Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Fleur Pellerin, du PS au capital-risque

logo de Paris Match Paris Match 27/02/2021 Anne-Sophie Lechevallier

Ancienne ministre de la Culture, Fleur Pellerin poursuit une belle carrière dans le privé en Corée du Sud.

© Vincent Capman

L’ancienne ministre du quinquennat Hollande, reconvertie dans le privé, conclut le plus gros investissement de Korelya Capital, le fonds de capital-risque qu’elle a cofondé il y a presque cinq ans. Pour le compte du « Google sud-coréen », Naver, Korelya s’apprête à investir 115 millions d’euros dans Wallapop, une application espagnole de petites annonces de biens d’occasion, afin d’accélérer son développement.

Voir aussi :De Montebourg à Fleur Pellerin, leur vie après la politique

Une autobiographie bientôt publiée

« Outre ce financement, nous leur apportons une coopération technologique pour les systèmes de paiement ou de recherche, sur lesquels Naver a de l’avance », explique Fleur Pellerin. Avec cette nouvelle vie, elle découvre son pays natal, où elle n’était jamais retournée depuis qu’elle a été adoptée, bébé, en 1974, jusqu’à une visite officielle en 2013. Célèbre dans ce pays, elle a signé un contrat pour une autobiographie avec un éditeur à Séoul. Par ce livre, dont elle a écrit deux chapitres pour l’instant, elle veut « aider à briser les plafonds de verre et donner de la confiance aux jeunes femmes coréennes ». Quant à la vie politique française, elle dit s’en tenir éloignée depuis qu’elle a rendu sa carte du PS, il y a plusieurs années.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Parismatch

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon