Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du jeudi 19 mai

logo de franceinfo franceinfo 19/05/2022 Franceinfo

La journée a vu s'opposer deux images symboliques pour les belligérants : celle du procès du premier soldat russe jugé pour "crime de guerre", et celle de la reddition de centaines de soldats ukrainiens à Marioupol.

© Fournis par franceinfo

Le Congrès américain a débloqué une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour armer et soutenir l'Ukraine, au moment où Moscou obtient une victoire symbolique avec les images de centaines de combattants ukrainiens émergeant, hagards, de l'usine Azovstal de Marioupol où ils étaient retranchés sous les bombes depuis des semaines. Franceinfo vous résume la 86e journée de guerre en Ukraine.

Le Congrès américain débloque une aide de 40 milliards de dollars

Le Congrès américain a débloqué une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars (38 milliards d'euros) pour armer et soutenir l'Ukraine. Au sein de ce grand paquet d'aide, six milliards de dollars doivent notamment permettre à l'Ukraine de s'équiper en véhicules blindés et renforcer sa défense anti-aérienne à l'heure où les combats font rage dans l'est et le sud du pays. Le projet de loi n'a plus qu'à être ratifié par le président Joe Biden.

Mi-mars, le Congrès avait déjà débloqué près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne, mais Joe Biden réclamait depuis plusieurs semaines une importante rallonge budgétaire afin de soutenir l'Ukraine dans la nouvelle phase du conflit.

Près de 800 soldats ukrainiens se rendent à Marioupol


Vidéo: Guerre en Ukraine : les aumôniers militaires soignent le moral des troupes (France 24)

Guerre en Ukraine : les aumôniers militaires soignent le moral des troupes
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Moscou a obtenu une victoire symbolique avec les images de centaines de combattants ukrainiens émergeant, hagards, de l'usine Azovstal de Marioupol où ils étaient retranchés sous les bombes depuis des semaines. Selon la Russie, près de 800 militaires ukrainiens se sont rendus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le total à 1 730 depuis lundi.

Moscou a rendu publiques des images montrant des cohortes d'hommes en tenue de combat émergeant, certains avec des béquilles ou des bandages, après une longue bataille qui était devenue un symbole de la résistance ukrainienne à l'invasion russe à Marioupol, ville martyre à 90% détruite dans le sud-est du pays et où au moins 20 000 personnes ont péri, selon Kiev.

Ces soldats, parmi lesquels 80 blessés, "se sont constitués prisonniers", a souligné le ministère de la Défense russe dans un communiqué.

Le premier soldat russe jugé pour crime de guerre demande "pardon"

Séquence cette fois à haute valeur symbolique pour l'Ukraine : le premier procès d'un militaire russe pour crime de guerre a repris à Kiev. "Je sais que vous ne pourrez pas me pardonner, mais je vous demande pardon", a dit le sergent Vadim Chichimarine, 21 ans et un visage juvénile, à la veuve de l'homme de 62 ans qu'il est accusé d'avoir abattu le 28 février dans le nord-est de l'Ukraine, alors que sa colonne de blindés ayant été attaquée, il tentait de rejoindre les siens.

La prison à vie a été requise contre le jeune soldat, qui a plaidé coupable. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a encore qualifié mercredi "de fakes ou de mises en scène" les accusations pesant sur les troupes russes.

Un autre procès pour crimes de guerre s'est par ailleurs ouvert dans le nord-est de l'Ukraine : celui de deux militaires russes accusés d'avoir tiré des roquettes sur des infrastructures civiles dans la région de Kharkiv.

Au moins 12 morts et 40 blessés

Les bombardements russes continuent de faire des victimes. Ils ont fait 12 morts et 40 blessés jeudi à Severodonetsk, dans la région de Louhansk, selon le gouverneur local, Serguiï Gaïdaï. Il a affirmé que la plupart des tirs avaient touché des immeubles d'habitation et que le bilan pourrait s'alourdir.

Une équipe de l'AFP sur place a constaté que cette cité industrielle était transformée depuis plusieurs jours en champ de bataille et écrasée sous les tirs d'artillerie.

Publicité
Publicité

PLUS D’INFO: FRANCEINFO

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon