Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Géorgie: l'ancien président Saakachvili met un terme à sa grève de la faim

logo de RFI RFI 20/11/2021 RFI
Mikheïl Saakachvili a finalement accepté l'offre du ministre géorgien de la Justice, après des jours de bras de fer. (image d'illustration) © REUTERS/Valentyn Ogirenko Mikheïl Saakachvili a finalement accepté l'offre du ministre géorgien de la Justice, après des jours de bras de fer. (image d'illustration)

L'ancien président de Géorgie, Mikheïl Saakachvili, a accepté ce vendredi 19 novembre de mettre un terme à sa grève de la faim, qui durait depuis 50 jours. Il a accepté l'offre du gouvernement de son pays, qui lui a proposé de le placer dans un hôpital militaire, et non civil, mais hors de sa prison.

Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

Mikheïl Saakachvili a finalement accepté l'offre du ministre géorgien de la Justice, après des jours de bras de fer. L'ancien président avait dit accepter d'arrêter sa grève de la faim si on le transférait dans une clinique civile. Ce que lui ont refusé les autorités géorgiennes, celles-ci ayant construit leur légitimité politique depuis 2012 sur leur opposition à M. Saakachvili et à son parti.


Vidéo: Géorgie : des milliers de manifestants pour soutenir Saakachvili en grève de la faim (Euronews)

Géorgie : des milliers de manifestants pour soutenir Saakachvili en grève de la faim
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Mais après que le célèbre prisonnier ait perdu connaissance dans sa cellule jeudi soir, après également qu'une dizaine de députés se soient aussi mis en grève de la faim et que ce soient multipliées les mises en garde des partenaires occidentaux de la Géorgie, le gouvernement a semble-t-il accepté de le transférer dans une clinique. Pas une clinique civile, comme l'exigeaient M. Saakachvili et ses partisans, mais un hôpital militaire, celui de la ville de Gori.

C'est de façon discrète, qu'il y aurait été transféré ce vendredi soir sur place. Il s’est par ailleurs dit prêt à affronter la justice pour les faits qui lui sont reprochés, à condition - a-t-il précisé dans une lettre - que cela soit face à un tribunal  indépendant.

Troisième président de l’ancienne république soviétique de Géorgie, Mikheïl Saakachvili est en prison depuis le 1er octobre dernier, quelques jours après être revenu dans son pays après huit ans d’exil. Il avait quitté son pays fin 2013, juste avant que son second mandat ne se termine, de peur d'être emprisonné par le gouvernement alors dirigé par l'oligarque Bidzina Ivanichvili, pour des charges que l'ancien chef d'État considère comme étant politiquement motivées.

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon