Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Alexandre Orlov, ex-ambassadeur russe en France : "Sur la Russie, Macron n'est pas crédible"

logo de leJDD leJDD il y a 4 jours François Clemenceau
Alexandre Orlov, ancien ambassadeur de Russie en France, dénonce dans ses Mémoires une politique européenne et française qui isole son pays.  © Sipa

Alexandre Orlov, ancien ambassadeur de Russie en France, dénonce dans ses Mémoires une politique européenne et française qui isole son pays. 

Alexandre Orlov, ancien ambassadeur de Russie en France dénonce dans ses Mémoires* une politique européenne et française qui isole et entraîne un repli de son pays sur lui-même. "Est-ce vraiment ce que vous souhaitez, renforcer le poids des conservateurs face aux libéraux chez nous ?", dénonce-t-il. Selon lui, les sanctions à l'encontre d'une partie de l'entourage de Vladimir Poutine, suspecté d'être responsable de l'empoisonnement de Navalny, sont une "grave erreur". Il livre également ses impressions sur la prochaine élection présidentielle américaine, regrettant que le duel oppose "deux vieillards, l'un sénile, l'autre réglant les affaires du monde sur Twitter". 

L'Union européenne a décidé cette semaine de sanctionner le président biélorusse mais également une partie de l'entourage de Vladimir Poutine, suspecté d'être responsable de l'empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny. Est-ce utile?

C'est une très grave erreur. Même en admettant que l'élection a été truquée en Biélorussie, l'écart de voix entre le président Loukachenko et son adversaire est tel qu'il faut savoir reconnaitre lorsqu'il est réélu. Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas. L'Europe ferait mieux de se rappeler que ses membres ont signé les accords d'Helsinki, qui prévoient et encouragent les contacts entre les sociétés et leurs dirigeants. L'URSS y était très réticente, mais on voit bien que ce mouvement a fini par déboucher sur des révolutions pacifiques. En sanctionnant Loukachenko, on va renforcer la répression et éloigner les lendemains démocratiques. Dans mon propre pays, je connais des responsables qui ont été placés sur une liste noire des Etats-Unis ou de l'Union européenne. C'est extrêmement humiliant et contre-productif : le contraire de la diplomatie.

Lire aussi - L'Union européenne s'est-elle affaiblie face à Loukachenko et Erdogan?

Pour les proches de Poutine, pouvait-on laisser passer l'empoisonnement de Navalny sans réagir?

Où sont les preuves formelles de ce qu'avancent les Européens? C'est un coup monté qui n'a aucune logique car Navalny est un opposant idéal pour Vladimir Poutine. Il serait donc absurde de l'éliminer. N'oubliez pas, au contraire, que les médecins russes à Omsk ont tout fait pour le sauver et que c'est à la demande de son épouse qu'on l'a laissé partir en Allemagne. L'aurait-on fait si on tenait vraiment à l'assassiner? Quant au Novitchok, c'est un mystère. Nous n'en avons pas trouvé sur Navalny et l'Allemagne ne veut pas nous transmettre ses analyses. Tout cela visait à discréditer le Kremlin, au moment où les Occidentaux ne souhaitaient pas que Poutine vienne au secours de Loukachenko en Biélorussie.

La Biélorussie risque-t-elle, selon vous, de finir comme l'Ukraine?

J'espère bien que non! Les deux pays n'ont pas grand-chose à voir. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Biélorusses ont davantage résisté aux nazis que les Ukrainiens, avec leur mouvement des Partisans. Et regardez les deux mouvements de contestation : en 2014, le Maïdan, à Kiev, a été très violent alors qu'à Minsk, les protestataires sont pacifiques. Sur les conseils de Poutine, Loukachenko est allé voir les responsables de l'opposition en prison. Il veut travailler avec eux sur une modification de la Constitution qui permettra de nouvelles élections.

"

Est-ce vraiment ce que vous souhaitez, renforcer le poids des conservateurs face aux libéraux chez nous?

"

Comment Vladimir Poutine vit-il ces sanctions? Le fragilisent-elles dans son influence sur le cours des choses, en Biélorussie comme au Caucase?

Lorsque la présidente de la Commission européenne a signalé que le dialogue stratégique n'était plus possible avec la Russie, Sergei Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a répondu que dans ce cas il fallait l'arrêter, que nous ne voulions plus dialoguer avec ceux qui ne nous respectent pas et que notre patience a des limites. La Russie va donc se replier sur elle-même. Est-ce vraiment ce que vous souhaitez, renforcer le poids des conservateurs face aux libéraux chez nous? Pour moi, ce serait le pire des scénarios.

Emmanuel Macron est pourtant partisan d'un dialogue exigeant avec la Russie….

Quelles que soient ses velléités, il n'est pas crédible. Il veut améliorer les relations avec la Russie, mais aucun acte ne suit. Il avait pourtant dénoncé l'Etat profond qui prenait le dessus sur lui mais cet esprit russophobe est plus fort que jamais. Depuis la rencontre de Brégançon avec Vladimir Poutine, le courant ne passe pas et les choses tournent en rond. Je croyais qu'il était sincère mais je vois surtout que c'est un homme pressé, davantage animé par l'effet et la communication que le contenu et la cohérence d'une politique. Et c'est bien lui qui, avec Angela Merkel, a initié les sanctions sur l'affaire Navalny, sans offrir de preuves formelles. Sa méthode du 'oui mais' lui fait faire une chose et son contraire. On est loin de la volonté de la stratégie du général De Gaulle qui reposait sur le triptyque entente-détente-coopération avec la Russie.

Lire aussi - EXCLUSIF. Emmanuel Macron sur la situation en Biélorussie : "Il est clair que Loukachenko doit partir"

Les Européens soupçonnent souvent la Russie de vouloir diviser l'Union européenne et d'avoir une volonté de puissance souveraine. Est-ce exagéré?

Au contraire, nous voulons que l'Europe soit souveraine, indépendante. Car l'Europe s'est alignée sur les Etats-Unis et elle en subit d'ailleurs les conséquences, ne serait-ce qu'à travers les lois d'extra-territorialité américaines qui sont illégales au regard du droit international. De Pompidou à Macron, j'ai vu la France aller toujours plus loin dans l'intégration européenne. Mais la délégation progressive de la politique étrangère française à Bruxelles, sous la règle de l'unanimité, lui a fait perdre de sa voix tandis que celle de l'Union européenne ne compte pas vraiment.

"

C'est assez triste et ahurissant de voir que l'un des plus grands pays du monde est dirigé par un homme inculte

"

Quel regard portez-vous sur les quatre années de Donald Trump au pouvoir et candidat à sa réélection?

C'est assez triste et ahurissant de voir que l'un des plus grands pays du monde est dirigé par un homme inculte et que le duel de la présidentielle le mois prochain oppose deux vieillards, l'un sénile et l'autre réglant les affaires du monde sur Twitter. Je crois qu'en cas de victoire, Joe Biden ne changera rien à la relation des Etats-Unis et de la Russie. Les démocrates pourraient même être amenés à l'envenimer davantage, car ils sont plus idéologisés et moins pragmatiques que Trump.

Vous avez passé près de 50 ans en France, êtes-vous émerveillé ou déçu de ce qu'elle est devenue?

J'en ai connu le meilleur dans les années 70. Mais je crois que depuis elle a perdu beaucoup de son ADN en accueillant trop de gens venus d'horizons différents. Le refus de ces populations de s'intégrer a conduit au communautarisme, ce qui n'a rien à voir avec un brassage des cultures où tout le monde respecte les mêmes lois et traditions.

*Un ambassadeur russe à Paris, Alexandre Orlov avec Renaud Girard, préface d'Hélène Carrère d'Encausse (Fayard, en librairie le 21 octobre).

Publicité
Publicité

Plus d'info : Le Journal du Dimanche.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon