pendant six mois de nouvelles culottes menstruelles réutilisables et financées par l’entreprise ferroviaire, révèle « Le Parisien » samedi 14 mai 2022. Dans un tract, la CGT a jugé cette proposition insuffisante et inadaptée aux besoins réels des 394 conductrices de la SNCF.

Mi-avril, quelques employées de la SNCF ont reçu un mail intitulé « culotte menstruelle, phase de test ». Selon Le Parisien, qui a pu consulter cette missive envoyée par l’Ambassade Rail Mixity Europe (extension du service Rail Mixité chargé de l’égalité hommes-femmes dans l’entreprise ferroviaire), la SNCF voulait ainsi lancer une expérimentation auprès du « personnel roulant féminin » en permettant à certaines de ses représentantes de tester, pendant six mois, une protection lavable et réutilisable censée pallier le manque de sanitaires.

La CGT juge la mesure inadaptée

Relayé par la CGT, le mail évoquant cette culotte menstruelle, qui selon Rail Mixité a le mérite de cumuler « avantage écologique, usage sécurisant et praticité » puisque portable plusieurs heures, a provoqué un tollé dans les rangs des 394 conductrices de la SNCF (sur 12 530 hommes au total).

Selon une Cégétiste interrogée par Le Parisien, cette proposition de la direction ne correspond ni aux attentes des conductrices de trains ni au combat qu’elles mènent « depuis 20 ans pour des conditions de travail décentes » comme l’accès à des toilettes réservées.

Quatre conductrices volontaires

Contactée, la présidente de SNCF Mixité a assuré qu’il s’agissait là d’une solution à court terme. De son côté, un ambassadeur des conducteurs a expliqué que les trains de fret n’ayant pas de toilettes, ces culottes réutilisables, dont trois seraient offertes par l’entreprise, avaient vocation à éviter les chocs toxiques dus à un port anormalement long des tampons et serviettes sur les trajets longue distance. Le coût serait de 200 € le kit de trois culottes en tissu bio équitable et leurs serviettes clipsables, selon nos confrères.

Après la parution de l’article du Parisien, la présidente du réseau SNCF Mixité Anne-Sophie Nomblot a regretté sur Twitter « la présentation injuste » de cette expérimentation. Selon elle, des entretiens ont été organisés avec les conductrices de fret. Pour l’heure, quatre se sont portées volontaires. Une solution à plus long terme est en cours de réflexion pour l’installation de toilettes à bord des trains. Il y a dix ans déjà, la distribution de kits Go Girl ou « pisse-debout » avait provoqué l’ire des conductrices car jugée insuffisante et inadaptée à la féminisation des métiers au sein de l’entreprise ferroviaire.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon