Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Guerre en Ukraine: la Russie se dit «prête» à reprendre les négociations de paix

logo de Liberation Liberation 22/05/2022 LIBERATION, AFP

En résumé :

- L’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi.

- Le complexe sidérurgique Azovstal à Marioupol est «passé sous le contrôle complet des forces armées russes», selon Moscou.

- Après avoir échoué à prendre Kyiv et Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne, la Russie concentre ses efforts militaires dans l’Est et le Sud.

La Russie se dit prête à revenir à la table des négociations. «Pour notre part, nous sommes prêts à continuer le dialogue», affirme ce dimanche soir Vladimir Medinski, conseiller du Kremlin chargé des négociations avec Kyiv, dans un entretien avec la télévision bélarusse. «Le gel des pourparlers a été entièrement une initiative de l’Ukraine», ajoute-t-il, estimant que la «balle était dans leur camp». Les ministres des Affaires étrangères russes et ukrainiens se sont rencontrés en mars en Turquie, puis les délégations se sont retrouvées à Istanbul, mais sans succès. Le négociateur ukrainien Mykhaylo Podolyak a déclaré mardi que les pourparlers étaient «suspendus», alors que la Russie a recentré et relancé son «opération spéciale» sur l’est de l’Ukraine.

Les Pays baltes cessent d’importer de l’électricité russe. A la suite des sanctions internationales imposées à la Russie après son invasion en Ukraine, l’exportateur d’électricité russe InterRAO a perdu depuis dimanche la possibilité de vendre de l’électricité à ces clients dans les pays baltes. «Il s’agit d’une étape importante sur notre chemin vers l’indépendance énergétique», déclare le ministre lituanien de l’Energie, Dainius Kreivys. Vendredi, la bourse de l’Energie Nord Pool a envoyé une notification à InterRAO, selon laquelle cette dernière était interdite de commerce dans les pays baltes, à la suite des sanctions internationales. Depuis des années, la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie s’efforcent d’atteindre l’indépendance énergétique vis-à-vis de Moscou en augmentant la production intérieure d’électricité et en construisant des interconnexions de réseaux avec la Scandinavie et d’autres pays voisins. En conséquence, les importations d’électricité de la Russie vers la Lettonie et la Lituanie, qui s’élevaient auparavant à 1 300 mégawattheures par an, ont chuté à 300 mégawattheures l’année dernière et sont désormais totalement arrêtées. La Lettonie a importé sa dernière électricité russe début mai, tandis que la Lituanie et l’Estonie ont cessé d’en acheter dimanche.

Entre 12 000 et 28 000 miliaires russes tués. Les sources indépendantes n’existent pas pour établir un bilan précis, mais l’Ukraine estime les pertes russes à plus de 28 700 hommes, 204 avions et plus de 1 200 chars depuis le début de l’invasion le 24 février. Le Kremlin a admis des «pertes importantes». Des sources occidentales évoquent jusqu’à 12.000 soldats russes tués.

L’Ukraine perdrait 50 à 100 soldats par jour dans l’est. Le président ukrainien a fait cette annonce lors d’une conférence de presse selon le média The Kyiv Independent. Selon Volodymyr Zelensky, lUkraine a perdu entre 2 500 et 3 000 soldats et 10 000 ont été blessés en défendant leur territoire envahi par les Russes.

A Athènes, les réfugiés ukrainiens manifestent en chemises brodées, symbole de l’identité ukrainienne. Des centaines de réfugiés ukrainiens ont manifesté dimanche à Athènes vêtus de chemises brodées traditionnelles, appelées «vychyvanka», devenues un symbole d’unité du pays pour les Ukrainiens. Femmes, enfants, hommes ont défilé dimanche dans le centre d’Athènes, en face du parlement grec, en portant des chemises amples brodées, la «vychyvanka», vêtement traditionnel, symbole de l’unité et «arme culturelle» contre l’invasion russe. Au milieu de drapeaux ukrainiens, et avec en fond sonore des chants ukrainiens, Oxana Kitcheniouk Revagka, présidente de l’union des Ukrainiens de Grèce explique que cette «journée de fête que nous célébrons tous les ans est cette année dédiée au combat que mène l’Ukraine pour la liberté». «La vychyvanka est un costume traditionnel que nous portons lors des fêtes, des mariages, des baptêmes mais aussi lors des journées difficiles», poursuit-elle.

Le président sénégalais devrait se rendre en Russie et en Ukraine. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a divisé les pays africains. Elle a aussi durement affecté leurs économies, avec la hausse du prix des céréales et les pénuries de carburant par exemple. Le président sénégalais Macky Sallse rendra prochainement en Russie et en Ukraine au nom de l’Union africaine dont il assume actuellement la présidence. «Dès que c’est fixé, je me rendrai naturellement à Moscou, et aussi à Kiev, et nous avons aussi accepté de réunir l’ensemble des chefs d’Etat, qui le souhaitent, de l’Union africaine, avec le président (ukrainien Volodymyr) Zelensky qui avait exprimé le besoin de communiquer avec les chefs d’Etat africains», a-t-il dit. «Cela aussi sera fait dans les semaines à venir», a-t-il ajouté.

Des chars russes détruits exposés dans les rues de Kyiv. C’est bon pour le moral. Le gouvernement ukrainien a disposé des chars russes détruits dans les rues de Kyiv. Les civils de tous âges peuvent venir voir de leurs yeux les succès militaires de leur armée. Une opération de communication bien rodée et assez classique en temps de guerre.

Dans les rues de Kyiv le 20 mai 2022. © Fournis par Liberation Dans les rues de Kyiv le 20 mai 2022.

Zelenski premier chef d’Etat à parler à Davos lundi. Le dirigeant ukrainien prépare son intervention en visioconférence devant le Forum économique de Davos en Suisse, qui commence lundi après deux ans d’interruption à cause du Covid-19. Volodymyr Zelensky sera lundi le premier chef d’Etat à faire un discours. Nombre de responsables politiques ukrainiens feront le voyage en personne. En revanche, les Russes ont été exclus. Il devrait profiter de cette nouvelle tribune pour exhorter le monde à fournir davantage d’aides, tant financières que militaires. Le président ukrainien pourrait également renouveler la demande de Kiev pour adhérer à l’UE, une «priorité» selon lui.

Pour le président polonais, après Boutcha, tout «business as usual» avec Moscou est impossible. «Un monde honnête ne peut pas revenir à l’ordre du jour en oubliant les crimes, l’agression, les droits fondamentaux piétinés. […] Après Boutcha, Borodianka, Marioupol, il ne peut plus y avoir de business as usual avec la Russie», lance-t-il lors d’un discours devant le Parlement ukrainien à Kiev, plusieurs fois interrompu par des ovations debout. Des centaines de cadavres de civils ont été découverts à Boutcha et Borodianka, des villes près de Kiev occupées puis abandonnées par l’armée russe. La ville de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, n’est plus que ruines après trois mois de siège et de bombardements incessants qui ont tué au moins 20 000 civils, selon les autorités ukrainiennes.

Intenses bombardements dans la région de Mykolaïv, dans le sud de l’Ukraine. Des frappes aériennes russes frappent les forces ukrainiennes dans les régions de Mykolaïv et du Donbass, selon le ministère russe de la Défense. Elles ciblent des centres de commandement, des troupes et des dépôts de munitions. A Mykolaïv, il y a eu neuf blessés ces dernières 24 heures et 151 personnes sont hospitalisées suite à des attaques russes, selon les autorités locales.

Le président polonais Andrzej Duda, premier dirigeant étranger à revenir s’adresser au Parlement ukrainien sur place. Une visite symbolique. «Seule l’Ukraine a le droit de décider de son avenir», déclare le président polonais dans un discours devant le parlement ukrainien. Andrzej Duda incite les Ukrainiens à ne pas céder un pouce de territoire au président russe Vladimir Poutine. Duda affirme aussi que la Pologne soutenait l’Ukraine dans sa tentative d’adhésion à part entière à l’Union européenne - une question sur laquelle les pays de l’UE ne sont pas parvenus à un consensus. Un accord pour simplifier le passage entre les deux pays aurait aussi été conclu.

La loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine prolongées jusqu’au 23 août. Lors de deux votes, le Parlement ukrainien, la Rada, approuve par la majorité absolue les décrets présidentiels sur la loi martiale et la mobilisation générale. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait signé le 24 février ces deux décrets. Ils ont déjà été prolongés à deux reprises pour une durée d’un mois. Près de trois mois après le début de son offensive, la Russie poursuit dimanche ses bombardements sur le Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et de sa région, les troupes russes concentrent depuis mars leurs efforts sur l’est du pays, où les combats sont intenses.

L’Ukraine pas dans l’UE avant une décennie ? L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne prendra «sans doute quinze ou vingt ans», prévoit ce dimanche Clément Beaune, le ministre délégué aux Affaires européennes, qui estime que Kyiv peut entrer en attendant dans la «communauté politique européenne» proposée par le président Macron. «Il faut être honnête. […] Si on dit que l’Ukraine va rentrer dans l’UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n’est pas vrai. C’est très long», a affirmé Clément Beaune sur les ondes de Radio J. «En attendant on doit aux Ukrainiens […] un projet politique dans lequel ils peuvent rentrer», poursuit-il.

Le capitaine russe Dzyuba quitte le club de foot du Zenit Saint-Pétersbourg. Le capitaine russe Artem Dzyuba a annoncé ce dimanche qu’il quittait le Zenit Saint-Pétersbourg, deux mois après avoir demandé à être exclu de la sélection nationale en raison du conflit en Ukraine où le joueur a de la famille. «Saint-Pet’, merci pour tout !», a écrit l’attaquant de 33 ans sur son compte Instagram. Le message était accompagné d’une vidéo montrant un homme en costume de super-héros récitant un texte de remerciement devant la Gazprom Arena, le stade Zenit.


Vidéo: Guerre en Ukraine: l'usine Azovstal de Marioupol à nouveau bombardée (Le Figaro)

Guerre en Ukraine: l'usine Azovstal de Marioupol à nouveau bombardée
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Le «en même temps» de Beaune. «Nous faisons deux choses : nous apportons les moyens à l’Ukraine de nous libérer, sans être nous-mêmes en guerre. Ce n’est pas simplement un devoir moral, car si nous ne le faisions pas, ce serait une menace pour l’Europe», souligne Clément Beaune, nouveau ministre délégué à l’Europe, ce dimanche matin sur Europe1. L’objectif pour la France est «qu’il n’y ait pas de victoire russe», il est de «libérer l’Ukraine», a affirmé dimanche le ministre français délégué aux Affaires européennes Clément Beaune.

Le grand bazar du recrutement de mercenaires syriens par Moscou. Alors que la Syrie traverse une crise économique sans précédent et où 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, au moins 500 combattants syriens, attirés par les salaires promis, ont été transportés depuis mi-mars en Ukraine pour épauler l’armée russe, selon une ONG syrienne. Notre récit.

Le pilonnage des avions russes gagne en puissance. L’état-major ukrainien relève dans son point matinal quotidien ce dimanche que l’armée russe continuait «ses frappes de missiles et aériennes sur tout le territoire», et même avait «augmenté l’intensité en utilisant l’aviation pour détruire des infrastructures cruciales». Une frappe de missiles balistiques russes a notamment détruit un convoi d’armes occidentales dans le nord-ouest de l’Ukraine samedi. Volodymyr Zelensky, dans son habituel message vidéo posté en soirée, a indiqué que «la situation dans le Donbass est extrêmement difficile». Mais l’armée ukrainienne «repousse cette offensive», a-t-il affirmé.

Reportage dans le train avec les réfugiés de retour au pays. Depuis le début de la guerre, près de deux millions d’Ukrainiens auraient déjà franchi les frontières pour rentrer au pays. A bord du train de nuit entre la frontière polonaise et l’Ukraine, chaque wagon renferme son lot de vies brisées et d’appréhension avant le retour. Lire notre article.

Londres veut une Moldavie «équipée aux normes de l’Otan». La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l’Ukraine, «équipée aux normes de l’Otan» pour la protéger contre une éventuelle agression russe. Dans une interview publiée ce samedi dans le Telegraph, elle estime que Russie représente «absolument» une menace pour la sécurité de la Moldavie, ancienne République soviétique de 2,6 millions d’habitants située au sud-ouest de l’Ukraine. Questionné jeudi par l’AFP sur la présence d’armes de pays de l’UE en Moldavie, le ministre des Affaires étrangères moldave Nicu Popescu avait répondu par la négative, alors que la «neutralité» figure selon lui dans la Constitution moldave.

La Russie se ferme aux Américains. La diplomatie russe publie ce samedi une liste de 963 personnalités américaines interdites d’entrée en Russie, en représailles à des sanctions similaires prises par Washington depuis l’offensive en Ukraine. Elle comprend essentiellement des responsables gouvernementaux, des parlementaires, mais aussi des membres de la société civile. Moscou avait déjà annoncé ces sanctions contre nombre des personnalités présentes dans la liste, notamment le président américain Joe Biden, son secrétaire d’Etat Antony Blinken, le chef du Pentagone Lloyd Austin, ou encore le PDG de Meta Mark Zuckerberg. La liste comprend également l’acteur hollywoodien Morgan Freeman, qui n’avait pas été sanctionné publiquement jusqu’à présent. La diplomatie russe l’accuse d’avoir enregistré en 2017 une vidéo où il affirmait que la Russie menait un «complot» contre les Etats-Unis.

«Pas d’alternative» à la candidature de l’Ukraine à l’UE, selon Zelensky. «Nous n’avons pas besoin d’alternatives à la candidature de l’Ukraine à l’Union européenne (UE), nous n’avons pas besoin de tels compromis», martèle le chef d’Etat ukrainien ce samedi au cours d’une conférence de presse à Kyiv avec le Premier ministre portugais Antonio Costa. «Ce ne seront pas des compromis avec l’Ukraine en Europe, ce sera un autre compromis entre l’Europe et la Russie. […] C’est l’influence et la pression politique et diplomatique des officiels et des lobbyistes russes sur la décision d’un pays européen de soutenir ou non l’Ukraine», affirme Zelensky. Emmanuel Macron avait présenté un projet alternatif le 9 mai devant le Parlement européen. Il avait alors expliqué qu’il faudrait «des décennies» à l’Ukraine pour rejoindre l’UE, et suggéré qu’elle fasse entretemps partie d’une «communauté politique européenne». Ce projet doit être débattu lors d’un sommet européen se tenant fin juin.

L’efficacité ukrainienne contre les chars russe expliquée en vidéo. L’armée de Volodymyr Zelensky tire parti d’un défaut de conception des blindés russes qui les rend particulièrement vulnérables aux armes antichars. Dans une vidéo, Libération explique comment l’Ukraine a détruit plus de 650 tanks russes.

Relire la vidéo

Erdogan pose ses conditions à l’entrée de la Suède dans l’Otan. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’oppose à l’entrée de la Suède dans l’Otan, l’a appelée samedi à «mettre un terme à son soutien politique et financier et aux livraisons d’armes aux organisations terroristes». La Turquie a ouvert une crise au sein de l’Otan, dont elle est membre, en s’opposant à l’extension de l’organisation aux à la Suède et à la Finlande : elles les accusent d’héberger et soutenir les membres du PKK, classé comme organisation terroriste par Ankara mais aussi Washington et l’Union européenne.

Un vent venu de l’Est dans la diplomatie européenne. République tchèque, Pologne ou encore Slovénie… Depuis le début de la guerre en Ukraine, les pays baltes et d’Europe centrale sont à l’offensive pour durcir les positions de l’Union européenne face à la Russie et faire émerger de nouveaux leaders, tandis que Paris et Berlin sont à la traîne, et ce, dans tous les domaines. Notre analyse.

Les Russes affirment avoir détruit un convoi d’armes occidentales. Un stock conséquent d’équipements militaires, fournis par l’Occident aux forces ukrainiennes dans la région orientale du Donbass, aurait été détruit dans le nord-ouest de l’Ukraine, affirme ce samedi le ministère russe de la Défense. «Des missiles Kalibr à longue portée de haute précision, lancés depuis la mer, ont détruit un important envoi d’armes et d’équipements militaires fournis par les Etats-Unis et des pays européens, près de la gare de Malin, dans la région de Jytomyr», a indiqué le ministère.

Le Premier ministre portugais dans la capitale ukrainienne. Antonio Costa est ce samedi en déplacement en Ukraine. Il s’est rendu à Kyiv et sa banlieue. «Je n’oublierai jamais la visite à Irpin. Les niveaux de destruction et de violence sont complètement dévastateurs», a twitté le Premier ministre portugais. Ces visites symboliques, ou leur absence, sont un bon indicateur de la dynamique diplomatique européenne depuis le début de l’invasion russe. A l’exception de la Hongrie, les pays d’Europe centrale et orientale poussent pour adopter des positions plus dures face à la Russie, tandis que Paris et Berlin sont à la traîne, et ce, dans tous les domaines. Lire notre article.

Joe Biden signe la loi apportant 40 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine. Le président américain a signé la loi adoptée jeudi par le Congrès apportant une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l’effort de guerre ukrainien contre la Russie, a annoncé samedi la Maison Blanche. Joe Biden a signé ce texte pendant son voyage officiel en Corée du Sud. La loi comprend 6 milliards de dollars pour permettre à l’Ukraine de s’équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne.

Le monde du tennis court-circuité par la guerre en Ukraine. Si en coulisses les joueurs de tennis russes expriment leur opposition à la guerre en Ukraine, face aux médias, leur discours reste donc prudent. «Des joueuses russes m’ont dit qu’effectivement elles étaient malheureusement impliquées de manière complètement indirecte dans la guerre, raconte Camille Pin. Elles ont beau ne pas se prendre de bombes sur la tête, au niveau économique, en revanche, elles ne savaient pas du tout comment elles allaient pouvoir survivre à tout ça. Même les Russes sont inquiets pour la suite et ils ne sont pas d’accord avec ce qu’il se passe. Mais c’est compliqué pour eux de le dire publiquement…» Lire notre enquête.

Les habitants de Marioupol, prisonniers de guerre en Russie ? La vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères diffuse ce samedi une vidéo prouvant selon Kyiv que les civils évacués du port de Marioupol sont parqués dans des camps du côté russe de la frontière.

Moscou dit avoir détruit des armes occidentales en route pour le Donbass. Le ministère russe de la Défense a affirmé samedi que ses forces avaient détruit dans le nord-ouest de l’Ukraine un important envoi d’armes fournies par l’Occident. «Des missiles Kalibr à longue portée de haute précision, lancés depuis la mer, ont détruit un important envoi d’armes et d’équipements militaires fournis par les Etats-Unis et des pays européens, près de la gare de Malin, dans la région de Jytomyr», a indiqué le ministère. Selon le ministère, ces armes étaient destinées aux forces ukrainiennes dans la région orientale du Donbass. Cette région, majoritairement russophone et partiellement contrôlée par des séparatistes pro-russes depuis 2014, est actuellement le théâtre de certains des plus intenses affrontements en Ukraine.

Zelensky veut plus de diplomatie. «La fin (du conflit) sera diplomatique», a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d’un entretien à la chaîne télévisée ukrainienne ICTV. La guerre «sera sanglante, ce sera des combats, mais elle prendra fin définitivement via la diplomatie». «Les discussions entre l’Ukraine et la Russie auront résolument lieu. Je ne sais pas sous quel format : avec des intermédiaires, sans eux, dans un cercle élargi, au niveau présidentiel, a-t-il déclaré. Il y a des choses que nous ne pourrons atteindre qu’à la table des négociations. Nous voulons que tout revienne» comme avant le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, ce que «la Russie ne veut pas».

Renault quitte la Russie : le difficile renoncement à une juteuse coopération. Le parking géant où s’entassent les voitures devant l’usine Avtovaz est pratiquement vide. Le spectacle est rare pour cette usine géante de plus de 600 hectares, fondée en 1966. Le berceau de la marque Lada est capable aujourd’hui de produire jusqu’à un million de véhicules par an. Même désert, à des milliers de kilomètres plus loin, dans une banlieue industrielle de Moscou, à l’usine Avtoframos. Arrivé en grande pompe sur le marché russe en 1998, Renault s’en va, vingt-quatre ans plus tard, cédant ses parts dans les deux usines à l’Etat russe, pour un rouble symbolique pièce. Lire notre récit.

Plus de gaz russe pour Helsinki. «Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d’approvisionnement de Gasum ont été interrompues», a déclaré cette compagnie énergétique publique finlandaise en assurant pouvoir obtenir du gaz d’autres fournisseurs et poursuivre «normalement» ses activités. Le fournisseur Gazprom a confirmé la suspension. Le pays nordique, qui a suscité la colère de Moscou en décidant de rejoindre l’Otan, rejoint ainsi la Pologne et la Bulgarie parmi les pays auxquels Gazprom a coupé le gaz parce qu’ils refusaient de payer en roubles, une exigence formulée en avril. La Finlande est déjà privée depuis mi-mai des exportations russes d’électricité.

Azovstal aux mains des Russes. Le complexe sidérurgique Azovstal à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d’Azov, est «passé sous le contrôle complet des forces armées russes» après la reddition des derniers soldats ukrainiens, a indiqué vendredi soir le porte-parole du ministère russe de la Défense, précisant que la nouvelle avait été transmise au président russe Vladimir Poutine. Des images publiées par Moscou montraient des cohortes d’hommes en tenue de combat émergeant de l’aciérie, certains avec des béquilles ou des bandages, après une longue bataille qui était devenue un symbole de la résistance ukrainienne à l’invasion russe.

Bras de fer sur les prisonniers d’Azovstal. L’armée russe a publié vendredi soir des images qu’elle a présentées comme étant celles de la fouille de combattants ukrainiens désarmés par des soldats russes. L’Ukraine espère échanger des prisonniers de guerre mais la Russie a fait savoir, visant implicitement le régiment Azov, qu’elle considérait une partie d’entre eux comme des combattants «néonazis». Le Comité international de la Croix-Rouge a exhorté les deux parties à lui accorder l’accès aux prisonniers de guerre et aux internés civils, «où qu’ils soient détenus».

Aggravation dans l’Est. «L’ennemi ne cesse de mener des opérations offensives dans la zone opérationnelle orientale afin d’établir un contrôle total du territoire des régions de Donetsk et de Louhansk et de maintenir le corridor terrestre avec la Crimée temporairement occupée», a indiqué l’état-major des forces ukrainiennes sur Facebook samedi matin. Le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense Oleksandre Motouzianyk a avancé que la situation «montrait des signes d’aggravation», et que «les forces d’occupation russe mènent un feu intense sur toute la ligne de front».

Le G7 rassemble les fonds. Les pays du G7 réunis en Allemagne ont promis vendredi de mobiliser 19,8 milliards de dollars (18,7 milliards d’euros) afin d’aider l’Ukraine à «combler son déficit financier». Mais l’Allemagne s’est dite opposée vendredi à un nouvel endettement commun euro «Il faut être honnête. […] Si on dit que l’Ukraine va rentrer dans l’UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n’est pas fvfrai. Ca’est très long» e Clément Beaune sur les ondes de Radio J. «En attendant on doit aux Ukrainiens […] un projet politique dans lequel ils peuvent rentrer», a-t-il poursuivi. affirme

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon