Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Voiture électrique : un million de bornes de recharge pour la fin d’année, annonce Djebbari

logo de Ouest-France Ouest-France 22/09/2021 Solène AGNÈS.
Une borne de recharge sur l’aire de repos de la Mayenne, au bord de l’A81, dans la commune de Bonchamp-lès-Laval, au nord de Laval. © Émile KEMMEL / OUEST-FRANCE Une borne de recharge sur l’aire de repos de la Mayenne, au bord de l’A81, dans la commune de Bonchamp-lès-Laval, au nord de Laval.

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dénombre ce mercredi 22 septembre 700 000 bornes de recharge pour les véhicules électriques en France. Il en prévoit un million pour la fin d’année.

Un million de bornes de recharge pour véhicules électriques en France d’ici à la fin de l’année 2021 : c’est la promesse de Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports, invité sur BFMTV ce mercredi 22 septembre.

Alors que le projet de loi de finances 2022 est présenté ce mercredi en conseil des ministres, Jean-Baptiste Djebbari fixe deux priorités pour son prochain budget : l’aviation décarbonée et la mutation des véhicules vers l’électrique. Une mutation déjà entamée, comme le rapporte le ministre : il y avait 400 000 bornes en janvier dernier, contre 700 000 aujourd’hui.

« Plusieurs millions » de bornes en 2025

Pour la fin d’année, il devrait y avoir un million de bornes de recharge pour véhicules électriques. « La moitié du réseau national sera couverte d’ici à la fin de l’année, et sa totalité pour fin 2022 », explique Jean-Baptiste Djebbari, qui prévoit « plusieurs millions de bornes » pour 2025. « On va plus vite que les Allemands », ajoute-t-il.

Pas de baisse des taxes sur les carburants

« Je veux que les Français paient moins cher leur carburant », avait déclaré Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique lundi 20 septembre, interrogée sur BFMTV sur une potentielle baisse des taxes sur les carburants.

Également interrogé sur le sujet, Jean-Baptiste Djebbari a quant à lui répondu que cette proposition n’était pas à l’ordre du jour du budget 2022. Il a également insisté sur l’augmentation, selon lui, du pouvoir d’achat des Français depuis 2017, ajoutant qu’Emmanuel Macron était le « Président du pouvoir d’achat ».

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon