Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Coronavirus: au Sénégal, la fatigue gagne les soignants

logo de RFI RFI 24/06/2020 RFI
Le docteur Ousseynou Sarr à l’hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye, mercredi 24 juin 2020. © Rfi/Charlotte Idrac Le docteur Ousseynou Sarr à l’hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye, mercredi 24 juin 2020.

Au Sénégal, près de quatre mois après l’apparition de la pandémie dans le pays (le premier cas a été confirmé le 2 mars), une partie du personnel en charge de la riposte exprime un malaise: Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal demande à l’État des mesures « pour la protection, le respect, et la sécurité des agents de santé sur le terrain ». De leur côté, des médecins contractuels engagés dans la prise en charge contre le Covid-19 dénoncent des manquements et des retards de salaires.

De notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Au centre de traitement de Guédiawaye, en banlieue de Dakar, le docteur Ousseynou Sarr a des cernes sous les yeux. A l’hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye, il vient de passer la nuit en garde dans ce qu’on appelle la « zone rouge », auprès des malades du Covid-19. « Les gardes sont infernales, de 16h à 8h du matin. On est épuisé. Les malades viennent souvent la nuit pour éviter le regard des gens du quartier. »

« Obligation patriotique »

A 33 ans, le médecin, en spécialisation en cancérologie, est l’un des chefs d’équipe au Centre de traitement (CTE) qui prend en charge quelques 200 malades. Accueil des patients, constitution du dossier médical, continuité des soins. Le docteur Sarr a signé un contrat de trois mois. « J’ai commencé début avril. On avait un manque de personnel. C’est une obligation patriotique pour nous d’intégrer le centre. On a signé le contrat au début du mois de mai, mais on a commencé à nous payer la semaine dernière. Il faut qu’il y ait des démarches pour la motivation soit plus effective pour tout le personnel du CTE »

« La motivation », autrement dit une prime, en plus d’un salaire de 600 000 FCFA par mois, environ 900 euros. En attendant, retour au travail, en « zone verte » cette fois, au service cancérologie. Les ascenseurs sont hors service : « Certains malades du centre ont tenté de s’enfuir », explique le médecin. Une deuxième journée commence. Il dormira plus tard. « Parfois, je rentre et je dors toute le journée et toute la nuit ».

Au Sénégal, le dernier bilan de la lutte contre le coronavirus est de 93 décès, 6 129 cas confirmés, dont 1 963 sous traitement.


Vidéo: Coronavirus: l'OMS décide de stopper les essais sur l'hydroxychloroquine (Le Figaro)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
Publicité
Publicité

Plus d'info : RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon