Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Après 29 ans, le Robinson Crusoë japonais doit quitter son île

logo de Gentside Gentside 22/09/2018 Guillaume Bonthoux
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Masafumi Nagasaki, un Hermite nudiste de 82 ans, n’a plus la forme nécessaire pour continuer sa vie paisible dans l’île japonaise de Sotobanari. Récit d’un personnage insolite.

Cela faisait 29 ans qu’il vivait à l’écart de la civilisation, totalement nu, ou presque. Equipé de ses sandales, Masafumi parcourait sa petite île de Sotobanari, dans le sud de l’archipel japonais. Tel Robinson Crusoë, il était passé maître dans l’art de la survie en nature sauvage. Sauf qu’à la différence de Crusoë, il a choisi en âme et conscience son mode de vie.

Le typhon d'une vie  

Les éléments sur sa vie son éparse. On parle d’un ermite quand même. Mais une source proche a pu donner quelques anecdotes croustillantes à The Guardian. Selon lui, Alvaro Cerezo, un explorateur qui l’a côtoyé en 2014, affirme qu’il aurait été marié, il y a fort longtemps. Un temps où Masafumi partageait sa vie entre la photographie et le travail à l’usine (à Osaka). Avant de décider d’entrer en phase avec la nature, toutes fesses à l’air. Alors quel fut le déclic ?

Après 29 ans, le Robinson Crusoë japonais doit quitter son île © Fournis par Groupe Cerise Après 29 ans, le Robinson Crusoë japonais doit quitter son île

Comme il l’a exprimé à Cerezo, ce n’est pas la nature qui l’avait appelé. Se décrivant comme un « homme de la ville sans expérience du monde extérieur », il avait prévu et planifié ses années d’ermitage. 2 ans exactement, avant qu’un thyphon ne détruise la moitié de l’île et son habitation. Au lieu de chercher à se faire rapatrier, Masafumi Nagasaki a préféré la survie.

Toutefois, une fois par semaine, il s’achetait des gâteaux avec l’argent de sa sœur. Un peu de triche ne fait pas de mal. Maintenant, tout cela semble fini. A 82 ans, Masafumi Nagasaki fut retrouvé malade et transporté à l’hôpital d’Ishigaki. Et interdiction de retourner à son mode de vie d’avant, ce qui pourrait être fatale à son organisme affaibli. Pourtant, Masafumi ne souhaite à présent que « mourir (à Sotobanari), sans que cela puisse ennuyer quelqu’un ». Il a même imaginé le modus operandi : « Je voudrais être emporté par un typhon, que personne ne puisse essayer de me sauver ».

Ce n’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme. Du moins, telle est la fin que Masafumi espère. 

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon