Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

A Troyes, « les start-uppers peuvent venir tenter leur chance »

logo de Le Parisien Le Parisien 17/05/2022 Jacques Poncet
Francis Bécard, directeur général de la Technopole de l’Aube en Champagne. © VALERY HACHE Francis Bécard, directeur général de la Technopole de l’Aube en Champagne. La Technopole de l’Aube en Champagne offre bien plus que des locaux et des services aux jeunes entreprises. Elle permet d’intégrer un solide réseau de partenaires. Pour répondre aux pertes d’emplois industriels, Troyes a très tôt misé sur la création de start-up. Une politique qui trouve un écho lors des journées « Plug and Start », un rendez-vous à l’audience nationale pour accompagner les créateurs d’entreprise. Comment faites-vous pour attirer de nombreuses start-up à Troyes ? La Technopole est notamment composée d’un incubateur d’excellence de start-up connecté aux laboratoires universitaires. Aujourd’hui, nous comptons 70 start-up accompagnées, dont 30 à 40% sont issues de l’Île-de-France. Chaque année, nous sélectionnons 20 candidats sur les 400 dossiers présentés. Notre événement annuel « Plug and Start » a lieu cette année les 29 et 30 juin et le 1er juillet. Trois jours durant lesquels les start-uppers peuvent tester notre dispositif. Il faut venir tenter sa chance à condition d’avoir une bonne idée ou un projet innovant en cours de développement. On peut s’inscrire jusqu’au 20 mai ! Comment cela se déroule-t-il ? Un énorme dispositif attend les candidats : d’abord un réseau d’entrepreneurs français et internationaux, décidés à conserver un pied dans l’entrepreneuriat innovant, avec l’objectif d’installer des collaborations durables, puis des experts, chargés de représenter les multiples facettes qu’implique l’entrepreneuriat : finance, juridique, stratégie, design, marketing digital… Et enfin des mentors, qui se mobilisent pour soutenir les projets et apporter une méthodologie et des conseils aiguisés. Quels sont vos critères de choix ? Le projet lui-même, l’innovation et la qualité des équipes. Le numérique a évidemment la part belle. La recherche aussi, les nanotechnologies, les systèmes optiques, la biotechnologie, l’environnement, l’agroalimentaire… SPÉCIAL MOBILITÉ PROFESSIONNELLE – QUITTER PARIS Notre DOSSIER complet au format PDF disponible ici Comment expliquez-vous cette attractivité de la ville ? Troyes est en quelque sorte la deuxième grande couronne parisienne. Ici, les entrepreneurs évitent le parcours du combattant habituel. Ils ont tout sous la main, les banques, les avocats, les comptables et autres experts - 400 au total - qui les aident gratuitement à se lancer les deux premières années. Grâce à la Technopole, petite entreprise deviendra grande ! Il y a aussi des écoles sur place qui proposent des stagiaires et des apprentis. J’ajoute un cadre de vie idéal et des milliers de mètres carrés disponibles à des prix de l’immobilier très bas.
Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon