Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

États-Unis : le Dr Fauci espère des dizaines de millions de doses de vaccins d'ici à 2021

logo de France 24 France 24 06/08/2020 FRANCE 24
Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses, se prépare à témoigner, avant une audience du Comité sénatorial de santé à Washington, le 30 juin 2020. © Kevin Dietsch, pool via Reuters Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses, se prépare à témoigner, avant une audience du Comité sénatorial de santé à Washington, le 30 juin 2020.

L'immunologue se dit "prudemment optimiste" concernant l'avancée de la recherche autour d'un vaccin contre le Covid-19, ajoutant qu'un "reconfinement" strict aux États-Unis ne semble pas nécessaire.

La course au vaccin se poursuit. Le gouvernement de Donald Trump a annoncé, mercredi 5 août, un nouvel investissement d'un milliard de dollars dans le projet de vaccin contre le Covid-19 de la compagnie pharmaceutique Johnson & Johnson. Le groupe avait déjà reçu fin mars 456 millions de dollars. Le nouveau milliard financera un projet de démonstration de fabrication à grande échelle de son vaccin expérimental, avec la livraison promise de 100 millions de doses, si le vaccin prouve son efficacité. 

À condition que les vaccins soient autorisés, les États-Unis pourraient obtenir en théorie 100 millions de doses de quatre groupes (Johnson & Johnson, Novavax, Pfizer/BioNTech, Sanofi/GSK) et 300 millions de doses d'Oxford/AstraZeneca. Cette dernière alliance en négociations avec d'autres pays, prévoit notamment 400 millions de doses pour l'Union européenne. 

Mais la course au vaccin nécessite de lancer la production en parallèle des essais cliniques et potentiellement à perte, avant même de savoir si le vaccin est efficace. Aux États-Unis, la dernière phase des essais cliniques a été lancée fin juillet, un temps record "qui aurait été impensable il y a une décennie", a souligné mercredi Anthony Fauci, qui dirige l'institut des maladies infectieuses gérant l'essai, lors d'un échange organisé par Harvard.

>> À lire aussi : États-Unis : immunologiste et critique de Trump, le docteur Fauci ciblé par l'alt-right

Le médecin espère recruter 30 000 participants d'ici trois mois, dont la moitié recevront un placebo. Il faudra ensuite patienter pour voir si le groupe placebo est naturellement plus infecté par le Covid-19 que le groupe vacciné. "Mon estimation, qui n'est qu'une estimation, est que vers la fin de l'année ou au début de 2021, nous saurons si nous avons un vaccin sûr et efficace", a assuré le docteur Fauci.

"Je suis prudemment optimiste quant à notre succès", a-t-il ajouté, en raison de la réponse immunitaire générée par le vaccin lors d'essais sur un petit nombre de volontaires depuis mars. "Historiquement, si on met au point un vaccin avec un degré d'efficacité allant de modéré à élevé, et si on le conjugue avec des mesures de santé publique prudentes, nous devrions mettre [cette crise] derrière nous", ajoute-t-il.

Un reconfinement jugé non nécessaire, selon le Dr Fauci

Concernant l'évolution de l'épidémie, l'immunologue a déclaré mercredi qu'il ne pensait pas qu'un "reconfinement" serait nécessaire aux États-Unis. "Il n'est nécessaire ni de confiner totalement, ni au contraire de desserrer tous les freins. Il y un juste milieu où l'on peut ouvrir [l'économie et les relations sociales] avec prudence", a-t-il indiqué dans une interview accordée à Reuters.

Le gouvernement américain a aussi dépensé des milliards pour la construction de sites de production, pour des sociétés fabriquant des seringues et les flacons qui seront requis pour distribuer le futur vaccin, sans compter le soutien apporté au développement de traitements.

>> À lire aussi sur France24.com : Covid-19 : remdesivir, un traitement antiviral nommé désir ?

Les États-Unis ont ainsi acheté la quasi-totalité de la production du médicament antiviral remdesivir jusqu'en septembre, le premier à avoir démontré un relatif bénéfice pour les malades du Covid-19.

Avec AFP et Reuters

Publicité
Publicité

Plus d'info : France 24

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon