Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Adhésion de Skopje à l’UE : le Parlement bulgare pour la levée du veto

logo de Le Point Le Point 24/06/2022 Source AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP

Vendredi 24 juin, le Parlement bulgare s'est prononcé en faveur de la levée du veto à l'ouverture de négociations d'adhésion de la Macédoine du Nord à l'Union européenne, un sujet suivi de près au sommet des Vingt-Sept à Bruxelles. « La décision a été adoptée avec 170 votes pour, 37 votes contre et 21 abstentions », a annoncé Atanas Atanasov, vice-président du Parlement, à l'issue du vote.

Cette décision doit désormais être entérinée par le gouvernement sortant du pro-européen Kiril Petkov, qui s'était dit la veille prêt à agir « rapidement ». La Macédoine du Nord est bloquée depuis 2005 dans l'antichambre de l'UE. La Grèce avait d'abord mis son veto jusqu'en 2018, avant que Sofia ne bloque le dossier en 2020 sur fond de querelles historiques et culturelles de longue date.

À LIRE AUSSIÉlargissement de l'UE : le show des trois leaders des Balkans


Vidéo: Adhésion de Skopje à l'UE: le Parlement bulgare se prononce pour la levée du veto (AFP)

La Bulgarie avait pourtant été, en 1992, le premier pays à reconnaître l'indépendance de son voisin, lors de l'éclatement de l'ex-Yougoslavie communiste, mais les relations se sont par la suite tendues. En raison de ce différend, les négociations avec l'Albanie sont également à l'arrêt, les deux candidatures étant liées par l'UE. C'est le revirement de deux partis d'opposition bulgares, dont celui de l'ancien Premier ministre Boïko Borissov, qui a permis ce vote au Parlement, dans un contexte de médiation de la France, qui occupe actuellement la présidence tournante de l'UE.

« Mettre en ?uvre » un traité d'amitié

Selon le compromis sur la table, Skopje doit notamment s'engager à modifier sa Constitution pour inclure les Bulgares dans les groupes ethniques reconnus et à « mettre en ?uvre » un traité d'amitié de 2017 visant à éradiquer les discours de haine. Lors des débats précédant le vote, Hristo Ivanov, président du parti Bulgarie démocratique à l'initiative de la motion parlementaire, avait appelé les partis à ne pas « manquer cette chance » de résoudre la question avant la fin de la présidence française le 30 juin.

Plusieurs dirigeants de ces pays avaient exprimé jeudi leur « mécontentement » et dénoncé le manque de « crédibilité » de l'UE à l'issue d'un sommet à Bruxelles avec les Vingt-Sept. La guerre en Ukraine a remis sur la table la question de l'élargissement de l'UE aux Balkans, à l'importance géostratégique accrue, et la pression occidentale pour que Sofia lève son opposition s'est accentuée.

Publicité
Publicité

Plus de Le Point

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon