Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Enfants détenus en Syrie: la France a rapatrié 35 mineurs et 16 mères des camps syriens

logo de Liberation Liberation 05/07/2022 LIBERATION, AFP
Photo d'archives du 4 mars 2021 dans le camp de Roj, dans le nord de la Syrie. © Delil Souleiman Photo d'archives du 4 mars 2021 dans le camp de Roj, dans le nord de la Syrie.

Le sujet est brûlant pour la France. Pressée depuis plusieurs années de rapatrier des enfants de mères françaises détenus dans des camps syriens, la France a annoncé ce mardi un rapatriement d’ampleur : 35 mineurs et 16 mères présents dans des camps de prisonniers jihadistes en Syrie depuis la chute de l’organisation Etat islamique (EI) ont été rapatriés, a annoncé ce lundi le ministère des Affaires étrangères.

«La France a procédé ce jour au retour sur le territoire national de 35 enfants mineurs français qui se trouvaient dans les camps du nord-est de la Syrie. Cette opération inclut également le retour de 16 mères en provenance de ces mêmes camps», selon le communiqué, qui précise que les mères ont été remises aux autorités judiciaires et les enfants aux services d’aide à l’enfance. Selon le Quai d’Orsay, «les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance et feront l’objet d’un suivi médical». Leurs mères «ont été remises aux autorités judiciaires compétentes», complète le communiqué.

La France désavouée par l’ONU


Vidéo: Syrie : la Belgique rapatrie des femmes et des enfants de jihadistes (France 24)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Depuis la chute de l’Etat islamique, plusieurs dizaines de milliers de personnes vivent dans des camps surveillés par les autorités kurdes. Parmi elles, se trouvent environ 80 Françaises et 200 enfants. Malgré des protestations d’ONG, des services de renseignement et des magistrats spécialisés, la France s’obstine dans sa doctrine du «cas par cas» ordonnée par Emmanuel Macron.

Depuis 2016, la France a rapatrié de ces camps 126 enfants, auxquels s’ajoutent les 35 arrivés en France récemment. La France est régulièrement pointée du doigt par les organisations internationales pour sa politique de rapatriement des enfants détenus dans ces camps, où les conditions de vies sont «épouvantables» selon l’ONU. Le 2 novembre 2020, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, saisi par plusieurs familles, a ainsi réfuté les arguments de la France, en particulier celui qu’elle n’était pas responsable du sort de ses ressortissants emprisonnés en Syrie et qu’elle n’exerçait pas de contrôle sur les autorités kurde.

Le 14 décembre 2021, une Française âgée de 28 ans, diabétique, était morte, laissant orpheline une fillette de six ans. Fin avril, la Défenseure des droits, Claire Hédon, avait exhorté le gouvernement à procéder au rapatriement «dans les plus brefs délais», de tous les enfants français retenus dans les camps du nord-est de la Syrie. Ce mardi, le Collectif des familles unies, qui regroupe des familles de Français partis en zone irako-syrienne, a dit «espérer» que ce dernier rapatriement «signe la fin de cette abjecte politique du cas par cas qui revient à trier des enfants, à séparer les fratries et à arracher des enfants à leurs mères».

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon