Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Guerre en Ukraine: l’Otan soutiendra Kyiv militairement «aussi longtemps que nécessaire»

logo de Liberation Liberation 15/05/2022 LIBERATION, AFP, Ludovic Séré

En résumé :

- «La situation dans le Donbass reste très difficile. Les troupes russes tentent d’y obtenir au moins une victoire, a reconnu samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

- L’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan est au cœur d’une rencontre des ministres étrangère à Berlin.

- En représailles, la Russie a suspendu samedi ses livraisons d’électricité à la Finlande.

Otan: une candidature avec la Finlande est le «mieux pour la Suède». Une candidature commune à l’Otan avec la Finlande est ce qu’il y a de «mieux» pour la Suède et sa sécurité, a affirmé dimanche la Première ministre sociale-démocrate Magdalena Andersson après un revirement historique de son parti. La dirigeante suédoise se rendra lundi au Parlement «pour (s)’assurer d’un large soutien parlementaire pour une candidature à l’Otan» et «ensuite nous pourrons prendre une décision du gouvernement», a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

Suède: le parti au pouvoir approuve une candidature à l’Otan. Le parti social-démocrate au pouvoir en Suède a donné son feu vert dimanche à une candidature à l’Otan, ouvrant ainsi la voie à une demande d’adhésion par le gouvernement, conjointement avec la Finlande. Lors d’une réunion extraordinaire dimanche, la direction a décidé que le parti allait «contribuer à une candidature de la Suède à l’Otan», indiquent les sociaux-démocrates dans un communiqué, inversant ainsi leur ligne de toujours.

L’Iran envisage d’exporter du gaz vers l’Europe. L’Iran étudie la possibilité d’exporter du gaz vers l’Europe, a déclaré dimanche un responsable du ministère du Pétrole dans un contexte de flambée des prix de l’énergie due à la guerre menée par la Russie en Ukraine. «L’Iran étudie ce sujet mais nous ne sommes pas encore parvenus à une conclusion», a déclaré le vice-ministre du Pétrole Majid Chegeni, cité par l’agence de presse officielle du ministère, Shana. «L’Iran cherche toujours à développer la diplomatie énergétique et à élargir le marché», a-t-il ajouté.

Otan: les Etats-Unis «soutiennent fortement» les adhésions de la Finlande et de la Suède. Les Etats-Unis «soutiennent fortement» les demandes d’adhésion à l’Otan de la Suède et de la Finlande, a assuré dimanche à Berlin le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. «Les Etats-Unis soutiendraient fortement la candidature à l’Otan de la Suède ou de la Finlande si elles choisissaient de poser officiellement leur candidature à l’Alliance», a déclaré Antony Blinken, après une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance à Berlin, se disant «confiant dans un consensus» prochain entre les 30 membres en vue d’une adhésion des deux pays.

En Ukraine, l’élan patriotique s’exprime aussi en tatouages. Hommage aux unités militaires ukrainiennes, souvenir de la ville natale abandonnée, message d’amour au pays... Depuis le début de l’invasion russe, les demandes de tatouages, notamment patriotiques, sont en plein boom en Ukraine.

Des militaires ukrainiens se font tatouer lors du festival Art Weapon à Kyiv, le 14 mai 2022. Lors du festival Art Weapon, des dizaines de personnes ont choisi de montrer leur amour pour leur nation en se faisant tatouer, les paiements pour les tatouages allant directement à l'armée ukrainienne sous forme de dons. © Fournis par Liberation Des militaires ukrainiens se font tatouer lors du festival Art Weapon à Kyiv, le 14 mai 2022. Lors du festival Art Weapon, des dizaines de personnes ont choisi de montrer leur amour pour leur nation en se faisant tatouer, les paiements pour les tatouages allant directement à l'armée ukrainienne sous forme de dons. Une Ukrainienne tient son bébé dans ses bras pendant qu'elle se fait tatouer lors du festival Art Weapon à Kyiv, le 14 mai 2022. © Fournis par Liberation Une Ukrainienne tient son bébé dans ses bras pendant qu'elle se fait tatouer lors du festival Art Weapon à Kyiv, le 14 mai 2022.

Les pays de l’Otan soutiendront l’Ukraine militairement «aussi longtemps que nécessaire». Les pays de l’Otan sont prêts à apporter leur aide militaire à l’Ukraine, attaquée par la Russie, aussi longtemps que nécessaire, a assuré dimanche la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock. «Nous sommes d’accord pour ne pas relâcher nos efforts nationaux, en particulier en matière d’assistance militaire, et que nous ne le ferons pas tant que l’Ukraine aura besoin de cette assistance pour assurer l’autodéfense de son pays», a déclaré la ministre à l’issue d’une réunion informelle de l’Alliance atlantique à Berlin.

Otan: Stoltenberg «confiant» de trouver un compromis avec la Turquie pour une adhésion de la Finlande et de la Suède. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, s’est dit «confiant» ce dimanche dans la possibilité pour les pays membres de l’Alliance de trouver un compromis avec la Turquie qui n’a pas l’intention, selon lui, de bloquer l’adhésion de la Finlande et de la Suède. «Je suis confiant dans le fait que nous serons en mesure de trouver un terrain d’entente, un consensus sur la manière d’avancer sur les questions d’appartenance» à l’Alliance, a-t-il assuré à l’issue d’une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’Otan à Berlin. Il a ajouté que la Turquie, qui avait manifesté son hostilité à une telle adhésion, avait «clairement indiqué son intention de ne pas bloquer» l’entrée des deux pays nordiques.

L’Ukraine «peut gagner» la guerre contre la Russie. L’Ukraine «peut gagner» la guerre contre la Russie, qui «ne se déroule pas» comme Moscou l’avait prévu, a estimé dimanche Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan. «Son offensive majeure dans le Donbass est au point mort, la Russie n’atteint pas ses objectifs stratégiques», a-t-il jugé à l’issue d’une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’Otan, assurant que Kyiv «peut gagner» cette guerre.

La candidature de la Finlande et de la Suède à l’Otan est la preuve qu’une agression «ne paie pas», selon Jens Stoltenberg. La candidature annoncée de la Finlande et de la Suède à l’Otan constitue la preuve qu’ «une agression ne paie pas», a assuré dimanche le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg. «Ce serait un moment historique» si les deux pays nordiques demandaient officiellement à adhérer à l’Otan, a-t-il dit à l’issue d’une réunion informelle des chefs de la diplomatie de l’organisation à Berlin. «Leur adhésion renforcerait notre sécurité commune, démontrerait que la porte de l’Otan est ouverte et qu’une agression ne paie pas», a-t-il ajouté.

La Russie a subi d’énormes pertes, selon les services de renseignement militaires britanniques. Prédisant qu’elle allait s’enliser dans sa tentative de conquête de l’est du pays face à la forte résistance ukrainienne, les renseignements britanniques ont estimé ce dimanche que l’offensive russe dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, a «perdu de son élan». Les troupes de Moscou n’ont pas réussi à réaliser des gains territoriaux substantiels, mettant leur plan de bataille «considérablement en retard», selon ces sources. «La Russie a maintenant probablement subi des pertes d’un tiers de la force de combat terrestre qu’elle a engagée en février», ont-elles ajouté. «Dans les conditions actuelles, il est peu probable que la Russie accélère considérablement son rythme de progression au cours des 30 prochains jours.»

Forte pression russe dans l’est de l’Ukraine ce dimanche. La pression russe reste forte dimanche dans l’est de l’Ukraine, visé par plusieurs frappes de missiles. Des missiles russes de «haute précision» ont visé dans la nuit deux points de commandement ukrainiens et quatre dépôts de munitions d’artillerie près de Zaporijjia, Paraskovievka, Konstantinovka et Novomikhaïlovka dans la République populaire de Donetsk, selon le ministère russe de la Défense dimanche. L’aviation russe a elle détruit deux lance-missiles des systèmes S-300 et un système radar dans la région de Soumy. Les systèmes de défense anti-aérienne russes ont détruit eux 15 drones ukrainiens dans les régions de Donetsk et de Lougansk, a-t-il ajouté.

Vote finlandais lundi. Après l’annonce de l’exécutif, le Parlement finlandais doit désormais examiner lundi le projet d’adhésion, avec un vote prévu selon le président de la chambre. Avec le soutien acquis samedi du parti social-démocrate de la Première ministre Sanna Marin, ce dernier doit se traduire par une majorité fleuve d’au moins 169 oui parmi les 200 parlementaires finlandais, selon les dernières projections. «Nous espérons que le Parlement confirmera la décision de candidature à l’Otan durant les prochains jours. Elle sera basée sur un mandat clair», a affirmé Sanna Marin.

«C’est un jour historique». La Finlande a annoncé dimanche sa candidature «historique» à l’Otan, avant une réunion décisive en Suède en vue d’une probable demande d’adhésion simultanée des deux pays, conséquence directe de l’invasion russe de l’Ukraine. Le président finlandais et un conseil gouvernemental «ont conjointement décidé que la Finlande allait demander à devenir membre de l’Otan», a déclaré le chef de l’Etat Sauli Niinistö. «C’est un jour historique. Une nouvelle ère s’ouvre», a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse.

Des bombes incendiaires sur Azovstal. Dimanche matin sur Telegram, un conseiller du maire de Marioupol a affirmé que les Russes ont utilisé pour la première fois samedi des bombes incendiaires contre l’usine Azovstal. «L’enfer est descendu sur terre», a-t-il commenté.

Explosion de joie pour le commentateur ukrainien de l’Eurovision. Timur Miroshnychenko, présentateur et commentateur ukrainien de l’Eurovision, assurait l’antenne depuis un abri anti-bombes samedi soir. A l’annonce de la victoire de son pays, représenté par le groupe Kalush Orchestra, son exaltation est immense et sonne comme une douce parenthèse dans cette guerre.

Des cybercriminels pro-russes voulaient perturber l’Eurovision. Le collectif russe Killnett, proche du Kremlin, a tenté de pirater la soirée d’ouverture du 10 mai ainsi que la finale de l’Eurovision samedi soir, remportée par la délégation ukrainienne, selon le quotidien italien Il Giorno. La police italienne a toutefois déjoué le plan des hackers.


Vidéo: Guerre en Ukraine : la situation sur le terrain au 56ème jour (Dailymotion)

Relire la vidéo

L’Otan sur «sur la bonne voie» de l’intégration de la Finlande et la Suède. «Je pense que la discussion est sur la bonne voie […] J’espère que nous aurons une discussion finale fructueuse et un bon résultat pour montrer notre solidarité», a estimé le chef de la diplomatie croate dimanche, Gordan Grlic Radman en arrivant à une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance atlantique à Berlin. L’opposition de dernière minute affichée par la Turquie, membre de l’Alliance, à l’intégration des deux pays nordiques fait peser une incertitude sur l’aboutissement du processus. Berlin assure même que leur adhésion pourrait intervenir «très rapidement».

Quand l’Otan parle de musique. Le secrétaire général délégué de l’Otan, Mircea Geoana, a déclaré dimanche que le triomphe du groupe ukrainien Kalush Orchestra samedi soir à Turin (Italie) à l’Eurovision montrait «l’immense soutien public» dont bénéficie l’Ukraine attaqué par la Russie. Plusieurs dirigeants européens lui ont emboîté le pas, saluant ce succès hautement symbolique de l’Ukraine dans ce concours, très populaire en Europe, et dont la Russie était exclue. Cette victoire est le «reflet évident non seulement de votre talent mais aussi du soutien indéfectible de l’Europe aux côtés de l’Ukraine», a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a souhaité quant à lui que l’édition 2023 de l’Eurovision se tienne «à Kyiv dans une Ukraine libre et unie», tandis que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rappelé : «L’UE est avec vous».

Helsinki déterminé. La Finlande doit officialiser sa candidature à l’Otan ce dimanche, avant une réunion décisive du parti au pouvoir en Suède en vue d’une probable demande d’adhésion commune des deux pays. «Nous espérons pouvoir envoyer nos candidatures cette semaine, ensemble avec la Suède. Ils ont leur propre processus mais j’espère que nous prendrons les décisions au même moment», a déclaré samedi la Première ministre finlandaise Sanna Marin.

La bataille du Donbass fait rage. «La situation dans le Donbass reste très difficile. Les troupes russes tentent d’y obtenir au moins une victoire, a reconnu samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Petit à petit, nous forçons les occupants à quitter nos terres». Les forces russes s’efforcent de progresser dans cette région stratégique de l’Est, contrôlée en partie par des séparatistes prorusses depuis 2014, et dont Moscou a fait son objectif principal depuis le retrait de ses troupes des environs de Kyiv fin mars. «On se prépare à de grandes offensives à Severodonetsk, et autour de l’axe Lyssytchansk-Bakhmout», a affirmé Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Louhansk, décrivant une situation humanitaire de plus en plus critique. «La région de Louhansk est constamment sous un feu chaotique […] il n’y a absolument ni gaz, ni eau ni électricité», a-t-il affirmé samedi soir.

L’Ukraine et l’Eurovision, tout un symbole. «Notre courage impressionne le monde, notre musique conquiert l’Europe», s’est félicité samedi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Facebook. L’Ukraine a remporté le concours Eurovision de la chanson, devant le Royaume-Uni et l’Espagne, grâce au vote des téléspectateurs qui ont plébiscité le groupe représentant le pays envahi fin février par les troupes russes. «S’il vous plaît, aidez l’Ukraine et Marioupol ! Aidez Azоvstal», a lancé sur scène le chanteur du Kalush Orchestra, Oleh Psiuk, dont la prestation a été ovationnée.

Ankara fait un pas. La Turquie est prête à discuter avec la Finlande et la Suède de leur candidature à l’Otan et des motifs qui suscitent l’hostilité d’Ankara vis-à-vis de cet élargissement, a déclaré samedi le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu «La grande majorité du peuple turc est contre l’adhésion de ces pays qui soutiennent l’organisation terroriste PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et ils nous demandent de bloquer cette adhésion», a affirmé le ministre avant une rencontre de l’Otan à Berlin à laquelle participent ses homologues finlandais et suédois. «Mais ce sont des questions dont nous devons parler bien sûr avec nos alliés de l’Otan ainsi qu’avec les pays» concernés, a-t-il ajouté. La Finlande et la Suède ne peuvent être admises qu’après un vote à l’unanimité des membres existants de l’Alliance atlantique, que la Turquie menace de bloquer.

Finlande et Turquie se parlent. Les ministres des Affaires étrangères de Finlande et de Turquie doivent se rencontrer samedi soir à Berlin pour tenter de trouver un terrain d’entente à l’approche de la candidature officielle d’Helsinki à l’Otan. «Je suis sûr que nous trouverons une solution», a expliqué le chef de la diplomatie finlandaise Pekka Haavesto à son arrivée à Berlin. Le ministre finlandais et son homologue suédoise Ann Linde veulent profiter de la réunion de l’Otan prévue jusqu’à dimanche pour rencontrer le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu et tenter de lever l’opposition exprimée par Ankara à cette intégration des deux pays nordiques.

Chanter pour oublier ? Gagner par solidarité ? Beaucoup d’Ukrainiens s’apprêtent à suivre en direct samedi soir la finale de l’Eurovision, avec l’espoir que leur chanson, Stefania, donnée favorite, l’emporterait lors de ce concours dont la Russie et le Bélarus ont été exclus. «Gagner l’Eurovision nous donnerait beaucoup d’espoir de gagner la guerre» contre la Russie, confiait une fan ukrainienne, Maria Lembak, 40 ans, depuis Turin où se tient la finale.

Dernier petit pas finlandais avant la candidature finlandaise à l’Otan. Le parti social-démocrate de la Première ministre finlandaise Sanna Marin a annoncé samedi son soutien à une très large majorité à une candidature du pays nordique à l’Otan, qui doit être officialisée dimanche. Sur les 60 membres de la direction du parti, 53 ont voté pour, 5 contre et deux se sont abstenus, selon le résultat du vote annoncé lors d’une conférence de presse à Helsinki. La candidature de la Finlande doit être officialisée dimanche par l’exécutif, avant une réunion du Parlement lundi et l’envoi formel de sa candidature au siège de l’Otan à Bruxelles dans les prochains jours. La plupart des pays de l’Otan ont apporté leur soutien à une adhésion d’Helsinki, sauf la Turquie qui a menacé de bloquer ce processus. Washington a dit vendredi «travailler à clarifier la position de la Turquie».

La capitale ukrainienne se débarrasse des symboles soviétiques. L’Arche de l’Amitié des Peuples, un emblématique monument soviétique du centre-ville de Kyiv, est devenu samedi l’Arche de la Liberté du Peuple ukrainien. «Aujourd’hui, le conseil municipal a décidé de décommuniser le nom de l’arche de l’Amitié des Peuples. Ce sera désormais l’Arche de la Liberté du Peuple ukrainien», a annoncé sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitali Klitschko. Les élus municipaux ont en outre «approuvé une liste de plus de 40 monuments et emblèmes mémoriaux qui devront être retirés des rues et bâtiments de la capitale pour être transmis au musée du totalitarisme», a-t-il ajouté. L’Arche de l’Amitié des Peuples est une imposante arche métallique d’une hauteur de 35 mètres érigée dans un parc du centre-ville en 1982. Elle faisait partie du même complexe que la sculpture des deux travailleurs russe et ukrainien démontée le mois dernier. En 2018, des militants anti-russes y avaient apposé un autocollant en trompe-l’œil, montrant une fissure au centre de l’arche pour souligner la rupture des relations entre les deux pays.

A Moscou, on «cancel» les produits américains.

Coup de fil et coup de froid entre la Russie et la Finlande. La fin de la neutralité militaire de la Finlande serait une «erreur», a estimé samedi le président russe Vladimir Poutine, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue finlandais Sauli Niinistö, selon un communiqué du Kremlin. «Vladimir Poutine a souligné que la fin de la politique traditionnelle de la neutralité militaire serait une erreur, puisqu’il n’y a aucune menace à la sécurité de la Finlande», indique le communiqué. «Un tel changement de l’orientation politique du pays peut avoir un impact négatif sur les relations russo-finlandaises qui se sont développées pendant des années dans l’esprit du bon voisinage et de la coopération entre partenaires, en étant mutuellement avantageuses», assure le communiqué du Kremlin.

«Notre pays a basculé dans l’impensable». Yuriy Stepanovskyy balaie du regard la pièce médicalisée aux néons blanchâtres. Tout est là. Le respirateur, le moniteur de surveillance, la pompe à perfusion. Des bouts de corps humains synthétiques gisent sur de grands chariots en inox. Des bras, des bustes. Plusieurs mannequins de la taille d’un nourrisson. Nous sommes à Metz (Moselle), dans les locaux de l’Institut européen de formation en santé. Ici, l’horreur n’est qu’un décor. La médecine de guerre qu’un concept théorique. Mais Yuriy Stepanovskyy, lui, est ukrainien. Lire notre reportage sur la formation de soignants venus d’Ukraine.

Le G7 exhorte la Chine à «ne pas saper» ses sanctions contre la Russie. Les ministres des Affaires étrangères du G7 promettent ce samedi «d’élargir les sanctions» économiques visant Moscou pour son invasion de l’Ukraine à «des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante», tout en exhortant Pékin à «ne pas saper» ces mesures. Ils «appellent la Chine à ne pas soutenir la Russie dans l’attaque» de l’Ukraine. Les sept grandes puissances économiques veulent également «accélérer les efforts» pour «mettre un terme à la dépendance à l’énergie russe», selon le communiqué publié au terme d’une réunion de trois jours dans le nord de l’Allemagne.

Le G7 «ne reconnaîtra jamais les frontières» que la Russie tente de modifier par la force. Dans une déclaration diffusée à l’issue d’une réunion de trois jours à Wangels, au nord de l’Allemagne, les ministres des Affaires étrangères du groupe des sept grandes puissances font savoir qu’ils ne «ne [reconnaîtront] jamais les frontières que la Russie a essayé de changer par son intervention militaire». Ils appellent également de nouveau le Bélarus à «cesser de faciliter l’intervention de la Russie et à respecter ses engagements internationaux».

L’Ukraine «a probablement remporté la bataille de Kharkiv». D’après l’Institute for the Study of War, un laboratoire d’idées qui documente le conflit depuis Washington, l’Ukraine «a probablement remporté la bataille de Kharkiv», rapporte la BBC. Les troupes russes, qui ont essayé d’encercler la ville, semblent avoir abandonné l’idée. L’armée ukrainienne affirme même que les forces russes sont occupées à organiser leur retrait de Kharkiv.

La Russie a cessé de fournir de l’électricité à la Finlande. Les exportations d’électricité de la Russie vers la Finlande ont cessé durant la nuit de vendredi à samedi après une annonce en ce sens d’un fournisseur russe. L’entreprise responsable des ventes d’électricité russe à la Finlande, RAO Nordic, avait annoncé vendredi son intention de cesser ses livraisons à minuit, invoquant des impayés, au moment où la Finlande s’apprête à annoncer sa candidature à l’Otan.

Moscou prêt à répondre au déploiement de l’Otan près de sa frontière. La Russie a averti que l’adhésion à l’Otan de la Finlande et de la Suède – un rapport officiel du pays a ouvert la voie vendredi à une adhésion du pays à l’Otan, en multipliant les conclusions favorables – mènerait à la «militarisation» de la région. Et qu’en conséquence, elle répondrait à un déploiement d’armes nucléaires à ses frontières, selon son ministre adjoint des Affaires étrangères, Alexander Grushko, cité par l’agence de presse RIA.

Le chef du renseignement militaire ukrainien prédit que la guerre sera terminée à la fin de l’année. Vœu pieux ou réelle conviction ? Kyrylo Budanov, chef du renseignement militaire ukrainien, l’affirme sur la chaîne britannique Sky News, il va y avoir «un tournant [dans le conflit] mi-août. La plupart des combats auront cessé à la fin de l’année». Comme le rapporte le Guardian, Budanov s’appuie notamment sur le fait que l’armée russe a subi de lourdes pertes. Il en vient à cette analyse : «L’Europe voit la Russie comme une grande menace, elle a peur d’elle. Nous combattons ce pays depuis huit ans et on peut dire la puissance russe, si bien vendue, est un mythe. […] Il s’agit seulement d’une horde de personnes avec des armes.» Et la défaite de la Russie en Ukraine entraînera le retrait de Vladimir Poutine, toujours selon Budanov, qui affirme – sans preuves à l’appui – qu’un coup d’Etat est d’ailleurs déjà en préparation.

Pourquoi la Russie a-t-elle déjà perdu plus de 650 chars ? Au début de l’invasion, il n’a fallu à la Russie que treize jours pour perdre autant de chars en Ukraine qu’en dix ans de conflit en Afghanistan. L’une des raisons : les tanks russes évoluent sur des terrains souvent peu favorables, face à une armée ukrainienne très équipée en armes antichars qui tirent parti d’un défaut de conception des blindés soviétiques. Notre analyse.

Négociations difficiles sur le sort des derniers combattants de Marioupol. Un millier de combattants ukrainiens seraient retranchés dans un labyrinthe de tunnels datant de l’ère soviétique sous l’usine sidérurgique Azovstal à Marioupol. Femmes, enfants et personnes âgées qui avaient trouvé refuge dans ces souterrains ont tous été évacués fin avril. «Nous négocions actuellement [l’exfiltration] de 38 combattants gravement blessés. Nous avançons pas à pas. […] Il n’y a pas de discussions en ce moment pour la libération de 500 à 600 personnes», commente la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk. L’état-major ukrainien précise ce samedi, que l’armée russe avait continué «le blocus de nos unités près de l’usine Azovstal. Il a mené des frappes d’artillerie et aériennes de grande envergure».

L’armée ukrainienne reprend des territoires aux Russes, selon Volodymyr Zelensky. La situation s’est semble-t-il déjà renversée à Kharkiv, pourtant l’une des cibles prioritaires pour les Russes. «La libération progressive de la région de Kharkiv prouve que nous ne laisserons personne à l’ennemi», a relevé vendredi soir Volodymyr Zelensky dans son message quotidien, annonçant que la reprise de territoires tombés aux mains des Russes se poursuivait. Pour l’heure, «1 015 localités ont été libérées, soit 6 de plus dans les dernières vingt-quatre heures», a-t-il fait savoir. «La principale activité de l’ennemi dans la région de Kharkiv a été le retrait de ses unités de la ville», a pour sa part raillé le porte-parole de l’état-major ukrainien.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon